jmjt
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2018

jmjt
Abonné·e de Mediapart

La Syrie, un silence étourdissant

Le plus grand ennemi des sociétés humaines reste pour moi la lâcheté quelle que soit son origine. Si les peuples étaient plus courageux, le monde serait différents de ce qu'il est. Les gouvernements respecteraient davantage leurs citoyens.

jmjt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans consulter leur peuple, Les États-Unis, la France et le Royaume-Unis ont décidé de frapper la Syrie au motif qu’elle aurait utilisé des armes chimiques contre son peuple. Par « amour » pour le peuple Syrien, ces États gendarmes du monde ont décidé par on ne sait quelle légitimité de punir Le Président de cet État. L’ONU ? Aaaaaaah, triste institution qui se ridiculise, humiliée par les puissants et humiliante envers les plus faibles. Comme pour la SDN il est temps que cette ONU soit dissoute. Elle fait honte aux humains que nous sommes. Elle contribue par son impuissance à la dislocation des sociétés humaines, à la montée de l’ignorance et à un nouvel obscurantisme. Elle favorise la lâcheté.

Il n’y a pas si longtemps les mêmes belligérants avec des dirigeants différents par « amour » pour le peuple Irakien avaient décidé de bombarder leur territoire au motif que leur Président détenait des armes de destruction massive et disposait soi-disant de la quatrième armée du monde. Seul Colin Powell chef d’état-major des armées des États-Unis avait la preuve des armes de destruction massive qu’il exhibait entre le pouce et l’index à l’ONU pour justifier l’intervention militaire urgente avec ses fidèles alliés. Aucun bilan n’a été fait de ces interventions et pour cause, il semblerait que plus d’une quinzaine de milliers de civils irakiens y ont péri par l’amour qu’on leur portait. La scène comme aujourd’hui se passe en Mésopotamie une civilisation bien plus vieille que la leur et qui leur a tant apporté en matière de méthode de réflexion.

Le silence étourdissant vient du peu de traitement qui a été fait concernant cet événement. D’une façon générale, les média se sont tus comme pour exprimer leur complicité ou peut être, n’est-ce qu’une forme de lâcheté. Il y a eu très peu de commentaires. Très peu de spécialistes appelés experts sont venus expliquer le mandat de l’ONU pour cette opération. La couverture médiatique était à minima indiquant comme pour preuve un malaise. Peut être que la nature du Président du pays que l’on dit être la plus grande démocratie du monde anesthésie les supports médiatiques. Peut être que la personnalité de ce Président les mystifie…

L’observateur lambda que je suis a du mal à comprendre l’objectivité de cette opération. En tant que citoyen, nous sommes tous concernés. Car, qui dit guerre dit enrôlement. Qui dit guerre dit aussi des innocents qui paient pour des coupables. Lorsque des territoires sont déstabilisés par de soi-disant frappes chirurgicales, il apparaît difficile de savoir qui des armées officielles ou celles officieuses dites contestataires utilisent les armes chimiques. C’est pour cela qu’il faut un observateur crédible, neutre et puissant pour authentifier les preuves et trouver la juste réponse.

L’histoire nous a montré, tant au temps des accords de Yalta qu’après, les manipulations qui ont débouché sur des guerres stratégiques au profit des puissants (Afghanistan, Irak- Iran après la chute du Shah, Koweït, Irak, Libye, etc.). Les va-t-en guerre ne s’attaquent pas à la Corée du Nord, à la Fédération de Russie, à la Chine. Chacun son opinion. Mais, les cibles restent les citoyens de ces pays dits puissants. Ce sont ces citoyens qui font l’objet de prises d’otages, d’actes de barbarie, d’actes de terrorisme. Nous sommes tous concernés et nous devons par le principe de la démocratie (le pouvoir appartient au peuple) nous intéresser à ce que font ceux à qui nous avons délégué notre pouvoir. Pour notre salut, nous ne pouvons nous contenter d’ignorer ou de feindre d’ignorer.

Il y a bien quelque chose qui cloche dans cette intervention belliqueuse. S’il est vrai que le régime utilise des armes chimiques contre son peuple. La réponse peut-elle être le bombardement ? Plusieurs bombes ont été largués nous a-t-on dit de «manière chirurgicale». Mais, il s’agit de bombes ! Quelle que soit la nature d’une bombe, il s’agit d’un engin explosif qui fait énormément de dégâts. De surcroît, les bombes d’aujourd’hui sont beaucoup plus puissantes que celles d’avant. Et notamment, bien plus puissantes que celles larguées impunément et de manière injustifiée sur Hiroshima et Nagasaki. On a pu en mesurer les conséquences après coup.

Quels étaient les cibles de cette opération ? Les usines de fabrication d’armes chimiques… Et ceci par « amour » pour le peuple syrien ? Donc, les bombes ont détruit les usines et ont neutralisé leurs propres effets puis ceux de la composition chimique sortie de ces usines par le fait des bombardements… La situation est par conséquent plus saine qu’avant !!! Les gaz chimiques n’impacteront pas les populations grâce à leur intelligence à l’instar de la catastrophe de Seveso avec son nuage toxique à la dioxine qui s’était soi-disant arrêté à la périphérie de l’usine. Après tout, ce ne sera jamais la conséquence des bombardements puisque ces derniers surviennent à la suite de l’utilisation d’armes chimiques dont la preuve irréfutable n’a encore pas été communiquée aux citoyens du monde. Cela s’appelle la raison du plus fort. Chapeau messieurs les représentants des démocraties occidentales. Je m’interroge sur l’origine de la haine… Je m’interroge sur les fondements de la conscience collective et de ses différents niveaux d’éveil.

Des milliers d’innocents s’apprêtent à se rendre en Russie pour l’événement footballistique d’ici au mois de juin 2018, d’autres iront dans d’autres événements culturels, sportifs, j’espère que les États qui voient partout la nécessité des bombardements prendront toutes les dispositions pour sécuriser leurs ressortissants. Les décisions que l’on prend aujourd’hui impactent notre présent et aussi notre futur proche ou lointain.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28