Lutter pour Assange est un devoir pour notre citoyenneté

Assange nous a informé des turpitudes de la première puissance du monde qu'il existait une face cachée à la mythique "première Démocratie" du monde, glauque, cynique, où le mensonge est roi, et avec lui le crime, l'assassinat, la manipulation.

Image

Julian Assange est sur la sellette comme un hérétique au Moyen Age. Son crime avoir révélé au monde la violence des pratiques des USA et des États réputés démocratiques, tous signataire de la Charte des Droits de l'Homme de l'ONU. 

Il faut considérer pour bien comprendre ce qui se passe en Grande Bretagne dans ce tribunal "spécial" qui juge Assange comme un terroriste, que sur le banc des accusés se trouve non un Homme, mais les Hommes, ceux de la charte des Droits de l'Homme et du Citoyen. C'est cet Homme (cette femme évidemment, cet Humain en fait) qu'on juge avec Assange parce qu'il prétend aux moyens de sa citoyenneté, l'information. 

Assange nous a informé des turpitudes de la première puissance du monde qu'il existait une face cachée à la mythique "première Démocratie" du monde, glauque, cynique, où le mensonge est roi, et avec lui le crime, l'assassinat, la manipulation. Il nous apprend aussi que ceux à qui nous abandonnons notre souveraineté peuvent s'écarter sensiblement du mandat que nous leur donnons. 

Qu'est ce que ce procès ? C'est un État et sa force militaro industrielle qui nous met, à nous Humains et citoyens le fusil dans les reins en nous invitant à ne nous mêler que de produire, consommer, croire, et nous taire .

Assange est accusé d'avoir profané le dieu Dollar, ses dessous purulents et violents, et d'avoir jeté ce pavé dans la marre que l'Oncle Sam et ses neveux néolibéraux, n'étaient pas le Père Noêl et ses lutins. 

La vraie question est donc celle-ci :

De quel droit ces États poursuivent t'il l'exercice citoyen incarné par Assange, du droit basique, irréductible de s'informer ? 

Ce procès dans les conditions où il se tient en Grande Bretagne, dans les conditions qu'on devine s'il devait se prolonger aux USA, est en vérité la menace de mort adressé à tout Humain qui prétendrait recouvrer comme le stipulent la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, le droit d'être informé pour exercer en conscience sa citoyenneté. 

Nous avons donc  le devoir de lutter pour la Liberté d'Assange. 

En n'accordant pas la nationalité française et le droit d'asile politique à Assange, Macron commettrait un affront grave au préambule des Constitutions Républicaine de la France. Ce serait de sa part un reniement de l'Histoire sociale et Républicaine de ce pays. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.