jmharribey
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2022

L'effondrement de l'écologie de marché

Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?

jmharribey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ? Peut-on s’en tenir à un effet « vote utile » au dernier moment ?

Le premier tour de la présidentielle a illustré un point essentiel. L’écologie politique qui prétend avoir le monopole de l’écologie sombre parce qu’elle n’associe pas véritablement à égalité l’écologie et le social, c’est-à-dire la remise en cause du productivisme sans la dissocier de celle du rapport capital/travail fondant le mode de production capitaliste. Certes, les écologistes politiques parlent de justice sociale, mais le capitalisme, absent de leur discours, ne se réduit pas à plus de justice sociale.

Ils sont malheureusement confortés par des théories prétendument philosophiques qui, sous couvert qu’il faut reconnaître les êtres non humains et mettre fin à la coupure culture/nature, anthropomorphise cette dernière, ou qui glosent sur une « classe écologique », occultant le clivage des classes bourgeoise et populaire au nom d’un anti-marxisme obscurantiste.

Dès lors, la question du travail, dont la dévalorisation résulte de son exploitation accrue pour produire de la valeur pour le capital, est absente, laissant la place aux mythologies de la « fin de la valeur travail » ou du « revenu d’existence ».

La disparition, au sein du registre écologique dominant, de la centralité du travail vivant, comme producteur à la fois de valeur économique et de lien social, empêche de comprendre l’épuisement des gains de productivité, consubstantiel au capitalisme néolibéral, ainsi que le lien que cet épuisement entretient avec celui de la planète. I

Il ne reste plus alors à l’écologie politique qu’une posture où l’écologie surplomberait tout, en miroir du socialisme du XXe siècle pour qui produire toujours plus suffisait pour engendrer le progrès. Au mieux, ce surplomb relègue la transformation des rapports sociaux de production à un peu moins d’inégalités sociales ; mais il laisse dans l’ombre ce qui est à la racine de celles-ci : la logique de l’accumulation du capital.

Bien sûr, les 120 propositions de Jadot n’étaient pas négligeables, mais qu’est-ce qui les unissait ? Serait-ce la croyance en la capacité des mécanismes de marché de parvenir à une régulation de la course à l’accumulation et au profit ? La guerre de Poutine contre l’Ukraine apporte la preuve que l’écologie de marché est une impasse : tous les experts néolibéraux assuraient que l’augmentation des prix des énergies fossiles accélèrerait la transition vers les renouvelables.

Or, on assiste à l’inverse : le signal prix fonctionne à l’envers en incitant les pétroliers à remettre en chantier des forages d’hydrocarbures qui redeviennent brusquement rentables. Seule une planification écologique démocratique contribuerait à accomplir le saut qualitatif que représente une transition sociale et écologique. Tant sur les plans conceptuel que politique, l’écologie surplombant le social ne peut convaincre la classe populaire de se saisir des enjeux du climat et de la biodiversité si le travail vivant est ignoré [1].

Article publié par Politis, n° 1702, 21 avril 2022

[1] Jean-Marie. Harribey, En finir avec le capitalovirus, L’alternative est possible, Dunod, 2021. « La nature travaille-t-elle », 8 décembre 2021, https://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2021/12/08/la-nature-travaille-t-elle. « La nature entre animisme et fiction ?, AOC, 9 décembre 2021, http://harribey.u-bordeaux.fr/travaux/soutenabilite/animisme-nature.pdf. « De quoi la classe écologique de Bruno Latour est-elle le nom ? », 20 janvier 2022, https://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2022/01/20/de-quoi-la-classe-ecologique-de-bruno-latour-est-elle-le-nom.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu