JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2015

Quelle est la véritable fonction de cette police-là, toujours efficace du côté des persécu-tueurs ?

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous pourrions cumuler toutes les informations sur la nature des interventions policières dans notre vie quotidienne :

– l'omniprésence des caméras de surveillance, des vigiles et, de plus, des rondes militaires et policières lourdement armés dans nos gares et nos aéroports ;

– les radars sur la plupart de nos routes ; 

– les fouilles de sac à l'entrée de bâtiments publics, voire privés ;

– les entrées très sévèrement filtrées à nos frontières ;

– les expulsions souvent musclées, parfois mortelles, toujours sytématiques des familles démunies et des personnes dites irrégulières (sic !) sur le territoire ;

– les enfermements inhumains et indignes en camps de rétention de familles entières, enfants compris ;

– les poursuites de migrants ;

– les contrôles d'identitté au faciès ;

– les rafles de sans-papiers et de roms, la destruction de leurs affaires, les indélicatesses des uniformes se servant au passage ;

– les entraves multiples à manifestations sur la voie publique ;

– les raccompagnements de militants sous ferme escorte de robocops ;

– les indifférences répétées des services de sauvetage en mer devant les embarcations de migrants à proximité de nos côtes ;

– la collusion de fait de services policiers entiers avec les réseaux proxénètes à Lyon et à Lille ;

– l'extrême célérité des forces de l'ordre à laisser en désordre les campements comme celui des réfugiés à Calais, par exemple ;

– les tirs meurtriers et handicapants sur les manifestants au flaschball et à la grenade assourdissante, et même une fois mortel par grenade dite offensive en France ces derniers mois quand elle aura eu coûté la vie à Rémi Fraisse, notoirement pacifique et sans aucune menace pour qui que ce soit...

Et nous avons supporté tout ça pour quoi ?...

Pour laisser ces forces armées incapables de protéger les journalistes dont ils avaient la responsabilité ?

Quelle est donc la complicité de fait, l'alliance obective, entre cette redoutable efficacité contre les plus démunis et contre leurs simples droits d'expression ou d'opposition, et, en face, cet inadmissible laxisme qui aura eu pu laisser passer les hommes armés encagoulées s'appêtant depuis la rue à aller tuer des journalistes anti-fachistes ?

Jean-Jacques M’µ

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat