JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2015

C’est l’État qui doit prendre en charge l’accueil, le suivi et la protection des populations !

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu'Amnesty international appelle en vain à interpeller l’État sur ses responsabilités en matière d'asile, la loi scélérate sera indubitablement votée mardi prochain, comme l'a été, dans l'assourdissant silence des medias, la sinistre loi sur le renseignement que dénonce ici très justement notre ami Gilles Devers.

Le rapport du Défenseur des Droits sur Calais relève qu'il n'est pas entendu par les autorités publiques et que, je le cite : "L'humanitaire ne saurait suffire"... Qu'un organisme institutionnel le reconnaisse en dit vraiment très très long sur ce qui est en train de se jouer !... Nul ne peut plus rien.

Les instances officielles sont résolument déterminées à pourrir les gens sur place, les exilés, leurs soutiens, et les bénévoles. Je parle à la 1ère personne du singulier pour mieux exprimer l'universalité du tragique isolement où nous nous trouvons tous piégés ! Il ne s'agit pas d'une position relative propre à la psychologie de chacun. Oh là non !... Il nous suffit d'ouvrir les yeux.

À qui me dit : « Mais quoi ?... tu veux laisser les gens à la rue ? » je réponds : « Ils y resteront quand même ! »

Ils y resteront, ou bien ils seront enfermés en centres de rétention, ils seront dispersés dans des « hôtels d'urgence » pour deux ou trois jours avant d'être à nouveau rejetés, ils resteront à la rue ou bien ils mouront de faim, de froid et d'abandon. Ils resteront à la rue ou bien ils seront expulsés, déplacés vers d'autres horreurs, d'autres camps, d'autres rues...

Regarde, regarde bien, toi qui veux aider : Oui, venir soutenir dans la mesure de ses propres moyens tout ce qu'engagerait de fait un État respectueux des droits humains, j'y consentirais, oh oui, cent fois oui, j'y participerais, j'y donnerais toute mon énergie, oui, avec ma conviction renforcée par les mesures gouvernementales et une conviction, tu peux croire, renforçant chaque mesure qui serait justement favorable à l'accueil. Mais, voilà, la triste réalité, nous sommes rigoureusement dans le cas de figure absolument inverse.

Il ne s'agit pas, pour les personnes et les assos humanitaires, de venir en renfort d'un État qui remplit ses obligations, oh non ! Hélas !

Non, il s'agit, pour Emmaüs, la Croix rouge, Solidarités citoyennes, de se substituer à l'État, d'en remplir les manques et les défaillances, et même pire !... de jouer les chiens de meute qui ne laissent pas un seul espace de libre. C'est le grand nombre des malheureux qui se laissent guider par eux qu'on peut plus malléablement encore livrer dociles aux mains des rafles policières, des contrôles musclés, des destructions manu militari des abris et des fournitures données par les bonnes volontés.

Non seulement notre action tombe dans le tonneau des Danaïdes de la répression constante des autorités, mais, de plus, notre propre crédulité envers les orgas humanitaires perpétue le système répressif lui-même, et le conforte et le stimule. C'est consternant, tant de féroce cynisme au nom de droits pourtant bafoués par tous, par les préfectures hostiles et par les ONG paternalistes. La béatitude des médias à ce sujet est complice de l'endormissement de la vigilance de l'opinion publique qu'on manie à coup de phrases lapidaires sur les comptoirs de tous les cafés du pays et à longueur de spots dans les radio-télés.

Pas plus que pour le 11 janvier, il ne faut les laisser aliéner nos consciences.

Ce n'est pas que je sois trop faible devant ce ras de marée bête et méchant, c'est surtout que je me sentirais mort à me laisser emporter par ce courant de médiocrités envahissantes qui affluent de toutes parts au nom d'une pseudo « efficacité humanitaire » (sic) rendue pourtant totalement impossible par ceux-là mêmes qui la produisent et qui en vivent.

Je voudrais bien recommander les appels à secours des bénévoles, mais, là, non ! c'est trop dur, leurs systèmes où s'écrasent schizophrénétiquement toutes les meilleures volontés, toutes, toutes, toutes.

Trop dur de voir les bénévoles servir de filtre aux administrations qui accepteront au cas par cas les plus souples et dociles, les plus intéressants des cas présentés.

Trop dur de mettre son énergie à replâtrer ce qui est du rôle de l'État et que l'État ne fait pas (pire, non seulement l'État ne remplit pas son rôle de protection des populations sinistrées, mais, de plus, l"État s'acharne contre les sinistrés et leurs soutiens).

Trop dur de savoir que nos petits gestes ne suffiront jamais jamais jamais à résorber toute cette accumulation de désastres humains. Trop dur de savoir que notre sens de l'humanité va s'absorber et s'anéantir contre le refus intégral de toute écoute de la part des pouvoirs publics qui ont créé cette situation et qui l'entretiennent.

Trop dur de voir les bonnes volontés trompées, détournées de la seule unique solution efficace : L’ÉTAT !

Trop dur de savoir que toute cette énergie que les uns et les autres mettent à l'impossible, à cette impossibilité radicale de fait à parvenir à aider vraiment les demandeurs d'asile, toute cette immense énergie est une goutte d'eau dans l'océan de la volonté des pouvoirs en place de continuer leur œuvre mortifère commencée avec le pillage des pays anciennement colonisés, avec la corruption de leurs élites par nos grandes entreprises, avec l'accaparement de leurs terres par nos nervis et nos forces armées, et que tout ça passe à la trappe à la rubrique PERTES ET PROFITS DU CAPITALISME VICTORIEUX.

Trop dur de savoir que pendant que nous nous démenons à secourir les malheureux, les pouvoir préparent la loi sur l'asile dont personne ne parle et qui sera pire comme est pire la loi sur le renseignement votée la semaine dernière sans qu'aucun média ne frémisse.

Trop dur de savoir que toute cette agitation sert à nous accaparer pour nous détourner de la seule chose à faire : RÉCLAMER À L’ÉTAT D’ARRÊTER AVEC LES PERSÉCUTIONS ET DE METTRE EN PLACE UN VÉRITABLE PLAN D’ACCUEIL DES POPULATIONS EN DANGER À NOS FRONTIÈRES.

Jean-Jacques M’µ

Damnés pris dans les glaces © Bernard Buffet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel