JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 29 oct. 2010

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

6. L'hospitalité ?... L'urbanité ?... Des mots qui cachent les exclusions

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À situation bloquée, débat bloqué, telle est la conclusion d’une année d’occupation de la très patrimoniale et médiatique “Marquise”, où l’on aurait pu espérer que l’action militante accouche enfin d’une pensée rénovée sur la ville, et esquisse la définition d’une politique d’hospitalité ringardisant les vieilles équations de la politique du logement.

Par Sébastien Thiery, Docteur en sciences politiques.

Évacuation des lieux, échauffourées, dissipation. Il est 8h du matin, samedi 23 octobre, les forces de l’ordre ont bouclé les accès à la Marquise, nom donné par ses ex-occupants à l’hôtel particulier sis 1bis Place des Vosges. Le rideau tombe, chacun est invité à rejoindre son chez soi. Pour la trentaine d’étudiants de Jeudi Noir expulsés, chez moi c’est chez une copine. Quant à la propriétaire des lieux, Béatrice Cottin, 88 ans, chez moi c’est là bas où j’y suis depuis deux ans, à savoir une élégante maison de retraite parfaitement chauffée. L’hôtel particulier de 1500 m2 ne l’est pas. La vieille dame n’y habitait d’ailleurs plus depuis des années. Il restera vide sans doute encore longtemps.

Le camp de la propriétaire, sous tutelle, remporte pas moins de 72 000 euros en guise de réparation du « préjudice » occasionné par l’occupation d’un lieu inoccupé qui, accessoirement, a été nettoyé, entretenu, augmenté d’un jardin, et visité par d’éventuels futurs acquéreurs à l’occasion d’ouvertures publiques. C’est en somme tout bénef. Quant aux squatteurs, ils ont vécu un an dans un bien bel endroit pas trop mal situé, et pour un loyer qui, si l’on s’en réfère à ces « indemnités d’occupation », revient à tout casser à 200 euros mensuels par tête. Abstraction faite de la plus ou moins grande satisfaction des intérêts contradictoires, il n’y a donc rien à retenir pour la collectivité de cet affrontement convenu.

On raconte que chacun s’est retranché sur ses positions régulières : les méchants squatteurs dénonçant les méchants propriétaires, et vice et versa.

Piètre bilan politique pour cette action des Jeudi Noir. Malgré une année passée dans une majestueuse arène, en plein cœur de Paris, personne n’est parvenu à faire entendre toute la modernité de la loi de réquisition. Outre le fait que, derrière ce texte qui ne circule pas sous le manteau, ne s’organise nul complot bolchevique, il eût fallu expliquer que la procédure de réquisition est clairement encadrée, que ses bénéficiaires sont strictement définis (article L. 642-2), que sa durée d’application est nettement délimitée, et que sont même prévues des indemnités d’occupation (article L.641-7) permettant au propriétaire jamais violé de ne pas se sentir volé. Alors, la voie eût été ouverte à une réflexion sur les modalités d’occupation de lieux vacants qui, permettant d’envisager des miracles, étant donnée l’étendue de la vacance dans nos villes, permettrait de rompre avec les invraisemblables politiques de l’urgence dont le contribuable n’a, semble-t-il, toujours pas connaissance du coût.

Si les militants ont leur responsabilité, réduisant souvent leur combat à quelques slogan bas du front du type « a-pplication d’la loi d’réquisition ! (bis) », les architectes ont la leur qui ne se manifeste guère pour faire la démonstration des multiples interventions envisageables dans les espaces vacants afin d’y créer les lieux de vie nécessaires à la co-habitation. Réquisitionner n’est pas confisquer, et les 10% de logements vides à Paris sont disponibles pour un temps selon les termes de la loi. Comment occuper ces lieux tout en s’en occupant ? Comment envisager du temporaire qui ne soit pas au rabais, d’astucieuses réhabilitations pour la nécessaire reconstruction de ceux qui pourront habiter un temps ici, et envisager alors d’autres temps meilleurs ailleurs ? Comment construire autrement qu’industriellement, dans les délaissés urbains notamment, et attendre d’une politique du logement une autre ambition que celle de faire disparaître les corps en trop en créant des niches en masse et, surtout, éloignées ? Comment créer au cœur de la ville les lieux de vie pour les 30% de sans-abri qui travaillent ici-même, pour les 100 % d’étudiants qui étudient ici-même, et pour tous les autres ?

Place des Vosges, mille expérimentations auraient pu et dû être conduites démontrant les innombrables réponses envisageables pour faire face à la réalité protéiforme du mal logement. Il n’y a que les fanatiques pour croire les intérêts inconciliables, les problèmes globaux et les solutions éternelles. Le droit est souple et malléable, comme la ville, plastique et pleine de respirations trop peu révélées. Pour trouver le chemin de réponses alternatives aux prétendues « solutions de logement », il faut expérimenter tous azimuts : redoubler de sens tactique pour que s’applique enfin la loi de réquisition, et s’inventent des dispositifs du même acabit, justes et audacieux ; redoubler de sens technique pour ringardiser la catégorie de « logement », sèche et réglementaire, et inventer des formes d’habitat permettant de répondre à des besoins singuliers, pour des temps singuliers. Le dénouement de l’occupation de la Marquise fait, au contraire, entendre qu’il n’y a pas d’issue. Parce qu’on ne cesse de donner au droit au logement le sens d’une revendication de ceux qui n’ont rien contre ceux qui ont tout, cette impasse est collective. Outrepassant les intérêts particuliers de chaque camp, l’enjeu crucial s’avère l’invention d’une ville hospitalière pour tous, pour l’intérêt de tous, pour ce qu’en d’autres termes l’on a coutume de nommer la République.


Auteur de l'article : Sébastien Thiery -

Tél : 0033 612 34 70 28

www.atelier-immediat.blogspot.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff