DE LA NATURE DU POUVOIR MACRON ET DE LA TETANIE DES OPPOSITIONS.

Geneviève Legay vient sortir de l'Hôpital. Elle n'a qu'une hâte reprendre son gilet, le drapeau de la paix et la lutte contre un pouvoir qui se fascise et dont l'opposition peine à concevoir la nature. Une nature que l'Assemblée des Assemblée intuitivement a intégré, optant pour la Sixième République, la sortie du Capitalisme, et appelant à résister par des actions efficaces.

Résultat de recherche d'images pour "gilets jaunes"

 

Quand il ne séduit pas, Macron mais aussi les siens, use de la violence y compris sur les corps, afin d'imposer ses intérêts, seuls à motiver le personnage qui a "braqué" l'Elysée selon ses propres termes. 

Poussé et "inventé" par une minorité, une oligarchie sans socle populaire, ce qui se voit pour tout commentateur sérieux, dans le grand débat qui aura en 3 mois avec le battage qu'on a connu réuni 500 000 personnes au grand maximum. Les épisodes Benalla, l'affrontement du Sénat, le groupe oligarchique où Macron va dîner, passe des vacances, la violence dans la rue qu'il organise et ordonne, la tentative ridicule des "foulards rouges" que le pouvoir voudrait phalange, le refus de négocier, de "changer de cap" la violence des propos, les postures, ne sont ni un accident, ni des enchaînements accidentels, ni de l'incompétence mais bel et bien une dérive fascisante et non seulement anti démocratique. 

Son opposition "installée" qui siège encore au Palais Bourbon, à de très rares exceptions près... est à l'Ouest. Elle ne voit qu'incompétence, ou maladresse... Or, tout indique une normalisation de type fasciste avec ses arrestations arbitraires, une ministre de la Justice assistant à la condamnation d'opposants en gilets jaunes, de condamnations de milliers de gens, de persécution, de vols de portables d'ordinateurs, de cambriolages étranges... etc ...

Même quand un député est matraqué, quand des journalistes sont blessés ou gardés à vue... par la répression, elle ne réagit que mollement afin de ne pas rater le grand rendez vous des élections factices de Mai prochain...Une partie de la droite alterne soutien à la répression et défend pied à pied les niches fiscales des grands notables débatteurs... 

Au syndrome narcissique de Macron répond la dérive "nichiste" de cette opposition qui pour l'une défend les niches fiscales, l'autre ses "niches parlementaires" et fait coucouche devant la majorité à de rares .. trop rares exceptions près...

Ce n'est plus une Chambre, que nous avons mais un rassemblement où "en même temps" se font face des pavloviens du vote pour Macron, de l'autre, des nichistes en tous genre, avec la marque du collier de plus en plus visible... celle qui trahit la distance d'avec un Peuple qui n'est plus représenté que par sa frange la plus minime, la plus minoritaire de sa sociologie réelle. 

Dérive narcissique virant au violent .... avec des oligarques dont la seule préoccupation est de ne pas contribuer à la vie de ce pays, de payer moins d'impôts, d'être "servis" pour pas chers, de se gaver, d'avoir la paix avec les médias en les achetant, faisant du chantage à l'expatriation comme Arnault. 

C'est enfin le régime des dossiers sur la vie privée d'untel ou d'untel opposant ou partisan afin de neutraliser, de subordonner, de faire plier.

Un grand salut à Geneviève, et toute ma solidarité. 

Ce gouvernement installe le fascisme dans ce pays, un fascisme deux points zéro avec ses moyens technologiques et ses "corruptions" avec les GAFA et la censure de milliers de comptes FB, Tweeter etc... afin de tenter vainement et stupidement de casser un mouvement légitime dans toutes ses formes. 

Ce n'est pas le mouvement des GJ que Macron pourrit...mais bien le pays dès lors qu'on dépasse le seuil des résidences de l'Elysée, de la Lanterne, du Touquet, ou dès que les cordons de police indispensables à sa quiétude sont franchis. 

Macron est ce qu'il y a de pire depuis Pétain, et avant lui Badinguet... avec en plus ce dandysme désuet, cette addiction aux mondanités et honneurs qui consume tout lien possible avec l'immense majorité du pays. 

Quant à l'opposition, trop collée, à cette populace notable majoritaire dans le grand débat et microcosmique à l'échelle du pays, s'identifiant trop à ces gens, elle est incapable d'identifier en Macron ce cancer qui tue la démocratie violemment, qu'il est. 

Macron fascise le régime, qui n'est pas corrompu... mais qui est la corruption. Ce pouvoir a perverti le Droit afin de sortir de la qualification de corruption les agissements de pillards de ses membres. Ainsi dénaturé, l'Etat de Droit est devenu Etat des Droit de ce microcosme à violenter sciemment et méthodiquement les gens .

Et nous avec Geneviève, nous résistons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.