jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2017

jmjt
Abonné·e de Mediapart

La Guyane, Etrange Crise....

La Guyane traverse une crise sans précédent. Comment un territoire sous l'empire de la République laïque et démocratique arrive à un tel niveau de déchéance ? Triste réalité...

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Guyane est un territoire qui a un potentiel énorme en matière de développement économique. C’est un territoire qui peut contenir plus de 10 millions d’habitants dans la mesure où son espace géographique représente le 1/6ème du territoire hexagonal. Pourtant, il contient officieusement plus de 400 000 habitants alors que les statistiques officiellement en dénombrent  moins de 250 000. Les ressources naturelles sont énormes par rapport à la population. Les habitants sont pluriels. Il n’y a pas si longtemps, une trentaine d’année, on continuait à parler du carrefour de toutes les différences humaines, le sang s’était entremêlé.

Quelques individus ont tout bouleversé par leur incurie, leur soif de pouvoir, leur égoïsme, leurs ambitions personnelles. Ils se sont mis à construire la société guyanaise sur la base du mensonge, sur la mystification, la manipulation. Ils ont communautarisé le territoire et ont fini par choisir certaines populations comme boucs émissaires. Les voix de la raison ne peuvent être audibles dans cette sphère. Comme en pareil cas, les solutions les plus simplistes, les plus populistes sont celles qui sont les plus entendues et qui se répandent le plus rapidement dans les circuits mentaux des plus fragiles qui sont les plus nombreux. La société s’est mise à se déliter progressivement et s’est accélérée avec l’avènement de  monsieur Sarkozy dès l’élection présidentielle de 2007 avec son credo de la droite décomplexée. Le système dans sa configuration actuelle est la source de ce délitement et les représentants aussi bien de l’Etat qu’une bonne partie des élus locaux sont à l’origine de ce désastre. Quasiment tous les représentants de l’Etat exercent leur fonction pour la première fois en Guyane. On pourrait dire sans risque de se tromper que leur promotion est liée à une supposée réputation du territoire datant de l’époque des expéditions et de la colonisation. Par ailleurs, leur vitesse de rotation est plus que rapide pour un territoire qui a besoin de se développer avec cohérence. Les plus importants représentants de la légitimité sont costauds en paradoxes, ils veulent une chose et son contraire. Il n’y a qu’à les écouter.

La Guyane, c’est aujourd’hui un taux de chômage officiel de 22% auquel il faut ajouter un halo de 13%, c’est une société en sous-activité qui a choisi le 10 janvier 2010 sous la houlette de l’actuel Président du territoire les revenus de l’assistance à ceux du travail. C’est une société où depuis des années, des milliers d’enfants sont exclus du système scolaire. Une société où le déficit en matière de logement défie l’entendement. C’est également une société où il y a de graves problèmes liés au foncier. Dans un tel contexte la délinquance a explosé, les crimes crapuleux font l’effet d’une bombe, donne le sentiment d’une guerre. Les citoyens se sentent mal, ils ont peur et les thèses de l’extrême droite trouvent un grand écho chez bon nombre d’entre eux.

Comment a-t-on pu laisser le territoire sous l’empire de la République laïque et démocratique arriver à une telle déchéance… Lorsque certains politiques, élus ou non, appartenant à un parti préconisent la dignité, le respect, on leur attribue l’étiquette d’indépendantistes et de surcroît ils subissent des tracasseries administratives voire techniques à effets pernicieux. Aujourd’hui, nombre de citoyens ne croient plus en la politique. Ils s’organisent en collectif de citoyens et veulent traiter directement avec les représentants de l’Etat sans tenir compte d’aucun protocole.

C’est dans ce contexte qu’émergent les 500 frères. Ils sont bien la conséquence du système. Ils sont bien l’expression de la relation de cause à effet. Volontairement, je ne porte pas de jugement sur eux ni sur le fond ni sur la forme. Je considère qu’il s’agit d’une conséquence du système, qu’il s’agit du résultat du dysfonctionnement de la société. J’espère simplement qu’ils sont conscients de la portée de leurs actes. Je suis atterré mais suffisamment lucide pour voir qu’ils discutent avec l’Etat. Ils ne sont ni indépendantistes, ni autonomistes, ni politiques. Ils portent la cagoule comme un attribut de leur tenue vestimentaire. Ils l’enlèvent pour s’exprimer à la télévision. Sur les réseaux sociaux, dans les messages ils sont comparés au GIGN pas aux FARC ni à aucun groupe révolutionnaire. Leur véhicule pourrait être comparé à celui des CRS, peut être que leur tenue aussi, si on évite la loupe. A la limite, il nous manque l’information selon laquelle ils seraient les laïcs de la République. Espérons qu’il n’y ait pas de dérive d’extrême-droite et que leur présence auprès des Ambassades bien ciblées n’ait été qu’une méprise, même, une illusion...

Enfin, après tout ça, les gens auront retrouvé le sourire, la situation se sera améliorée, peut être que des distinctions seront remises, que le territoire aura retrouvé des couleurs, que quasiment tous les problèmes seront réglés. La preuve sera faite qu’on n’a nullement besoin d’Etat, de règles, de République, de démocratie.

Ainsi va notre société actuelle

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française