LE RN ET LES PYROMANES... OU DU RÔLE DEPOLITISANT DU RN EN MACRONIE.

Scrutin après scrutin le marronnier RN pousse dans les les médias. Cette fois encore on n'échappe pas à cette sordide séance de larmes de crocodiles. La revue de presse sommaire du jour ne manque pas d'agiter l'épouvantail RN. Faut il pour autant banaliser le phénomène? La réponse est non.Il faut par contre dénoncer la pyromanie ambiante qui amène le RN à ces scores indécents.

Résultat de recherche d'images pour "RN LREM"

Scrutin après scrutin on trouve le marronnier RN dans la presse et les médias. Ce dernier scrutin et la période qui suit n'échappe pas à cette sordide séance de larmes de crocodiles en tous genres.

Si on fait une revue de presse sommaire du jour, un tiers pilonne LFI, un tiers louange Macron et son score, un dernier joue de l'épouvantail facile du RN. Or les mêmes qui pleurnichent ou s'offusquent de l'importance électorale du score RN, sont les mêmes qui faisaient les pyromanes durant de longs mois. La France est prise en étau entre deux extrémismes... l'un s'est baptisé progressisme (qui ne tombe pas du ciel de Emelien).

Oui le RN se stabilise dans des sphères élevées, et oui on note un stratégie ou un effet bastion de son vote dans des secteurs géographiques qui s'étendent eux mêmes : ceux où la désocialisation par retrait des services publics, les mêmes où la révolte gilets jaunes bat son plein, où l'isolement des ménages et des femmes est le plus fort, là où il n'y a pas de boulot, là où l'infrastructure se dégrade, là où il faut rouler à 80 alors que pas un chat ne circule, là où une voiture qui tombe en panne est un drame, là encore, où les gosses font des heures cumulées de transport pour aller à l'école ou se soigner, là enfin où on ne lésine ni sur les produits nocifs industriels, ni sur la chimie, (les Ardennes !!! par exemple ou la Lorraine). 

La stabilité de cet électorat qui a voté Dimanche doit cependant être nuancée. Selon l'étude publiée par Paris Match (B.ARNAULT) 20 % de l'électorat RN est conjoncturel, et ne se reconnaît pas dans le fonds défendu par le programme de Le Pen. Idem pour EELV où cette instabilité est notée. 

https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Europeennes-les-raisons-d-un-vote-surprise-1626626e

Il est de surcroît fort étonnant que l'auteur ne parle aucunement du contexte ce qui donne comme fonction à cet article (comme tous les autres du jour ailleurs une teneur soit alarmiste ,soit père fouettard, soit stigmatisante). 

Or, l'auteur n'évoque pas l'ahurissant contexte médiatique où on a vu des mois durant la parole présidentielle s'étaler en longueur (des centaines d'heures) ... On aura vu également la minoration des temps de paroles de l'opposition, la plaçant de surcroît à des heures improbables. La surmédiatisation de Le Pen et de ses lieutenants, celle de Rigol et Cormand pour EELV (rappelons leurs scores modestes lors des scrutins précédents) de Lalucq d'abord Génération puis Place publique (opportunisme quand tu nous tiens...) et en face le défilé des portes paroles d'extrême droite quasiment aussi constante que l'omniprésence de un voir plusieurs LREM sur chaque plateau. 

 Les grosses cylindrées politiques se sont tues à ce propos, comme ils ont fait peu de cas de la répression inédite des GJ, alors que le plan médiatique qui a été exécuté s'était en tous points conformés au "plan présidentiel" annoncé bien avant Benalla, entre les "Nationalistes" et les "progressistes" ... 

Le livre de Emélien n'est pas si plat que ne le banalisent certains éditocrates feignant ne pas se reconnaître dans l'idéologie eugéniste, d'un néo darwinisme social qui in fine a présidé dans le logiciel associé des technocrates du pouvoir profond et des politiques. C'est à cette alliance et à la triangulation avec l'oligarchie éditrice et propriétaire de médias que nous devons à la fois la surexposition de l'extrême droite et aussi, l'isolement décrit plus haut. 

L'usage de l'extrême droite est pourtant clair dans ses finalités. D'une il s'agit de faire peur aux gens... et de provoquer un vote utile qui est une part d'appoint de ce vote LREM de ce dernier dimanche, une grande part pour EELV... de la part des pro UE se mêlant à une jeunesse de classe moyenne instruite et insérée socialement, peut être peu informée de l'évolution politique d'EELV.

Cet usage sert également de père fouettard "si vous votez mal ... attention y a Le Pen". 

Cet usage et c'est un peu plus clair aujourd'hui est stigmatisant. 

