Une autre vie est possible

Nous vivons une crise de relations entre Etats et Nations sans précédent qui n'est pas sans incidence sur les relations interindividuelles. En tant qu'humain doté de raison, en changeant de logiciel un autre monde est possible...

Il m’arrive de m’asseoir et de réfléchir sur la vie, sur le sens qu’elle a et qu’elle pourrait avoir. Il m’arrive d’avoir la photographie du monde dans ma tête. Défile dans celle-ci une multitude d’images. Elles ne viennent pas de mon imaginaire. Elles sont les clichés que ma conscience a captés. Parmi ceux-ci, je vois entre autres les images de Donald Trump soupçonné de défier les propres règles constitutionnelles de son pays pouvant entraîner sa destitution. Je vois celles d’Evo Moralès, peu de temps après avoir provoqué ce même Président des USA à l’ONU, contraint d’abandonner le pouvoir et fuir vers le Mexique. Je vois celles du Président de la République Française accompagné du Président de la Collectivité Territoriale de Guyane à L’ONU exprimant leur opposition au projet Montagne d’or. Je vois simultanément les images de l’Administration de cette même nation émettre un avis favorable à ce même projet. Conjointement, je vois les images d’élus du territoire Guyane monter au créneau pour défendre ce projet et, en quelque sorte défier les deux Présidents qui étaient présents à l’ONU. En général, les élus de ce territoire sont à 95% soumis au pouvoir en place. On peut même penser que face à ce pouvoir, ils ont peur de leur ombre. Par suite, cela ressemble bien à une stratégie cynique, surtout que ces élus à 80% appartiennent au même parti que le Président de la République.

Sans être de nature négative, sans être par nature mélancolique, force m’est de constater que ces clichés ne sont pas beaux. Ce qu’il y a d’acceptable est insignifiant au regard de l’immense laideur des clichés du monde. Il me vient à l’esprit l’envie de noter l’œuvre humaine en cette deuxième décade du 21ème siècle. Je n’ai reçu de personne l’habilitation à noter mais, je me l’octroie. C’est ma liberté face à ce que je subis en tant qu’humain doté de raison, c’est ma responsabilité en tant qu’humain simplement. Sur le plan quantitatif, je ne vois pas de note au-dessus de 5 sur 20 étant entendu que les notes en-dessous de zéro ne comptent pas. Sur le plan qualitatif je ne vois que stupidité, déraison, absurdité, fadaise, idiotie, imbécillité et turlupinade. Ce n’est pas glorieux pour ceux qui dirigent ce monde car, juger le monde c’est constater leur échec, leur incompétence dès lors que les peuples se soulèvent ou que les dictatures s’imposent. Des siècles d’humanité ne leur ont rien appris…

Il m’arrive d’avoir des doutes sur la réalité de nos conditions d’existence tant sur le plan matériel que sur celui de la sociabilité, c'est-à-dire des liens que nous entretenons, de la connectivité entre nous, de notre empathie. Pourtant, je ne suis pas dupe des progrès techniques, technologiques, scientifiques. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que nous sommes victimes de la mauvaise utilisation de ces progrès et de l’aliénation de notre cerveau qui nous conduisent à avoir les mêmes suites d’images dans notre inconscient qui standardisent nos comportements, nos attitudes dans l’espace de la soumission. Il m’arrive de penser que nous avons limité nos capacités intellectuelles au point de ne pas vouloir nous dépasser. Nous préférons nier les obstacles à franchir. C’est plus simple, moins stressant, ça répond davantage à l’immédiateté, c’est plus en adéquation avec la vie des individus par rapport à celle de l’humanité. Hélas ! 3 fois hélas ! c’est plus lâche, plus égoïste, plus individualiste, moins humaniste voire pas humaniste du tout. Il m’arrive de penser que l’ordre qui nous est imposé vient d’en-haut sans avoir été mûri d’en-bas et pourtant on veut croire fortement à « démos » et «kratos» alors que l’on voit de plus en plus l’intensité de « démos » s’atténuer presque à devenir transparent.

Il m’arrive de me dire dans des moments de lucidité assez permanente lorsque je ne dors pas, que c’est révoltant d’être passé sur terre et de n’avoir pas su donner sa pleine mesure, que c’est encore plus révoltant de constater que nombreux sont ceux qui n’ont aucune idée du prix de leur vie parce qu’ils n’ont pas intériorisé leur rapport au monde, leur rapport à eux-mêmes, leur rapport à leur environnement et leur rapport à la mort.

