JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 16 juin 2014

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Opération masturbatrice d'enfumage : « Penser/Créer avec Fukushima »

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des postmodernistes déprimés organisent cette semaine à Paris une opération masturbatrice d'enfumage : « Penser/Créer avec Fukushima ». L'infamie gagne du terrain.

Par admin le lundi 9 juin 2014, 14:41 - International

De Kyoto ce 5 juin 2014, Thierry Ribault (chercheur au CNRS séjournant au Japon depuis vingt ans et présent depuis le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima) et Nadine Ribault (écrivaine et romancière, ancienne enseignante en France puis au Japon) dénoncent l'opération d'enfumage "internationale" montée à  l’INALCO et  à  la  Maison  de  la  culture  du  Japon à Paris intitulée « Penser/Créer avec Fukushima ». L'idéologie des organisateurs et participants au colloque : déconnecter du réel le désastre nucléaire pour en faire un sujet de réflexion "esthétique", un nouvel "opium du peuple"...

__
Mus et alimentés par la pulsion liberticide du national-nucléarisme et avec d'autres postmodernistes déprimés devant la «démesure du monde », deux enseignants  et écrivains,  Michaël  Ferrier de l’université Chuo  à  Tôkyô,  et Christian Doumet, de l’université Paris 8 et membre de l’Institut Universitaire de France, organisent du 12  au  14  juin 2014  à  Paris,  à  l’INALCO  et  à  la  Maison  de  la  culture  du  Japon, une « Rencontre internationale » intitulée « Penser/Créer avec Fukushima ».

En  rendant  tous  les  risques  acceptables,  en  niant les   effets   sanitaires   de   l’irradiation,   en   mobilisant   une   science   devenue   productrice d’ignorance,  en  faisant  de  chacun  le  co-gestionnaire  de  l’administration  du  désastre  et  le  responsable  de  sa  propre  destruction,  en  faisant  de  la  technologie  nucléaire  une  force sociale  plus  puissante  que  l’aspiration  à  la  liberté,  en  travaillant  à  la  grande " inversion" du désastre   en   remède (le soit-disant "retour d'expérience"),   en   poussant   plus   avant   la  géométrisation   morbide   de   la   vie quotidienne,  en  niant  l’homme  en  tant  qu’homme,  le  national-nucléarisme  fait  le  choix, quand  il  le  juge  nécessaire,  d’annihiler  la  vie  au  nom  de  l’intérêt  national  et  de  déposséder les individus de leur propre existence et de leur liberté au nom d’un supposé intérêt collectif servant  de  paravent  à  des  intérêts  industriels  supérieurs.  Pour  ce  faire,  cette  idéologie légitime et organise la coexistence d’une technologie des plus avancées, avec une profonde régression de la conscience.

Le désastre est l’opium du peuple et, à l’instar des précédents, celui de Fukushima ne fait pas  exception  à  la règle.  Au  lieu  d’amener  à  une  véritable  prise  de  conscience  qui entrainerait une remise en cause radicale de nos croyances, de nos modes et de nos choix de vie et nous  entrainerait  vers  les  véritables  décisions  qui  pourraient,  non  pas  effacer le mortel préjudice  (ce  n’est  plus  possible  dans  le  cas  du  nucléaire),  mais  cesser  la  propagation  (et donc l’accroissement des menaces et des dégâts), le désastre, habillé de sa qualité "désirable", plonge  les  populations  dans  le  sommeil  éternel  de  la  drogue  qui  annihile  les  instincts, devenant  lui-même un  instinct. 

Tout   élément   relatif   à   la   sûreté   des   centrales   nucléaires   et   aux conséquences   d’un   accident   sur   les   populations,   relève   désormais   de   la   diplomatie étrangère, de l’anti-espionnage et de la lutte anti-terrorisme. Par sa militarisation fatale, son chantage sécuritaire et son administration discrétionnaire de  l’oubli,  le  national-nucléarisme  ne  se  contente  pas  de  restreindre  la  liberté,  il  attise  la peur.

Le national-nucléarisme français ou japonais est  cette  pathologie  de  la  conscience  qui  nous  interdit  de  penser  le nucléaire et ses catastrophes, pour mieux nous faire penser à travers eux.

Un texte salutaire de réflexion et de décryptage pour se soustraire au cadre de la pensée dominante et de l'idéologie nucléariste :

(téléchargement)

Le tableau "Guernica" de Pablo Picasso nous est apparu évident pour illustrer le massacre, par les assassins fanatiques-scientistes-nucléaristes, du vivant, de l'humain et de la conscience

_

Thierry Ribault : http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article125 - Nadine Ribault : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nadine_Ribault

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2014/06/09/Des-postmodernistes-d%C3%A9prim%C3%A9s-organisent-cette-semaine-%C3%A0-Paris-une-op%C3%A9ration-masturbatrice-d-enfumage-%3A-%C2%AB-Penser/Cr%C3%A9er-avec-Fukushima-%C2%BB.-L-infamie-gagne-du-terrain.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon