Paris, Saint-Denis, ce jour du 13 novembre 2015

La réflexion que je vous soumets ci-dessous a été publiée sur mon facebook le lendemain du drame à 10 : 25.
« Vendredi, 13 novembre 2015 à Paris, plus d'une centaine de morts victime d'un attentat odieux, inhumain, barbare. C'est de la folie, de la folie, de la folie. La déraison a envahi l'humain. Comment cela peut-il arriver?
"Un sang impur abreuve nos sillons". C'était le peuple, humilié, maltraité, déconsidéré, qui au sacrifice de sa vie sauvait le Territoire de France. Le siècle des lumières est intervenu et, la lumière censée éclairer l'esprit humain perd de plus en plus en intensité. C'est toujours le peuple qui paie un lourd tribu à cause de ceux qui le prennent de haut.
Là encore c'est le peuple qui paie pour certains dirigeants aux propos racistes, xénophobes, intolérants au motif qu'ils sont décomplexés. C'est aussi le cas de certains élus aux propos racistes, xénophobes, intolérants, stupides à l'instar de ce qui se fait sur le territoire national sans que des sanctions soient exemplaires.
Le plus tolérant des dirigeants de France, François Hollande, n'est pas au sommet des sondages. Nul ne semble appréhendé cette qualité. Il n'est pas à l'origine de la déstabilisation des régions du monde meurtries par le complexe de supériorité, il colmate la stupidité des autres, des va-t-en guerre.
Y en a marre. Nous allons tous y passer ? Le peuple ne veut plus payer de sa vie. Liberté pour tous les peuples du monde, Egalité pour tous les peuples du monde, Fraternité pour tous les peuples du monde, Laïcité pour tous les peuples du monde.
C'est l'injustice sociale, l'ignorance cultivée, l'incurie de certains dirigeants, leur complexe de supériorité, leur volonté d'humilier, leur stigmatisation des autres qui nourrissent la haine, qui créent des fanatiques au destin diabolique.
Peuple du monde entier réveille toi pour que tu sois mieux représenté. Sincères condoléance à toutes ces familles subitement endeuillées».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.