Il m’arrive de m’asseoir et d’interroger l’existence terrestre. Le faire, est d’interpeller sa propre conscience sur sa contribution personnelle à l’édification de ce monde. Ce monde c’est aussi son territoire aussi petit soit-il… Ce que j’ai appris, est-ce réellement nécessaire pour mon épanouissement et celui du plus grand nombre car, l’union cohérente fait la force. Mes actions, mes attitudes, mes prises de position, mes comportements renforcent-ils l’injustice sociale, le camp de la domination, de la soumission, l’iniquité ou donnent-ils plus de panache à la désobéissance civile, plus de force à l’éveil des consciences, plus de dynamisme à l’altérité, plus de tonicité à la connectivité entre individus, plus d’intensité à notre empathie. Voici , le type de réflexions que nous sommes obligés d’avoir si nous ne voulons pas mourir idiot, si nous ne voulons pas que notre passage aussi éphémère soit-il sur terre n’ait pas été transparent et sans intérêt.

Il m’arrive de m’asseoir et de penser comment le monde pourrait être beau. Comment est-ce possible ? Il suffit de partir de ce que l’on connaît et de corriger tout ce qui a construit la stupidité humaine. Il suffit de vouloir pour pouvoir. Vouloir effacer le logiciel que l’on a construit avec les neurones et cellules de notre cerveau. Est-ce difficile de comprendre l’ineptie qu’est le racisme, est-ce compliqué de comprendre la déraison qu’est la xénophobie, est-ce ardu de comprendre l’origine du complexe de supériorité, est-ce impossible de révoquer le principe de domination ? Notre imaginaire, notre intelligence naturelle et sophistiquée sont nos atouts.

Ce que l’on connaît. La terre a une superficie de 510 millions de km². Elle est composée de 70% d’eau et d’océans. Il reste donc 153 millions de Km² d’espace émergée. La France européenne (pour ne froisser personne), c’est le droit international qui la reconnaît comme telle, n’est pas considérée comme un pays surpeuplé avec ses 63 millions d’habitants sur 543 000 Km² de superficie soit une densité de 116 ha/Km². En 2017, on nous a informés officiellement que la terre comptait 7 milliards 530 millions d’habitants.

Que peuvent faire nos atouts ci-dessus cités ? Générer de la créativité pour, dans un premier temps, rejeter les violences créées par la société et, dans un deuxième temps, mieux gérer les conflits naturels de toute société humaine. Si on part du principe que la morphologie apparente n’est pas un critère de distinction entre les humains et que le complexe de supériorité est une tare culturelle, nos atouts nous permettent d’appréhender notre monde avec plus de solidarité et de fraternité.

Ainsi, sur la base de la densité française (choix subjectif bien sûr) il faudrait 60 millions 345 mille Km² de superficie pour contenir toute la population de la terre. Or, on vient de voir qu’il reste 153 millions de Km² de terre émergée. Par suite, le surpeuplement de la planète dont on nous parle, est une farce, une manipulation. L’hérésie est l’idiotie humaine, son hystérie, sa stupidité. Pour que vous ayez une idée de la supercherie, l'Afrique, c'est 30 millions 370 mille Km². Elle peut absorber à elle seule 50% de la population mondiale. L'Asie, c'est 44 millions 580 mille Km², elle absorbe donc aisément les 50% restant. Il n'y a plus personne sur le reste de la planète. Or, l'Amérique du Nord c'est 24 millions 710 mille Km² et l'Amérique du Sud, 17 millions 840 mille Km² pour les plus significatifs. Alors, une fois que l’on sera débarrassé du logiciel qui produit de l’indignité humaine, des lignes de démarcation ethnique, des frontières de murs relevant de la psychiatrie, des relations régionales, nationales et internationales assises sur le principe de la guerre et de l'expropriation des peuples (Venezuela, Bolivie, Hong Kong, Gilets jaunes en France, tueries aux USA, colonisation en Palestine etc.), nous pourrons entrevoir par implication un monde nouveau, une autre manière de vivre. Nous aurons, par aboutissement, inventé la citoyenneté mondiale avec toutes ses conséquences que je ne peux développer dans cet article.

A défaut de celle-là qui est possible mais, demanderait un effort de raison sensible, elle est la preuve qu’une autre vie plus favorable au plus grand nombre est possible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.