JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2012

L’orientation des stèles

Victor Segalen était né un 14 janvier, en 1878, médecin militaire dans la marine, il avait l’art de s’approprier en ethnographe les terres où il faisait escale, ce qui lui permit en 1904 de récupérer aux îles Marquises les derniers croquis, destinés au rebut, de Paul Gauguin, mort trois mois plus tôt, avant de s’en aller porter ses soins lors de l’épidémie de peste en Mandchourie puis de s’installer en Chine avec sa famille où il rédigea ses poèmes en prose : Stèles, parus à Pékin en 1912. 

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Victor Segalen était né un 14 janvier, en 1878, médecin militaire dans la marine, il avait l’art de s’approprier en ethnographe les terres où il faisait escale, ce qui lui permit en 1904 de récupérer aux îles Marquises les derniers croquis, destinés au rebut, de Paul Gauguin, mort trois mois plus tôt, avant de s’en aller porter ses soins lors de l’épidémie de peste en Mandchourie puis de s’installer en Chine avec sa famille où il rédigea ses poèmes en prose : Stèles, parus à Pékin en 1912. 

Stèle de la Danse à Xian © Inconnu

Stèles

Selon l’auteur de la préface à l'édition NRF Gallimard, Segalen s’est servi de ce qu'il trouvait en Chine comme de matériau de construction (cf. le titre d’un autre de ses ouvrages, Briques et tuiles), pour exprimer ce qu’il avait à dire. Le poète parle de moule dans lequel il a fondu son art.

Mais quel est ce moule ? Segalen l’explique dans son avant-propos : « Sous les Han, voici deux mille années », les stèles étaient des montants destinés à faciliter la mise en terre des cercueils. On y inscrivait des commentaires en guise d’oraison funèbre. Elles sont maintenant des plaques de pierre, montées sur un socle, dressées vers le ciel et portant une inscription.

Leur orientation est significative.

Les stèles donnant au sud concernent l’Empire et le pouvoir, celles vers le nord parlent d’amitié, celles vers l’est d'amour, les stèles vers l’ouest concernent les faits militaires.

Plantées le long du chemin, elles sont adressées à ceux qui les rencontrent, au hasard de leurs pérégrinations ; les autres, pointées vers le milieu, sont celles du moi, du soi...

À chaque partie correspond un idéogramme chinois, et une phrase en chinois est portée en tête de chaque poème.

Si j’avais pu connaître la forêt de stèles sur les bords du lac Xuan Wu de Nankin, je pourrais sans aucun doute reprendre pleinement à mon compte ces passages extraits du blog d’un enseignant non identifié :

La forêt de stèles, à Xian, est une expérience magnifique, même pour ceux qui ne lisent pas le chinois. C’est avant tout une expérience physique, avant même d’être visuelle, et loin avant d’être de déchiffrage. Le voyageur, en s’y promenant, pense inévitablement à Victor Segalen, qui fut tellement fasciné par ces monuments d’écriture qu’il en conçut son livre le plus connu.

Cette stèle est la combinaison de huit caractères dont les quatre premiers (Ke, Ji, Fu, Li) renvoient à des préceptes confucéens très austères : “régler ses passions“, “cultiver son esprit”, “s’écarter de l'orgueil”, “observer les bienséances”. Or, ce qui m’émeut aux larmes et me fait aimer la Chine plus que toute autre culture, c’est le fait que le résultat est un personnage qui danse. On oublie trop souvent que Confucius aimait la musique, qu’il dansait, qu’il chantait et qu’il jouait de la cithare. C’est la Chine que j’aime : la sagesse et l’enthousiasme, l’austérité et le sourire irrésistible...

Victor Segalen publia ses Stèles en hommage à Paul Claudel, il édita Arthur Rimbaud dont il étudia sa correspondance avec Paul Verlaine, et il sauva les dernières œuvres de Paul Gauguin. Décidément, cette génération des arts symbolistes était particulièrement sensible aux Paul.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.