jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2021

Un vent de fascisme souffle sur le monde et n'épargne pas la Guyane

Le sous-développement organisé du territoire guyanais fait émerger un courant d'extrême droite dangereux pour la cohésion sociale. J'en veux pour preuve les attitudes exécrables de certains guyanais à l'égard de réfugiés fuyant leurs pays pour des raisons de survie et qui rencontrent une forte hostilité...

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai vu, j’ai entendu. Ce que j’ai vu et entendu résonnent en permanence dans ma tête. Dans le pays qui m’a vu naître autrement dit la Guyane, j’ai vu des personnes déchaînées contre des naufragés qui fuient leurs pays. Ce ne sont pas des nomades comme il existait avant que la sédentarisation intervienne dans le croissant fertile au Moyen-Orient il y a un peu plus de onze milliers d’années. Il s’agit d’êtres humains fuyant les régimes autoritaires et la déstabilisation de leur pays par les grandes puissances impérialistes.
 
Depuis quelques temps, la parole brutale, décomplexée frappe les esprits. L’universalisme prôné par les humanistes vacille. Plus on avance dans le temps et plus la violence verbale cède la place à la violence physique. Ce que l’on entend dépasse l’entendement et pourtant ce n’est presque rien par rapport à ce que l’on voit. La honte que l’on ressent au vu de ces images, de ces comportements apparaît comme une attitude désuète tant ces photographies sont indignes de l’être humain. Cet être vivant censé ne pas pouvoir vivre sans penser. Comment peut-on exister et être de cette nature ? Je dois vous avouer que j’ai honte et de surcroît j’ai mal. Si la mort me fait prendre conscience du néant et par la même que j’existe, ces comportements m’indiquent que vivre n’est pas exister. Vivre peut également être le néant. 

Qu’arrive-t-il à cette société sur le territoire guyanais pour engendrer une telle ignominie ? Qu’est-ce qui nous fait tant défaut pour que nous ne soyons pas en mesure de comprendre le monde, de voir les excès, les dérives des grandes puissances qui poussent à l’exode des peuples. Là où l’on devrait tendre la main on choisit le lynchage. Là où l’on devrait secourir, on tue. Là où l’on devrait aimer, on rejette. Les activités  de l’esprit se sont tues. L’autre, parce qu’en apparence différend fait obstacle à la raison, à la réflexion, à l’interrogation. Bêtement, on répète une idée incomplète de feu Michel Rocard : La Guyane ne peut recevoir toute la misère du monde comme s’il s’agissait d’un dogme religieux. Preuve s’il en est besoin que l’argumentation qui est une des activités de l’esprit est défaillante, voire tétanisée par la bêtise. 

Sommes-nous conscients de ce que nous sommes, de ce que nous pouvons représenter non pas en tant qu’essence mais en qualité d’esprit pensant. Les principaux élus se sont tous tus comme les représentants de l’Etat. Il n’y aurait rien à dire si l’on devait penser qu’ils représentent à merveilles la lâcheté. C’est à cause de la lâcheté que les idées d’extrême droite aliènent le cerveau des plus faibles et fait la place au fascisme. J’ai vu dans le reportage des personnes appartenant à une société philosophique humaniste à la tête d’autres personnes excitées qui voulaient en découdre avec les naufragés qui fuient les bombardements de leur pays. Honte à ces sociétés dites universalistes qui cooptent des individus incapables de comprendre l’adage : « connais-toi toi-même », honte à ces sociétés qui n’ont pas le courage de les exclure. Ces individus sont-ils suffisamment doués d’autonomie pour être utile dans un milieu en mouvement et transformer l’hostilité en fraternité ? Que font-ils dans ces sociétés s’ils ne sont capables que d’accompagner les idées réactionnaires plutôt que de résister. Virez-les s’ils ne servent à rien.

Ce vent de fascisme qui souffle sur le territoire mérite d’être neutralisé avant qu’il ne soit trop tard. Lorsque de telles idées se banalisent dans une société, il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’elle est profondément malade et que les principes de vie les plus nobles sont bafoués. En conséquence, la nation est agonisante, la République est morte et avec elle la démocratie.

Pour ma part, je continuerai contre vents et marées à m’exprimer sur ces comportements honteux et à affronter ces fascistes conscients et inconscients. Tout le monde perdra sa liberté si nous laissons faire. La lâcheté, l’indifférence, l’inconscience, l’insouciance, la peur ont le prix de l’existence qui cède sa place au néant. A chacun de se poser la question du sens de son existence aussi bien individuelle que collective.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal