LA REPRESSION MUTILE JEROME RODRIGUEZ. LE PETIT PARIS REGARDE VERS LE VENEZUELA.

"Que les belles âmes cultivées, professionnels des appels vains, sondent leurs consciences ... et pensent les précédents de ces pratiques qui consistent à marquer définitivement le visage, de la balafre à la mutilation, de ceux qui s'opposent... afin qu'ils se souviennent d'une part, mais aussi qu'on les repère. "

Jérôme Rodriguez

Résultat de recherche d'images pour "jérôme rodriguez"

Solidarité avec Jérôme ... avec tous les camarades blessés et mutilés par la répression cautionnée lourdement encore une fois ce soir par tout une partie de la "classe" politique, ainsi que ses "gardes boues" de caution démocratique qu'est cette éditocratie qui conçoit de s'insurger contre la violence de Maduro, contre celle de Poutine, se tait lorsqu'en Arabie Saoudite on mutile et lapide, en Egypte quand on massacre l'opposition, tait la situation du régime Algérien , reste discrète face aux massacres en Centrafrique lorsque le rôle de l'Armée Française est peu clair, et sur un nombre important de régimes historiquement bien plus proches que le Vénézuéla. 

Les réactions de cette caste sont totalement inacceptables et insupportables pour tout Républicain, démocrate sincère lorsque la semaine aura donné lieu à d'énièmes "shows" de Macron et Philippe, enveloppés de louanges télévisuelles et radiophoniques sans parler d'une presse papier hors sol de plus en plus chloroformée par la réification et la titrisation opérée par le pouvoir, et quelques oligarques contrôlant le quotidien des gens via les "télécoms" , les usages du net, la consommation courante et de luxe, etc....

Macron se poutinise ou se madurise à vue d'oeil ... alternant interventions fleuves relayée par les médias "enchantés", ne prenant même plus la peine du contradictoire et du pluralisme, avec des "présentateurs" prêtant main forte aux "alliés" de "l'ordre", afin de ringardiser ou de réduire au silence toute opposition. A cette confiscation du temps d'antenne, du temps éditorial, succède et s'alterne des violences qu'on ne connaissaient auparavant que dans des Etats versant dans l'arbitraire et l'autoritarisme, l'extrêmisme... de l'extrême droite de Netanyahou à Poutine en Russie, en passant par l'Iran ou encore Orban en Hongrie...

L'agitation "médiatique" autour de marronniers que sont le rapport aux étrangers, la violence sociale, les déclarations carnavalesques sur le climat (carnavalesques car dépourvue de suites efficaces et n'ayant pour objectif que la justification des politiques en cours et surtout l'assujettissement des gens exclus du cercle au pouvoir ) permet de mener une guerre qui ne dit pas son nom à toute contestation de l'ordre établi. Le mobile ? La conservation des privilèges d'une poignée de "petits marquis", non pas ceux de Benalla, mais ceux qui spolient la France, souvent évitant l'impôt ou s'en exonérant via leurs liens de familiarité avec les "décideurs" de ce pouvoir... car in fine, ce ne sont plus des ministres ou des "politiques" qui composent le pouvoir sous Macron... mais des décideurs au compte de donneurs d'ordre, dont Julia Cagé a montré comment ils ont financé la campagne de 2017.

La démocratie disqualifie ces pratiques autant que les faits disqualifient les membres de ce pouvoir de parler et de République et de démocratie. Tartuferie encore que de "vendre" l'UE qui protège quand chacun voit la menace pour la paix civile que représentent le "tout pour les riches" que constitue la post démocratie eurolibérale, et sa junte, bientôt complétée grâce à l'aide de Macron par un président de commission issu de la droite allemande. Une commission non élue, issue d'un faux parlement qui n'a pas le droit au chapitre sur son agenda, et qui doit studieusement plancher sur des directives et les éléments, que la technocratie aura bien voulu lui communiquer en Anglais standard.

Au demeurant, les pratiques de ce pouvoir au Parlement, mais aussi celles qui consistent à marginaliser ou criminaliser toute opposition à commencer par l'opposition parlementaire, mais aussi, évidemment l'opposition sociale, syndicale, citoyenne, à grand renfort de battage médiatique indigne en démocratie, doivent interpeller tout un chacun. 

Aujourd'hui les gilets jaunes, sont l'objet d'une répression brutale, avec plus de 6000 arrestations, des procès en comparutions immédiates qui font penser à des procès de juridiction d'exception, des milliers de blessés (certains ne sont pas dans les statistiques car une certaine méfiance s'est installée, quant au fichage), 10 morts. 

De LR à Hamon en passant par Macron et le PS (car en réalité, une grande partie se tait mais approuve le sort réservé aux gens de ce mouvement)...mais aussi une grande partie de " l'élite intellectuelle " de ce pays, semble fascinée, voir anesthésiée, par les agissements de ce pouvoir, en tout cas étrangement silencieux, dans "l'abstention" totale quant à la condamnation de la dérive autoritaire de ce régime eux qui, en fin d'été, s'accordait pour des "appels" évidemment sans aucun objectif d'efficacité sur tel ou tel sujet. 

Ou sont les Fassin et consorts... (dans Regard il est sorti il y a peu de sa léthargie)... et d'autres encore si prompt à donner des leçons de morale...

Le jaune ... c'est salissant au final.. on le prend avec des pincettes, et on aime bien les gens.. le "populaire" lorsqu'il n'est qu'abstraction. Et par extrapolation on comprend mieux pourquoi les pouvoirs depuis trente ans laissent des gens crever dans la rue avec leurs enfants (31000) ... pourquoi cette belle société dont la mondanité a pris le dessus sur les convictions, la puissance de feu intellectuelle, et même... l'humanité. 

Cette belle société, souvent ce "petit Paris" si prompt à faire "signer des trucs" pour un mort au Vénézuéla, à Kiev, dans le Donbass, ou ailleurs, en Corée du Nord, se tait ... se pince le nez... tâte de haut ce mouvement depuis des semaines, se "sourçant" chez Darmanin, Griveaux et Castaner... raille et déforme tout propos de soutien à ses leaders comme Drouet...

Jérôme lui c'est un plombier au parler dru..... il a pas fait d'étude, il a pas lu Fassin, Corcuff il connaît pas parce qu'il ne viendrait pas à l'idée du "théoricien du confusionisme trumpetisé" de venir à lui (tout en restant vachement libertaire)... Pourtant lui a compris car comme le raconte Edouard Louis, les politiques que ce "Petit Paris" cautionne, ou mène Jérôme les prend comme on prend des coups dans la gueule. 

Jérôme a pris la balle "discount" de Castaner dans l'oeil. Son oeil a explosé. Ses mots ont été pour le mouvement et pour sa famille. 

L'Histoire retiendra que des parlementaires ont à l'unisson, trouvé cela "regrettable" ... en expliquant le plus naturellement possible que "manifester" peut conduire à cela ... 

L'Histoire retiendra aussi que peu d'intellectuels belles âmes, que peu de "chevaliers de la démocratie" peu de "défenseurs de la liberté" se sont précipités pour dénoncer la mutilation d'un travailleur... Silence habitude... Ils se taisent depuis des lustres sur les 15000 morts par an depuis 30 ans causés par le chômage organisé sous l'alliance du Medef et des pouvoirs. Ils se taisent sur les SDF... Ils font semblant sur les migrants... et singent les démocrates, ceux qui se battent vraiment pour la démocratie. 

Les gilets jaunes et ceux qui sans gilets soutiennent le sens de ce mouvement sans forcément en partager toutes les aspirations, eux, ne font pas semblant. 

Pourvu que réagissent ces gens qui il y a quelques mois bêlaient leurs appels vains (c'est une tradition chez eux)... et qu'ils se joignent sans pour autant partager tout ce que les gilets jaunes portent, afin d'exiger un retour sinon immédiat, tout au moins rapide, à la démocratie, et à la République. 

Je laisse à ces gens "cultivés" à sonder leur conscience ... et à penser les précédents de ces pratiques qui consistent à marquer définitivement le visage, en les mutilant, de ceux qui s'opposent... afin qu'ils se souviennent d'une part, mais aussi qu'on les repère.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.