JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 13 mars 2015

La supplication ou comment donc échapper à la mortifère fascination du nucléaire ?

Avec ces pouvoirs qui programment la mort de leurs propres populations qu'ils sont pourtant censées protéger, c’est toujours la même question : « MAIS POURQUOI NE LES ARRÊTE-T-ON PAS ???!!!... »

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec ces pouvoirs qui programment la mort de leurs propres populations qu'ils sont pourtant censées protéger, c’est toujours la même question : « MAIS POURQUOI NE LES ARRÊTE-T-ON PAS ???!!!... »

Je pourrais me laisser croire que c'est parce que notre fascination pour la technologie est devenue si addictive que la mort annoncée devient comme un pari aussi ridiculement sordide et pathétique que celui de la Chêvre de Monsieur Seguin condamnée à une mort certaine.

Hélène ou mémoire de l’avenir, de Nathalie Vannereau © Sophie LL

Svetlana Alexievitch avait mené une enquête de trois années pour questionner des centaines d'hommes et de femmes de la région de Tchernobyl après la catastrophe nucléaire d'avril 1986. La série de récits qu'elle en a recueillis est parue dix ans plus tard sous le titre français de La supplication, Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse sous la traduction de Galia Ackerman et Pierre Lorrain aux éditions Jean-Claude Lattès. La supplication est de l'ordre de la tragédie, elle commence par un prologue, y pose ses trois périodes, la terre des morts, la couronne de la création et l'admiration de la tristesse, pour déboucher sur une conclusion emplie d'un entier scepticisme concernant l'esthétique de la souffrance.

Dix ans plus tard, soit vingt après la catastrophe, l'équipe de Brut de béton est venue travailler avec les familles qui étaient encore resté vivre dans la région toujours contaminée. Véronique Boutroux en a ramené une galerie de portraits saisissants, qui marquent l'essoufflement d'hommes, de femmes, d'enfants et d'animaux abandonnés dans des morts lentes et grises Le Petit musée de la catastrophe.

Nathalie Vannereau pour sa part avait repris le prologue pour dire le texte d'Hélène, jeune veuve d'un des liquidateurs, et l'avait joué devant la centrale avec pour tout public le personnel de surveillance de la zone interdite.

Ce sont ces deux spectacles que Bruno Boussagol nous permet de partager à La Parole errante lors de cette semaine du 11 au 15 mars qui se souvient qu'il y a quatre ans, c'était Fukushima. Que sont devenus les bouleaux d'Ukraine, les cerisiers du Japon, que vont devenir les vignes de nos pays si nous laissons les fous qui nous dirigent perpétuer cette technologie mortifère ?

 Jean-Jacques M’µ

Hélène, mémoire de l’avenir, de Nathalie Vannereau © Sophie LL

Vendredi 13 mars 2015 à partir de 18h30

  • 19h00 LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 19h40 ELENA ou la mémoire du futur
  • 21h00 L’IMPOSSIBLE PROCÈS 
  • 22h30 Débat avec Françoise Boman (médecin) et la revue ATOMES CROCHUS

Samedi 14 mars à partir de 18h00

  • 18h30 et 19h15 LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 19h30 Lecture par le COLLECTIF PARCE QU’ON EST LÀ
  • 21h00 L’IMPOSSIBLE PROCÈS
  • 22h30 BAL avec La FANFORALE du DOUZBEKISTAN

Dimanche 15 de 13h30 à 19h

  • 13h30 et 14h15 LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 14h30 LE SACRIFICE  film de Wladimir Tchertkoff
  • 15h00 ELENA ou la mémoire du futur
  • 16h15 Le Grand débat du MONDE DIPLOMATIQUE avec ses journalistes Sébastien Gobert et Laurent Geslin
  • 18h30 LA CIGOGNE  texte de et lu par Armand Gatti 
  • 19h00 Clôture

Durant la manifestation : bar , petite restauration , librairie , table de presse .

Expositions : l’une didactique, de l’association Independent Who, l’autre des photos de Véronique Boutroux.

Vous pourrez réaliser une grue en papier à l’atelier origami pour l’association « 1000 grues ».

Remerciements : Cette manifestation est réalisée sans subvention publique grâce au soutien des artistes, journalistes, éditeurs, et bénévoles intervenants durant les 5 jours et des partenaires bienveillants dont les logos suivent.

Elle bénéficie du soutien exceptionnel de la COOPERATIVE EELV. www.ecolocoop.org

Les bénéfices éventuels entreront dans la production d'un film grand public réalisé par Jean-Philippe Desbordes à partir de L'Impossible Procès.

Remerciements à Armand Gatti , Jean-Jacques Hocquard, et leur équipe.

Remerciement à Nathalie Robin.

Renseignements pratiques

LA PAROLE ERRANTE – LA MAISON DE L’ARBRE

9 rue François Debergue 

Métro: ligne 9 Arrêt : Croix de Chavaux ATTENTION ! ligne de métro 9 suspendue les 14 et 15 mars à hauteur de Nation  : prévoir une demi-heure de trajet en plus pour la traversée en autobus de la porte de Montreuil.

Réservation : 06 08 46 69 44

Prix d’entrée par journée :

Tarif de soutien : 25€ – Tarif normal : 15€ – Tarif réduit : 10€ – Tarif autre : 5€

Le petit Musée de La Catastrophe  (seul) tarif unique : 8 euros

Innovation : celles et ceux qui peuvent se le permettre achètent anonymement pour 10 € une place à destination de quelqu’un(e) qui ne peut pas la financer.

Hélène ou mémoire de l’avenir de Nathalie Vannereau © Sophie LL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis