jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2021

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Le peuple s'interroge, ne l'écrabouillez pas

S'interroger sur son destin ne relève pas de la théorie du complot, avoir l'esprit critique ou l'esprit d'analyse n'est pas synonyme de conspiration. La Covid 19 met le peuple à rude épreuve, n'écrasez pas son intelligence ni sa liberté de penser...

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toute l’histoire de l’humanité nous enseigne le nécessaire doute que nous devons avoir à l’égard des êtres humains et surtout lorsqu’ils s’installent au sein du pouvoir. Nous savons, au dépens des peuples, que certains pouvoirs s’exercent grâce à l’écrasement de l’esprit individuel et collectif et qu’ils sont producteurs d’oppression. Pour ne citer que quelques-uns, le despotisme, l’absolutisme, le colonialisme etc. Nous pensions par conviction et peut-être aussi un peu par naïveté que la démocratie de demos (peuple) et Kràtos (pouvoir) pouvait nous garantir contre cette nature de pouvoir. Pourtant, l’histoire nous a montré que peuvent surgir de cette démocratie des tyrans. Dans les deux premiers empires de la France post monarchique les cas de Napoléon Bonaparte et de son neveu Louis-Napoléon Bonaparte sont très instructifs notamment par le rôle qu’a joué le Sénat avec un Directoire affaibli.

En ces temps troublés depuis le coronavirus, il nous importe d’être attentifs à tout ce qui se passe car, si l’histoire ne se répète pas de la même manière, nous le devons à la vigilance du peuple. Quand bien même toutes les analogies ne se valent pas, elles peuvent nous être utiles. Ainsi, le passé peut éclairer notre présent et nous permettre d’orienter notre futur.

Lorsque l’esprit critique pousse à l’interrogation parce que la description d’un événement, tel le coronavirus, par les autorités légales ne paraît ni claire ni cohérente (cas des masques, du confinement, du couvre-feu à répétition), le pouvoir crie à la théorie du complot. N’est-ce pas une insulte à l’intelligence humaine, un défi au sens de la démocratie… Est-ce que le combat asymétrique dont il fait état n’est pas inversé ? Souvenons-nous de la posture de Colin Powell représentant les Etats-Unis à l’ONU quant aux armes de destructions massives et chimiques en Irak… Où se situait la théorie du complot ? En Côte d’Ivoire, où s’est située la théorie du complot lors des élections qui opposèrent Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ?

Les arguments et analyses contradictoires sont portés par des scientifiques dont la compétence et l’honnêteté ne peuvent être remises en cause du seul fait de leur opposition. Ils sont au moins aussi éclairés intellectuellement que ceux proches du pouvoir. Leurs productions médiatiques ne sont pas si simplistes qu’on cherche à le faire croire. Par contre, elles sont rendues intelligibles et audibles au plus grand nombre. Il est intellectuellement malhonnête de les faire passer pour des complotistes ou des conspirationnistes. Ce panel d’hommes et de femmes de sciences met hors-jeu la pseudo ignorance du peuple.

Du 13ème au 16ème siècle il y eut l’inquisition. En ce 21ème siècle, épargnez au peuple ainsi qu’aux contradicteurs par leur esprit critique, une nouvelle forme moderne d’inquisition. Dire que le vaccin ne sera pas obligatoire et que les non-vaccinés verront leur liberté limitée est quasiment un dogme. Le peuple n’est ni complotiste, ni conspirationniste. Il veut comprendre, il veut savoir, il veut des réponses objectives et non politiciennes. Il veut des données simples qui lui parlent sans qu’il soit spécialiste de rien du tout. Le débat entre spécialistes est rendu si confus par la pensée unique que c’est à raison qu’il est si exigeant.

Comment ne pas comprendre l'interrogation du peuple lorsque le virus, présenté comme une arme de destruction massive devant induire un chaos infernal se trouve en inadéquation avec les données publiées. La France compte 67 millions d’habitants dont 2,2 millions pour les Outremers. Au 31 janvier 2021 elle comptait 3 197 114 cas confirmés, un taux de positivité de 6,8% autrement dit, un peu plus de 47 millions de personnes ont été testées, 75 057 décès soit 2,348% des cas mais, 0,16% de la population testée. Il est dit que 100 départements sont en situation de vulnérabilité élevée. C’est-à-dire 100% des Départements. Il reste 20 millions d’habitants à tester. Si on s’en tient à la photographie actuelle on obtiendrait sans pondération bien sûr 1 360 000 cas confirmés supplémentaires qui porteraient le total à 4 557 114, pour 106 985 décès. Si ces données correspondent à un niveau de vulnérabilité élevé des départements, Il apparaît pour les peuples de la France politique dont je fais partie et qui ne sont spécialistes de rien, que le problème se situe davantage dans la capacité technique de la France à stopper cette pandémie avec la volonté de diversifier efficacement les traitements anti Covid 19.

Le peuple s’interroge à juste raison et il ne mérite pas qu’on écrase son esprit d’analyse, son esprit critique. Il a vu le monde, il a vu ou appris les décisions concernant les humains qui dépassaient l’entendement et qui émergeaient de structures légales. On lui apprend que ce virus venu d’on ne sait où mute. La question qui vient tout naturellement à l’esprit est quelle est l’efficacité des vaccins. Rassurez le… Ne le mettez pas dans la posture de Galilée… Enfin, au regard des données officielles dont le taux de positivité de 6,8%, à partir de quelle logique toute la population doit-elle être vaccinée ?

Autrement, le peuple finira par penser que la définition et les objectifs de la guerre ont changé et que le virus sorti d’on ne sait où constitue la nouvelle forme de guerre et qu’elle est réellement mondiale parce qu’en adéquation avec la mondialisation ultra-libérale. Elle élimine, estropie sans destruction des structures, avec une autre forme de traumatisme et de violence.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org