Parution : LA FORCE DES GUEUX, par la compagnie théâtrale NAJE, ce samedi 15 janvier au Théâtre de Chelles

1ère de couverture © Copy-Media.net 1ère de couverture © Copy-Media.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà le travail !...

En dépit du deuil récent qui vient d’affecter la compagnie théâtrale NAJE (Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir), le groupe entier rendra hommage à son camarade disparu en maintenant la représentation de LA FORCE DES GUEUX, le spectacle auquel collaborait avec nous déjà Christian Rodriguez.

Avec lui, depuis plusieurs années, nous avons décrypté les mécanismes de l’oppression. Comment les sociétés modernes créent les conditions de la pauvreté en entretenant, notamment, les lois qui renforcent la précarité, la peur puis l’exclusion de franges de plus en plus larges de populations qui, elles, sont de plus en plus fragilisées.

Fabienne Brugel et Jean-Paul Ramat, les deux animateurs fondateurs de la compagnie, ont conçu ce court texte qui, en une heure, regroupe une partie des situations sur lesquelles nous avons eu à réfléchir et improviser ensemble. Des saynètes illustrent certaines et nous ferons forum, selon la tradition de cette troupe de théâtre de l’Opprimé. Faire forum, c’est, de la part de chaque spectateur devenir spect’acteur, autrement dit, il peut intervenir directement sur scène sur ces sujets qui concernent (interpellent ?) chaque citoyen en général, et les travailleurs sociaux ou éducatifs en particulier. Le spect’acteur est confronté aux résistances qui s’opposent à ses propositions de réponse. On évalue les chances de réussite. Rien de magique. Juste pour pouvoir ensuite repartir un peu plus renforcé de nouveaux outils capables d’affronter les oppressions, qui peuvent être aussi bien les flics dans nos têtes elles-mêmes.

Il n’est pas inutile de se souvenir des dix stratégies de manipulation des masses qu’avait relevées Noam Chomski : la distraction, les problèmes créés de toute pièce et résolus, la dégradation progressive des mesures impopulaires, le référé différé sous label “impopulaire mais nécessaire”, l’infantilisation et la déresponsabilisation des publics, privilégier l’émotif sur le rationnel, maintenir les populations dans l’ignorance et la bêtise, les encourager dans la médiocrité, remplacer la révolte par la culpabilité, et connaître les individus mieux qu’eux-mêmes ne se connaissent.

Le texte, édité par ABC’éditions, est vendu 10 euros. Un pour cent sera versé à la marche qu’a initiée en 2007 en Inde Rajagopal avec l’organisation gandhienne Ekta Parishad et qui reprend à l’horizon 2012 partout ailleurs dans le monde, notamment à partir du Croizic et de Toulouse, pour ce qui relève de la France.

Toutes les personnes désireuses de soutenir ces initiatives peuvent participer au Club des lecteurs Ah, Bienvenus Clandestins ! d’ABCéditions où ils pourront commander, pour les revendre, le nombre d’exemplaires souhaité, avec un intéressement équivalent à la moitié du prix de l’ouvrage.

Le Club des lecteurs : une formule originale de soutien réciproque

Dit d’une autre façon : l’éditeur offre donc un exemplaire supplémentaire pour chaque livre acheté, de sorte que, tout en conservant l’entière responsabilité des taxes et des charges, il délègue ainsi, par ce Club des lecteurs, son droit de vente aux commanditaires des exemplaires de l’ouvrage. Peut appartenir au Club des lecteurs toute personne morale ou physique, les réseaux, les troupes, les écoles, les centres culturels et sociaux, les libraires indépendants, les bibliothèques, les comités d'entreprises et les collectivités locales, tout individu ou toute institution sensible aux politiques socio-culturelles et artistiques, les militants, acteurs de terrain et... les acteurs de la compagnie NAJE qui le souhaitent.

La sortie du livre est prévue le samedi 15 janvier 2011 à 18h lors de la représentation de La Force des Gueux au théâtre de Chelles... C’est gratuit, mais il est préférable de réserver auprès de NAJE :

LA FORCE DES GUEUX affiche 1901 de Pelizza da Volpedo Galerie d'arte de Milano (pdf, 0 B)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.