Les manifestations pacifistes de jeunes dans toute la Syrie réclamant la démocratie depuis mars 2011 ont dévoilé la nature du régime syrien : pour rester au pouvoir en stoppant les manifestations, et punir collectivement les millions de syriens qui ont manifesté quotidiennement contre lui, le régime syrien a pris la responsabilité d'une répression criminelle et d'une confrontation armée. Depuis 18 mois, il a fait plus de 30000 victimes hommes, femmes et enfants (dont plus de 5000 pour le seul mois d'août) tout en expulsant de leurs foyers plus de 3,5 millions de Syriens, (dont 1/2 million ont pu s'échapper en Turquie, en Jordanie, au Liban ou en Irak) en bombardant les quartiers qu'il considère opposants, puis en y envoyant des mercenaires massacrer les familles. Le régime ne cessant pas ses bombardements et destructions, le nombre de Syriens sans toit risque d’augmenter dans les semaines à venir. La pluie et le froid vont aggraver l’insécurité de ces millions de victimes de la répression de masse aveugle du régime.

Les considérant comme des ennemis, le régime bombarde, exécute ou enlève les déplacés rassemblés de façon visible. Grâce à l'extraordinaire mobilisation de solidarité de la société civile syrienne, la plupart des déplacés sont hébergés, cachés et nourris jusqu'à ce jour par les autres familles syriennes. Par exemple à Deraa, au sud de la Syrie, 45 000 des 60 000 habitants déplacés, après 45 jours de bombardements continus, ont pu être accueillis par les familles des environs. Mais 15 000 d'entre eux n'ont pu trouver de refuge et restent exposés à la vengeance du pouvoir dans des écoles, des églises, des mosquées, ou dans la rue.

La population syrienne, par toutes les composantes, sociales, confessionnelles, ethniques et politiques, a pris en charge financièrement les blessés et les déplacés, depuis mars 2011. Des bénévoles ont constitué des réseaux d’entraide à travers toute la Syrie qui ont assuré les secours depuis le début de la révolution. Les milliers de jeunes des "coordinations" locales démocratiques et laïques qui organisent les manifestations sont également ceux qui, avec d'autres volontaires dans la population, collectent les dons auprès des habitants et organisent les secours.

Mais après 18 mois de blocus et de bombardements, les familles n'ont plus de moyens. Les réseaux militants et associations de secours syriennes à l?intérieur, liées au mouvement révolutionnaire, et qui partagent ses objectifs de société démocratique, laïque et de justice sociale ont réussi à collecter des dons pour nourrir les réfugiés qui ne sont pas pris en charge par d'autres familles jusqu'au mois de septembre. Elles redoutent une forte détérioration de la malnutrition à partir d'octobre et l’apparition de la famine pour la plupart des déplacés sans toit.

À l'appel des organisations
ACDA,
AMF, ATMF, PCF, PG, NPA, Manifeste des libertés, Forum Palestine Citoyenneté, Souria Houria, Union syndicale Solidaires
et de personnalités,
Alain Baron  (Union syndicale Solidaires),
Annick Coupé  (Union syndicale Solidaires), Christian Mahieux  (Union syndicale Solidaires), Driss El Kherchi (Président de l'ATMF), Michel Morzières
 
 
Face à cette urgence, les organisations et personnalités signataires ont décidé :

1-  
D’exiger des gouvernements et instances des Nations Unies la mise en œuvre immédiate des moyens financiers, juridiques, diplomatiques et logistiques, sans intervention militaire étrangère, nécessaires à l’entrée organisations de secours internationales ou toute autre organisation civile syrienne indépendante du régime permettant l'acheminement des secours directement aux millions de syriens dans le besoin, victimes des bombardements, déplacés ou réfugiés, par les organisations de secours internationales, hors de tout contrôle du régime syrien.

2-  D’expliquer à la population française la situation en Syrie et la nécessité de secourir la population syrienne hors du contrôle du régime et par l'intermédiaire des organisations démocratiques laïques issues de la population (organisations de secours locales, coordinations locales et conseils municipaux et locaux indépendants du régime).
 
3-  De collecter dès maintenant en France des moyens financiers pour les faire parvenir aux organisations de secours démocratiques et laïques de l'Intérieur indépendantes du régime. Les organisations de secours françaises et syriennes en France agrées partenaires du collectif garantissent l?acheminement des dons aux personnes qui en ont le plus besoin. Des rapports réguliers ne mettant pas en danger la sécurité des bénéficiaires seront fournis aux donateurs par ces associations partenaires.
 
4-  D’appeler les organisations progressistes et des droits de l’homme dans les autres pays à constituer des collectifs semblables dans chaque pays.
 
 
Paris le
 
Signatures : 

Pour vous joindre à cet appel, envoyez votre signature à :

secourssyrie@inter-co.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 13/09/2012 13:02
  • Par JJMU

http://appelsyrie.medecinsdumonde.org/

Et ça ?... Seulement ça, ça devrait nous faire prendre position, non ?...

Juste ne pas laisser des gens souffrir, que les morts ne soient pas tués sans réaction de notre part. Juste par humanité, par fraternité, par solidarité, je ne sais pas, juste pour ces quelques mots qui n'ont aucun sens s'ils ne restent que des mots.

Jean-Jacques M’µ