jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2017

jmjt
Abonné·e de Mediapart

La Guyane, la raison c'est le vote blanc

Le deuxième tour de l’élection présidentielle arrive avec son lot d'incertitudes.Les candidats ont gavé les électeurs avec leurs promesses. Les programmes qu'ils n'avaient pas au premier tour sont arrivés au second. Les électeurs sont plus lucides qu'ils ne pensent et dans l'urne, ils vont s'exprimer.Tous les territoires de la République sont concernés.

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si le territoire hexagonal est dans cet état de repli sur soi, de doute sur le présent et le proche avenir, on ne peut plus nier que ceux qui l’ont dirigé n’ont pas fait peu de cas du peuple. 9 millions de pauvres, 6 millions de chômeurs, des contrats de travail précaires et j'en passe, c’est la réalité de ceux qui ont fait confiance aux politiques de ce pays depuis plus de trente ans. Beaucoup de ceux qui souffrent ont perdu leur dignité. En conséquence, la République indirectement leur a ôté un des attributs qui font qu’ils sont des humains. N’est-il pas écrit : « Les hommes naissent libres et égaux en droit et en dignité » ? Le train de « La France insoumise » est passé avec une nouvelle approche philosophique humaniste et une nouvelle éthique pour redonner du sens à la politique et à l’existence, trop parmi ceux qui souffrent ne l’ont pas entendu venir et l’ont laissé passer son chemin.
Il est normal qu’aujourd’hui, dans l’hexagone, ces politiques doivent se battre pour éviter que le parti d’extrême-droite n’accède  au pouvoir. Il est normal que ceux qui leur ont fait confiance se défoncent pour faire en sorte que le territoire hexagonal ne soit pas sous l’empire du Front National. Il est normal que ceux qui ont des soupçons sur les régimes fascistes se battent pour ne pas voir demain l’équivalent des « mères argentines de la place de mai » dans cette France que l’on dit démocratique et qui a sa trilogie « Liberté, Egalité, Fraternité ». Il est normal que ceux qui connaissent l'histoire de France se battent pour qu’ils n’aient pas envie de composer une chanson similaire au "chant des Partisans". Il est donc évident pour les humanistes, les progressistes qui vivent sur le sol hexagonal apportent clairement leur contribution pour éviter au FN d’avoir accès au pouvoir suprême.
Qu’en est-il du territoire guyanais avec ses 93 milles électeurs ? La logique ne peut pas être la même. Nous sommes en Amérique du Sud, Les Amérindiens ont été spoliés de leurs terres, des drames inhumains rappellent notre histoire comme l’esclavage, la colonisation, les déportations, l’expropriation des habitants de Malmanoury etc. De ces drames, les gens ont créée un métissage extraordinaire. Les nouveaux arrivants ont également mêlé leur sang. Alors, nous savons, dans nos moments de lucidité, que notre terre ne peut pas féconder de régime fasciste sauf parmi ceux qui se comportent comme des colons. Nous savons que l’extrême droite est anti-intellectuel, antidémocratique, antisémite, homophobe, xénophobe, nationaliste, traditionaliste, raciste. L’ordre est central dans son idéologie, aussi bien l’ordre moral que l’ordre social. Les forces de l’ordre aussi bien les militaires que les policiers sont au service de son idéologie et ont pour mission de lutter contre ce qu’elle appelle le désordre politique et social. A ceux qui ont des doutes, je les invite à regarder les documentaires sur tous les régimes d’extrême-droite. Alors, il est hors de question pour moi d’appeler à voter pour le FN et sa candidate Marine Le Pen.
Pour autant, vais-je appeler à voter pour le candidat d’En marche, Emmanuel Macron ? Non, l’Hexagone doit faire son travail en fonction de ses aspirations et nous, nous devons faire le notre en fonction de nos aspirations. La stratégie que je propose aux citoyens du pays, c'est-à-dire, ceux qui vivent ici difficilement tant matériellement qu’intellectuellement, ceux qui veulent y construire leur avenir, repose sur des faits tangibles.
La République nous a constamment ignorés. Elle a permis la communautarisation du territoire pour mieux régner, elle a détruit notre économie avec la complicité de certains politiques en ne permettant pas les investissements qui précèdent le développement. Il y a un exemple patent qui est celui du sénateur Georges Othily à l’époque Président du Conseil Régional dont les investissements qu’il a réalisé ont été supportés uniquement par les contribuables présents sur le territoire. Pourtant, la Guyane offre au pouvoir central et à l’Europe, l’économie spatiale par le potentiel de 12 tirs minimum par an, la ZEE (Zone Economique Exclusive), la forêt Amazonienne, la biodiversité etc.
En ce qui concerne le candidat ultralibéral, Emmanuel Macron, Le Canard Enchainé a écrit, qu’il a soutenu avec Attali et Juppé l’immense projet minier de la Montagne d’or. Ceci se fait au détriment des intérêts du territoire. Nous n’avons entendu aucun démenti. L’exploitation de nos ressources naturelles sans retombées significatives est l’une des causes de l’insécurité, de notre sous-développement et de la défaillance de notre circuit économique. C’est cette situation qui a également conduit récemment 16% de la population à descendre dans la rue. Vous imaginez plus de 9 millions de manifestants dans l’Hexagone…
Il est important que l’on pense d’abord à nous. Il y va de notre existence, de l’avenir de la jeunesse de notre territoire. Dans la mesure où nous voulons montrer notre lucidité et notre maturité par rapport à l’indifférence dont nous faisons l’objet de la part de la République, Je propose aux électeurs le vote Blanc. Pour que celui-ci ait du sens, il faudrait que le taux de participation soit de l’ordre de 80% autrement dit que nous soyons environ 75 milles votants et que les votes blancs soient de l’ordre de 80% soit environ 60 milles. Le Président ultralibéral aura à prendre en considération l’expression de ce vote. Sur le plan national et international, on nous prendrait très au sérieux. Par ce geste nous montrons à la République que nous sommes visibles et que nous sommes des humains complètement achevés donc, capables d’analyse.
Comme vous le savez, je déteste l’abstention mais également le vote Blanc. Cette stratégie m’apparaît nécessaire pour sortir de notre sous-développement et par implication de l’insécurité. Ne soyons pas abstentionnistes, mais, votons blanc.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Migrations
À Paris, de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri
Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État pour faire entendre leur voix.
par Yunnes Abzouz
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert