JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 11 juil. 2015

États d’âmes féministes : « JE VAIS LA TUER »

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors je lui ai dit “Je vais te buter”, comme ça. Je lui ai dit “Puisque tu me bousilles la vie ici, je ne veux plus te revoir dans le coin, je te donne une semaine pour quitter la région, sinon je te tue. J'ai les armes avec moi. Je viens et j'en finis avec le mal que tu me fais.

Le gars nous a dit ça et nous n'avons rien dit. Nous l'avons écouté sans moufter. Nous étions trois, trois hommes à l'entendre parler de menaces directes contre sa compagne qui lui fait vivre un enfer, et nous lui avons laissé dire ces phrases au milieu de tout un long récit de piteuses misères et de calamités fréquentes sur sa longue et triste existence avec elle, manifestement manipulatrice, perverse, égoïste... ok, ok, ok. Nous ne l'avons pas contredit, nous ne nous sommes pas opposés à ces propos ; c'est à peine si on l'a un peu discuté, si l'on a continué de chercher à maintenir les liens entre nous, relancé la discussion, posé quelques vagues questions pour demander des précisions. Nous l'avons entendu dire ça, et le répéter, « QUITTE LE PAYS SINON JE VAIS TE TUER », sans réagir, au milieu de tout le reste, une longue série d'anecdotes douloureuses et poignantes, pas si éloignées de ce que nous avons eu pu rencontrer çà et là dans nos propres vies. Un copain de lutte, on ne peut pas s'en désolidariser, alors on l'encourage, on lui dit Tiens bon, surtout, ne te laisse pas aller !... – « Aller à quoi », d'ailleurs ?... On ne peut que partager avec lui. Après tout, bien considéré, il y a eu entre nous tant de causes communes, tant de galères, tant de difficultés à dépasser. Et puis, voilà, simplement, il était là, il avait mal, il n'était pas bien, il souffrait. À quoi bon ressortir nos principes face aux réalités d'un des nôtres aussi malheureux que nous avons eu pu l'être. – Ciao, l'ami, ne te laisse pas abattre, surtout.

Ne te laisse pas abattre !

Une nuit à me demander qui abatt(r)ait qui ?

Récapitulons.

Si une femme avait été là, avec nous, ce genre de propos aurait-il pu se proférer avec autant de complaisance ?

Si une des femmes que j'aime et que j'apprécie savait que je suis resté sans réagir, m'aurait-elle conservé sa confiance ?

On ne peut pas s'en tenir aux seuls mots, essaie-t-on de se convaincre, pour se disculper de cette démission de la vigilance, il y a de fortes chances qu'il n'y aura pas passage à l'acte, n'empêche ! il y a eu tout de même ces mots inacceptables, de véritables menaces réitérées et rendues publiques, nous rendant complices de fait d'un crime annoncé.

Qu'attend-il de cette annonce ?

Que nous poussions l'ex-compagne à la sortie du pays ?

Renoncer à ce principe élémentaire consistant à admettre que « Personne ne peut imposer une conduite à quiconque ». Soit !. Le respect ni la tolérance ne peuvent s'invoquer pour infliger à l'autre une situation, un comportement, un état de fait. Mais... Bon, laissons.

Cependant, si c'est bien violent pour lui, en effet, d'avoir à se trouver dans le même espace de vie que celle qui lui a fait tant de mal, c'est une violence personnelle, avec laquelle il doit faire, comme font tous ceux qui ont à supporter au milieu des êtres qu'ils aiment et qu'ils fréquentent le voisinage obligé de délateurs, de médisants, voire d'assassins de leurs propres familles (combien de pays, comme l'Espagne que je connais, ou le Portugal, le Midi de la France, l'Italie... ou, plus récemment, le Rwanda, l'ex-Yougoslavie, sont composés de gens qui grandissent et vieillissent au milieu des meurtriers de leurs parents ?... combien ?...).

Bref. C'est un parti à prendre : ou bien on accepte ce type d'environnement, qui est ultra violent dans sa quotidienneté, dans sa banalisation, où le Bonjour est rituellement adressé au salaud avec l'aval de la société ambiante, ou bien on le fuit. Mais on ne peut pas obliger l'autre, on ne peut pas davantage obliger les copains d'obliger l'autre, on ne peut pas faire de nos copains qui militent pour l'égalité des droits de fonctionner comme des potentats locaux, comme des caciques qui donnent ou non aux sujets (femmes) le droit de rester ou l'obligation de partir.

Autre chose : j'en ai parlé aussi à des mecs, et...

J'ai raconté mon mal être à d'autres amis, le lendemain, j'avais tellement envie, aussi, tellement besoin de me libérer de ce fardeau trop lourd pour moi, d'écrire aux copains pour leur dire que nous nous étions laissés entraîner dans les vapeurs de la misogynie ancrée par nos éducations respectives ; et que notre amitié doit pouvoir être capable d'empêcher le copain de poursuivre dans ses élans, autant l'acte de rejet qu'il revendique au nom de sa propre peine que la menace de mort, ces deux gangrènes qui lui sont venues en tête comme une malédiction dont il doit se prémunir, se préserver, se défendre avant tout, avant elle-même.

J'espérais que des hommes m'aideraient à trouver les mots, la démarche utile et nécessaire pour calmer le jeu, comme on dit, pour sortir de la dramatisation de l'affaire, pour rétablir un semblant de retour à un minimum de tenue sociale, pacifique, la plus apaisée possible. On m'a répondu très gentiment sous le leitmotif : « Y'aura pas de casse, ça ne nous regarde pas, ça ne sert à rien d'intervenir, il se passera ce qu'il se passera, ce ne sont pas nos affaires ! »

Mais jusqu'où l'irresponsabilisation, la déresponsabilisation, l'irresponsabilié de chacun permettent-il à un système éprouvé depuis des siècles et des sièces de poursuivre la violence inéluctable contre une femme ?... Soit la virer d'ici avec la complicité des gens du coin par une convergence de pressions inacceptables, soit la virer du registre des vivants ?... Va-t-on jouer le jeu de tous les patriarcats ?...

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?...

© roidesrats

Jean-Jacques M’µ

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema