jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2020

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Et si... Et si...

Et si le raisonnement rationnel lié à nos formes de société se heurtait à quelque chose qui soit au-dessus de notre entendement nous conduisant à juger les dirigeants de ce monde tant notre nudité est extravagante.

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et si au dessus de l’Univers il y avait une force qui n’est ni le Dieu Chrétien, ni le Dieu Musulman, ni le Dieu Juif mais, une force incréée, une force primordiale dotée d’une intelligence inaccessible à l’entendement humain… Nous-mêmes humains ne sommes pas que matière, cet élément de notre être que nous pouvons décomposer depuis la plus petite particule jusqu’à l’association des cellules qui donne l’organisme. Que pouvons-nous dire des autres aspects immatériels de notre être ? En ces temps troublés où l’organisation rationnelle du monde est suspendue à cause d’un virus appelé par les scientifiques le Covid 19, est-ce si stupide d’avoir des doutes sur le mode académique de penser l’existence ? Est-ce si stupide que ça au vu des résultats des sociétés humaines avec ses lots de pauvres, de misérables côtoyant l’opulence sans omettre l’irrespect envers la nature… Le déclin par ignorance, incompétence et stupidité des hommes de pouvoir correspond au délitement de l’organisation mondiale. Je m’interroge sur l’existence humaine et me dis-je : « Est-ce que tous ces systèmes conçus par les hommes ne sont-ils pas entrain d’agoniser » ? J’ai entendu que le professeur Raoult n’est pas aimé par la communauté scientifique parce que ses méthodes ne sont pas académiques. Pourtant, il obtient des résultats et sa réputation est mondiale… L’histoire nous a laissé en héritage la fameuse phrase de Galilée en face de ses dangereux inquisiteurs : « Et pourtant elle tourne » en parlant de la terre.

Nous ne pouvons pas en cette période ne pas nous obliger à essayer d’utiliser des angles différents d’observations. Nous ne pouvons pas ne pas essayer de reconstituer le puzzle de notre vie récente pour mieux comprendre ce qui se passe, quitte à rester sur une interrogation qui serait forcément plus grande que nous. Il n’y a pas si longtemps la France par l’entremise de son gouvernement réprimait, de manière sanglante au point de parler de violences policières qui ressemblaient davantage à des violences militaires, son peuple pour des manifestations revendicatives qui apparaissent aujourd’hui encore plus légitimes.

Que s’est-il passé pour qu’aujourd’hui ceux-là mêmes qui les regardaient comme des pestiférés les portent aux nues… N’est-ce pas un exercice de compréhension défiant notre intelligence… Le fait de s’en accommoder ne signifie pas que ça nous est rendu intelligible. Comment expliquer que la stupidité des dirigeants de ce monde et ses acolytes soit anesthésiée par l’action d’un virus ? Le monde ne s’est jamais aussi bien porté en termes de pollution. Quelle est cette vraie main invisible qui est à l’origine de ce rééquilibre de la nature sans des armes atomiques ou de destruction massive… S’il fallait une preuve de la supériorité de la nature sur l’homme la voilà… Car, comme le disent les scientifiques, les virus existent avant l’homme donc, appartiennent à la nature avant lui.

L’humilité nous conduit à relativiser la puissance de la méthode déductive mais également de ne pas prendre pour absolue l’incréé. Toutefois, il apparaît important de penser que tout ce qui nous arrive est le fruit de notre insouciance, notre lâcheté, notre corruptibilité aux vices, notre incapacité à associer notre singularité à la nécessité de l’existence collective partout dans le monde, notre peu d’engagement aux politiques publiques pour le bien-être de tous.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano