Le défi lancé aux électeurs

Les élections municipales de mars 2020 arrivent à pas de géants. Les électeurs vont-ils prendre à bras le corps l'outil d'aliénation pour le transformer en un outil au service de la démocratie et du peuple.

Les élections municipales vont avoir lieu sur tous les territoires contrôlés par l’Etat français au mois de mars 2020. Ces territoires concernent aussi bien son espace européen que les anciennes colonies devenues des départements et Régions d’Outremer. Mes propos vont concerner le territoire guyanais avec ses espaces municipaux sans cohérence entre eux. Il n’y a aucune commune dans l’hexagone dont la superficie est supérieure à 759 Km² et 90% des communes n’excèdent pas 30 km² lorsque la superficie moyenne des communes de son territoire européen est de 15 km². Notre territoire est configuré avec des communes qui ont des superficies très disparates. Entre autres, Cayenne 24 km², Ouanary 1080 km², Maripasoula 18360 km². Il n’est point besoin d’autres éléments pour comprendre que ce territoire n’a jamais été pensé dans l’intérêt de ses habitants et dans une perspective de leur accomplissement.

Toutes les analogies ne se justifient pas. Toutefois, certaines sont nécessaires pour aider à la cohérence de notre réflexion et de notre démarche si nous considérons appartenir à la gent humaine dont les premiers principes sont la liberté et l’égalité. Si nous partons du principe que le territoire de la France est rationnel et cohérent, nous devons pouvoir penser que le territoire de la Guyane en Amérique du Sud, sous l’empire de l’Etat central, doit être rationnel et cohérent. C’est la moindre des choses.

Ainsi, la superficie de la France hors périphéries est un peu plus de 543000 Km² pour 63 millions d’habitants, soit une densité de 116 habitants au km². En estimant la population de Guyane à 400 mille habitants, la superficie nécessaire devrait être de 3448 Km². Il resterait donc sur les 90 000 Km² un peu plus de 86 mille km². En bon père de famille, la gestion de ce surplus de territoire serait une garantie pour les générations futures.

Ne nous racontons pas d’histoire, nous savons de quoi il en ressort. Le territoire est livré aux multinationales pour l’exploitation de nos ressources naturelles, la faune et la flore sont mises à mal, l’insécurité est insupportable, les actes d’incivilités sont en progression, la balance commerciale est structurellement déficitaire conduisant à une dépendance de l’extérieure. C’est également un sous-développement chronique, l’avènement d’une culture xénophobe qui s’installe durablement, un présent terne caractérisé par une paupérisation constante, un déboisement inconsidéré, une déforestation anarchique, un avenir plus qu’incertain.

Que pouvons-nous faire face à une telle photographie ? Être adeptes de la fatalité… croire en la providence… concevoir que le destin de ce territoire est déjà écrit… décider d’introduire dans l’espace profane des concepts métaphysiques qui relèvent exclusivement du domaine privé… Tous ces comportements expriment une absence de caractère, une ignorance de soi et de la capacité tant mentale qu’intellectuelle à pouvoir se prendre en charge. Ils expriment également une lourde lâcheté qui consiste à dire « Tous pareils » pour ne pas assumer ses responsabilités.

Nous savons tous que les élus qui sont au sommet des différentes collectivités n’ignorent pas la situation. Ils se trompent volontairement de partenaires et se coupent du peuple en tablant sur son dégoût de la politique surtout et sur le dégoût du politique en général. C’est une stratégie de maintien au pouvoir qui est facilité par la jeunesse du pays et donc par la vitesse de rotation de l’électorat. La trahison de leur électorat n’a pas de conséquences hautement préjudiciables tant qu’il aura une forte propension à démissionner de la citoyenneté et à se contenter de petits avantages éphémères.

Les campagnes électorales passent et se ressemblent. Le même rituel est sollicité avec l’argent des contribuables, des propositions d’embauches et de nouveaux emplois, des travaux en cours, des sorties pour personnes âgées, des réceptions-alibis. Ces pratiques sont l’apanage de beaucoup d’élus sortants. Le pays va mal mais, le système se porte bien. Cette forme de fonctionnement n’interpelle personne, ni les institutions, ni le grand public. Celui-ci se contente d’être dégoûté et s’isole sans se rendre compte qu’il fait la part belle aux utilisateurs de cette méthode. Les élus sortants ne cherchent pas à être réélus sur leur bilan. Ils ne sont pas intéressés par ce que pensent les administrés de leur mandature, ils repartent en campagne avec l’aide de l’outil institutionnel.

Ces élections municipales de mars 2020 est en ce sens, un défi lancé aux électeurs. Les élections sont censées être libres et transparentes. Les électeurs en ont t-ils conscience ? Les urnes sont là pour recenser la volonté de ceux qui ont le courage d’aller s’exprimer soit pour favoriser le changement soit pour continuer la politique actuelle dont on a la certitude qu’elle nous asservit, nous humilie. Les urnes sont là pour éviter la désobéissance civile, elles sont là pour déjouer les révoltes spontanées et stériles qui n’améliorent pas nos conditions d’existence mais qui permettent au vrai pouvoir de se réorganiser et de prendre de nouvelles dispositions.

Le défi qui est lancé aux électeurs repose sur plusieurs aspects. Leur capacité à avoir une grille de lecture qui prend en compte les facteurs qui déterminent le jeu politique. Vont-ils continuer à dire « élections, pièges à cons » en sachant pertinemment qu’ils ne vont pas compenser cette attitude par une autre plus radicale comme par exemple la constitution d’un gouvernement en exil et ses attributs. Leur lucidité qui permet de s’interroger sur le contenu du pouvoir local et le niveau de détermination nécessaire qu’il faut pour mettre un terme à la poursuite de cette politique d’assistanat d’humiliation et de servitude qui est à l’origine de tous les maux de la société. Leur capacité à bien évaluer la gravité de la situation et à prendre conscience de l’ampleur des tâches à réaliser.

Continuerez vous à croire qu’on peut être le Premier magistrat de sa commune sans savoir qu’il y a des squats qui se développent, des bidonvilles qui se créent, des déboisements intempestifs qui ont lieu, que la politique de logement soit aussi défaillante etc. Ces maires exercent leur fonction qu’au sein de leur mairie. Autrement dit, ils sont maires de leur mairie et non de leur territoire communal. Ce territoire doit être géré comme un pays indépendant avec la rigueur nécessaire, la responsabilité adéquate qui doit écarter la culture partisane de la politique politicienne.

Le défi est qu’il n’y a plus de temps à perdre. La mobilisation doit être aussi forte que celle de mars 2017. Cette fois-ci, ce ne pourra être un coup d’épée dans l’eau car, il s’agira de l’expression des urnes avec un fort taux de participation. La légitimité sortie ainsi des urnes ne pourra être ni contestée ni snobée.

Rien ne tombe du ciel. Si au plus profond de vous, en tant qu’électeurs, vous souhaitez un changement véritable qui profite à toute la population qui vit sur ce territoire, il faut une mobilisation pour une alternance à cette mauvaise politique qui dure. Dans le dictionnaire vous trouverez des mots comme malhonnête, manipulateur, corrompu mais, il n’y a pas qu’eux. Il y a aussi les mots comme honnête, sincère, incorruptible. Dans le dictionnaire de la vie où les humains sont comme les mots, il y des hommes et des femmes porteurs de ces deux groupes de mots. Il ne vous reste plus qu’à choisir votre camp.

Il ne fait aucun doute que si les électeurs adoptent la méthode de la grille d’analyse et de la lucidité, le choix du candidat devient plus facile à faire. Cette méthode permet à tout un chacun qui veut se donner les moyens de mieux appréhender ce qui est bon pour lui dans un esprit individuel et collectif. Par implication, il est en mesure de voir le profil de ceux qui sont en mesure de le représenter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.