Quand l'IFOP tenue par une des figures de la Macronie et possédée par un oligarque transporteur, déclare "40 %  "se sentant gilets jaunes" a voté RN" et que cette intox est diffusée partout le soir même sur les plateaux et lancée comme os à ronger à cantonade, aux "experts" alors on est dans la manipulation pure ... Le Bras s'y est laissé prendre... qui n'aurait pas plongé ? 

Idem, parmi les experts Cohn Bendit et Ferry anti gilets jaunes... à la fois pourfendeurs de Le Pen mais surtout des GJ le second appelant dans un lâché non poursuivi (pour appel à la violence) à tirer à balles réels dans les manifestations. 

Stigmatisante, car produire une telle analyse sans contextualiser ce scrutin dont l'aspect censitaire "crève les yeux" est une escroquerie intellectuelle. Les classes populaires se sont massivement abstenue. Ceci n'invalide pas la prolétarisation (plutôt stable) du vote RN. 

Ainsi ceux qui subissent la répression dans ce pays, d'abord financière (les taxes sont une forme de répression sur le carburant, le tabac et bien d'autres produits) ... les amendes etc... ensuite, étatique ... (il serait intéressant de comparer la proportion d'amendes en tous genres sur le territoire, mais aussi policière , sociale et le reste) ... qui sont accusés et montrés du doigt par ce vote RN, que le pouvoir (au sens large) a avantagé, épargné (l'extrême droite n'a pas eu à subir de répression au col de l'échelle, Soral n'a pas été incarcéré sur ordre de Heitz procureur de Macron). 

L'effet est détonnant... Il explique que la qualification d'extrême droite voire de "Peste Brune" ait suffi comme signal pavlovien à anéantir la sensibilité de ceux qui ont voté Macron (5,5 millions de gens tout de même) quand on mutilait dans la rue, autant qu'on les a insensibilisé quant à la misère, aux SDF, au chômage etc etc...

 Enfin dans ce contexte la faute revient aussi aux organisations qui ont appelé en écho in fine à Macron à un référendum anti Macron eux aussi condamnant au "vote utile" des millions de gens, notamment parce que les sondages dès le départ RN en seconde position et seul à pouvoir défaire Macron. 

En quelque sorte, comme il faut chaque jour et chaque heure sauver l'Euro et l'UE, il faut aussi sauver le régime et le pays du RN ... et ainsi va la dépolitisation du débat démocratique... son écrasement. 

Le RN bénéficie donc, in fine, des politiques iniques des gouvernants, qui prennent garde de flatter par des hochets (la distinction par les parcours scolaires notamment, par le lieu de résidence et l'abondance de services publics dans certains secteurs avec de surcroît une fiscalité totalement dissuasive et répulsive, quand le logement social n'est pas proscrit des politiques locales), de la négligence des élites, de la complicité des médias avec l'oligarchie notamment parce que cette dernière préfère l'extrême droite (certains milieux nantis sont clairement antisémites, et fraient avec les Soral, les Zemmour et autres... ainsi que des journalistes comme Naulot)... à l'abandon de ses prébendes, du secret bien gardé sur ses magouilles, et le reste... d'un manque évident de travail qui a clairement été délaissé pour des alliances symboliquement improbables, et qui a donc empêché un diagnostic juste, la désocialisation conjugué à la désertification de nombre de territoires où la difficulté sociale, la "mal formation" la "mal bouffe" , l'isolement, l'absence de soins, la maladie mentale, le suicide sont un environnement quotidien en plus de l'agressivité subie par l'acharnement symbolique subi par toute une partie de la population. 

Cet article est donc incomplet ... 

Le pays est pris en réalité en étau entre deux extrémismes qui ne sont pas tant antagonistes que complémentaires et qui n'ont qu'une finalité, tenir en laisse le Peuple afin qu'il ne puisse rien au sort qui lui est réservé. 

Le RN est en réalité, le signe d'une dépolitisation massive des électorats qui abonde le socle de fachos qui en font le fond historique... C'est quand on est coupé de tout et surtout qu'on ne débat plus, qu'on vote RN. Le RN c'est le vote du silence et de l'omerta... LREM possède aussi un électorat contradictoire entre ceux qui se cachent et se taisent leur cassette sur les genoux, et ceux qui monopolisent les fonctions directoriales et le droit de citer dans ce régime et cette société et qui accusent les autres de ses propres turpitudes. 

En France, deux extrémismes sont en compétitions plus qu'ils ne s'affrontent : l'un sert à outrance la minorité riche de ce pays qui constitue désormais le socle solide mais concentré de son électorat, l'autre le RN qui rassemble en même temps qu'un socle ethniciste et poujadiste, le sédiment de la dépolitisation du pays par un appareil de propagande omnipuissant. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.