JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 30 janv. 2011

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Sauvons-les haut et court !

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La police et l’armée se sont détournées de l’oppression contre les populations. En Tunisie et en Égypte. Du moins en ces temps troubles... Sans doute avant de lancer leurs chars ?.. comme les Soviétiques en août 1968 sur le printemps de Prague. Et voilà que l’agence Reuters nous fournit cette information croquignolette – pour... la France !... (je crois savoir que Reuters ne dépend pas des mêmes intérêts que l’AFP ou d’autres organes de presse tels que ceux de Dassaut et de Lagardère, par ailleurs maîtres des forges militarisées à destination des pays les plus corrompus de la planète en même temps que maîtres à penser de la plupart de nos journaux, une exclusivité bien franco-française, dont le système est très éprouvé, on le sait, pour résoudre les conflits d’intérêts entre les marchands d’armes et l’indépendance de l’information).

Quoi qu'il en soit, Israël propose « la plus grande réserve vis-à-vis du voisin égyptien avec qui il a conservé 30 ans de paix ». On comprend que les systèmes se soutiennent au moins par “la plus grande retenue”, lorsque leurs intérêts sont à ce point confondus... On le comprend aussi, toutes proportions gardées, avec notre ministre des Affraires étrangères qui, soit dit en passant, et avec à peine un peu moins de retenue... passait tout de même ses dernières fêtes en Tunisie avant de leur proposer spontanément les services de nos propres forces à mâter (pour rappel : les manifestants pacifistes et pacifiques – désobéissants non-violents – contre les déchets nucléaires d’Areva ont été chargés manu militari et... condamnés ce dernier automne !... (voir billet n°15. Répression contre militants anti-nucléaires non violents)

On devine derrière ces manœuvres une certaine conception de l’ordre et de la sécurité que même un policier – obéissant sans état d’âme – peut comprendre quand il lui faut choisir entre les injonctions de son système et les appels de la population contre les irradiations de l’uranium enrichi)...

Mais voilà qu’à présent, ce sera désormais nos propres manifestations qui vont devoir se passer du bras armé des répressions policières : les compagnies républicaines de sécurité n’apprécient pas les mesures d’austérité et leur éradication. Il faut les sauver !... Que seront nos manifs sans eux !... Je les regrette déjà ! Et, bien que je sais que je ne serai ni lu ni suivi d'effet, je demanderai bien une minute de silence pour... me retenir à mon tour.

JJ M'µ

Je cite donc cet article de Jean-François Rosnoblet, édité par Thierry Lévêque :

Epidémie d’arrêts maladie chez les CRS mécontents

Le malaise provoqué chez les policiers français par la probable fermeture de deux compagnies de CRS à Marseille et Lyon provoque un absentéisme volontaire et ce qui s'apparente à une grève de la faim. Lire la suite l'article

Les effectifs de plusieurs compagnies de CRS ont pris la décision de ne plus s'alimenter ou d'avoir recours massivement à des arrêts maladie, dit-on de source syndicale dimanche. Ils réfutent cependant les termes de "grève de la faim".

C'est la dernière méthode en date pour exprimer une protestation de plus en vive dans la police contre des réductions ou suppressions d'effectifs imputées aux économies budgétaires générales de l'Etat.

A Lyon, 90 CRS de Sainte-Foy-les-Lyon, soit 70% des effectifs de la compagnie, ont été les premiers à manifester ainsi mercredi leur colère contre le projet de fermeture de leur compagnie.

Ces policiers ont présenté des arrêts maladie à leur hiérarchie pour justifier leur absence, l'une des seules façons pour ces fonctionnaires de police, qui ont interdiction de faire grève et sont soumis au devoir de réserve, d'exprimer leur mécontentement.

Le mouvement a depuis fait tâche d'huile. La quasi-totalité de la compagnie 58 de CRS basée à Perpignan, qui devait samedi renforcer la sécurité autour du match de football entre Arles-Avignon et le Paris Saint-Germain, a refusé de venir.

De source syndicale, on ajoute que le virus a touché la compagnie 53 de Marseille dont l'effectif serait également décimé par les arrêts maladie.

GRÈVE DE LA FAIM ?

Actuellement en déplacement dans la région parisienne, les CRS de la compagnie 54, également basée à Marseille et directement menacée de disparition, ont pris pour leur part la décision de ne plus s'alimenter.

"Ils ne vont plus prendre de repas pendant une durée indéterminée", précise-t-on.

Les effectifs de la compagnie 6 de Saint-Laurent du Var, qui ont remplacé leurs collègues de Perpignan pour la sécurité du match à Avignon, ont décidé de recourir à cette grève de la faim qui ne dit pas son nom à l'issue de la rencontre sportive.

"C'est un mouvement général qui s'amplifie, une solidarité qui s'impose à tous", a affirmé à Reuters le secrétaire régional d'Alliance police nationale, David-Olivier Reverdy.

À l'échelle nationale, un "plan d'action" a ainsi été mis en place par les syndicats depuis plusieurs jours dans les 61 compagnies de CRS qui n'assurent plus que les missions de prévention, d'assistance à personnes en danger et de flagrants délits.

Le mouvement consiste notamment à cesser les contrôles routiers et les verbalisations, souligne-t-on de source syndicale.

"La fermeture de deux compagnies de CRS, à Lyon et Marseille, et de sept escadrons de gendarmerie mobile est une décision inacceptable", s'insurge le délégué régional CRS du syndicat Unité-SGP-Police, Raymond Vasquez.

Elle intervient, dit-il, "alors que 1.300 postes ont déjà été supprimés dans nos effectifs en 2009 et 2010".

La décision du ministre de l'Intérieur serait officialisée le 7 février lors d'une réunion entre le directeur général de la police nationale et les syndicats de policiers, dit-on de source proche du dossier.

Jean-François Rosnoblet, édité par Thierry Lévêque

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin