Les guyanais réfractaires au vaccin !!!

On croît parfois que l'humanité progresse jusqu'au jour où on rencontre des personnes dont le comportement vous interpelle et que vous finissez par comprendre que le repos n'est pas de mise. N'y aspirez pas car la surprise risque d'être détonante. Avec le vaccin et la situation sanitaire, la Guyane peut vous apprendre bien des choses...

Selon la Directrice de l’ARS sur Guyane la Première,  les guyanais ne veulent pas se faire vacciner. Elle s’adresse à eux en leur faisant savoir qu’elle va annuler les commandes de vaccins Pfizer et réexpédier le surplus dont elle dispose. La manière avec laquelle tout cela est dit donne le sentiment qu’elle s’adresse à des enfants dont elle est le parent. Les guyanais apparaissent comme des majeurs incapables. Pas un instant on comprend qu’il s’agit d’une analyse relevant de la gestion des stocks, de leur vitesse de rotation, de leur éventuelle obsolescence mais, on entend cette décision comme une sanction. Les « Guyanais » auraient-ils un attribut manquant qui appartient à l’être humain ?

Quelques jours plus tard, c’est un journaliste qui fait un édito audiovisuel qui prend subtilement en charge certains élus et notamment la Sénatrice de Guyane comme étant l’une des causes de la défiance des guyanais au regard du vaccin. Il va jusqu’à dire que les guyanais pensent qu’en prenant le vaccin ils risquent de se transformer en cheval. Quelle insulte à notre intelligence. Savez-vous que dans l’Hexagone aucun journaliste n’a fait une telle comparaison avec les réfractaires aux vaccins… Savez-vous qu’aucun journaliste diplômé n’oserait faire allusion à une telle déduction dans le Pays des droits de l’Homme… 

Elle est terrible cette perception hautaine d’une autre époque sur les peuples qui sont différents… Qui sont les 12% de guyanais qui se sont fait vaccinés ? 

Il me paraît indispensable d’apporter ma contribution à l’analyse de la situation sanitaire du territoire et au comportement de certains guyanais dont je fais partie. Avant même le coronavirus la situation sanitaire du territoire était indigne d’un Pays appartenant à une République comme la France dite laïque, démocratique et jurant sur la continuité territoriale. Les guyanais, soit collectivement, soit individuellement, soit par l’entremise des partis politiques, soit par le biais d’associations ont produits des documents sur la situation sanitaire du territoire. Le Mouvement Walwari de l’époque et le Parti Progressiste Guyanais ont toujours souligné l’absence d’évaluation des politiques publiques relatives à la santé.

Comme tous les peuples du monde, les guyanais ont parmi eux des gens qui réfléchissent, comme tous les peuples du monde ils ont leur libre-arbitre, comme tous les peuples du monde ils ne sont pas homogènes. La Guyane depuis longtemps a été considérée comme le carrefour des « races ». C’est la politique du pouvoir central qui pourrit les relations interhumaines directement ou indirectement. Entendre la Directrice de l’ARS Guyane assimiler notre territoire au Far-West dénote sa vision du monde. Drôle d’image. Les cow-boys occidentaux venus massacrer les Amérindiens. Un espace géographique où l’humanité à connu les pires excès. Elle a certainement une couverture gouvernementale qui lui autorise toute expression décomplexée. Cet intermède n’est nullement hors sujet par rapport à la situation sanitaire de la Guyane. Par ailleurs, elle est interrogée en tant que Directrice de l’ARS lorsqu'elle sort cette photographie de son imaginaire. Revenons à la situation sanitaire.

Que se passe-t-il  avec le coronavirus appelé Covid 19 ? Tout d’abord, nous avons pu assister à une polémique instructive entre des scientifiques d’un côté, proches des gouvernements, certains, proches des grands laboratoires pharmaceutiques et d’un autre côté, des scientifiques qui se réclament de leur indépendance face aux gouvernements, face aux différents laboratoires pharmaceutiques. Sans être devenus des spécialistes cette polémique a nourri notre réflexion et nous a permis de voir que ceux qui sont du côté des gouvernements et des grands laboratoires pharmaceutiques considèrent que les autres sont des « complotistes », des « conspirationnistes » parce qu’ils font intervenir leur esprit critique. 

En tant que citoyens dotés d’un minimum d’intelligence mais suffisamment, pour comprendre certains enjeux sociétaux, certaines dispositions géostratégiques mêmes confidentielles, nous ne nous laissons pas abuser par la propagande. Nous sommes, néanmoins conscients que cette situation interscientifique ouvre une brèche aux créationnistes qui saisissent cette opportunité pour introduire leur conception du monde, de l’univers. Pour autant, nous ne sommes pas dupes. En conséquence, nous ne pouvons pas être traités comme des enfants ni comme des majeurs non émancipés et encore moins comme des abrutis qui pourraient penser qu’un vaccin pourrait nous transformer en cheval. Par contre, l’idée que nous nous faisons de ces personnes, sans faire de l’agitation, sans donner dans l’émotionnel ne relève pas de l’honorabilité. Nous les prenons pour ce que nous pensons qu’ils sont et surtout pas pour des génies. Nous ne les imiterons pas car, « la bêtise des uns ne justifie pas la connerie des autres ».

Donc, les guyanais auxquels j’appartiens puisent leurs réflexions dans la connaissance, dans le savoir et dans l’expérience des sociétés humaines. Le monde humain n’a jamais été un fleuve tranquille. Toute son histoire est jalonnée de grandes et belles choses mais aussi de choses très abominables. C’est du reste la raison pour laquelle nous devons être vigilants d’où le nécessaire esprit critique, l’indispensable libre-arbitre. 

Dans un premier temps de notre réflexion, nous avons admis que la France a cédé une partie de sa souveraineté et donc, il y a les lois, les règles de la supranationalité auxquelles la France doit se soumettre. Ainsi nous pouvons nous référer aux textes européens qui stipulent que les vaccins ne sont pas obligatoires et que les personnes qui ne se font pas vacciner n’ont pas à subir de discrimination en raison de cet état de fait. Donc, les non vaccinés ne sont pas hors la loi.

Dans un deuxième temps, il y a notre propre réflexion à partir des données officielles  qui sont à notre disposition et surtout de  la connexion que nous en faisons. 

Nous observons qu’il n’y a eu aucune parole officielle de la France concernant l’origine de ce virus. Est-il issu de la nature ou d’un laboratoire ? Surtout ne dites pas que ce n’est pas essentiel car, s’il s’agit d’une fuite de laboratoire nous savons que nous avons affaire à des manipulations et qu’il est nécessaire de connaître à quel stade étaient ces manipulations. Il y a une différence sensible entre un produit fini et un produit en cours de fabrication. Dans un produit fini, on sait que l’agent infectieux est sous une forme inoffensive alors que dans le produit en cours de fabrication on ne sait pas si l’agent infectieux est sous une forme inoffensive ou offensive d’où l’importance du stade d’évolution du produit manipulé.

Comme nous sommes loin de penser que le vaccin peut nous transformer en cheval et comme nous sommes également  loin de nous considérer comme des majeurs incapables, nous avons réfléchi sur le pourquoi des choses. Ainsi, nous avons pioché dans les savoirs de notre espace-temps et nous avons constaté que la thérapie génique existe depuis les années 1960 qu’elle a atteint une première apogée en 1972  avec le pédiatre américain Théodore Friedman et le Professeur Alain Fischer, dans les années 1990 il y a eu un grand intérêt pour ce traitement médical au point que les essais cliniques ont fait leur apparition. Nous avons également compris que cette thérapie était conçue à partir de deux approches différentes. Une par injection localisée ou par injection intraveineuse dénommée « in vivo » l’autre par prélèvement des cellules défectueuses, leur correction puis leur réinjection chez le malade, concept dénommé « ex vivo ». Nous avons appris que cette thérapie était un traitement médical pour les maladies génétiques. Par suite, nous pouvons conclure qu’il faut avoir une maladie pour être traité par la thérapie génique.

Qu’avons-nous entendu au départ sur la thérapie génique ? Les représentants des laboratoires sont intervenus sur les media tant écrits qu’audiovisuels pour dire qu’ils vont tenter de trouver un vaccin à partir de la thérapie génique. Jusque-là il n’y a pas de souci puisqu’ils cherchent une méthode plus rapide voire plus efficace et même certainement moins coûteuse que la fabrication des vaccins traditionnels. 

On retient donc que la thérapie génique n’est pas un vaccin… Elle est censée être un moyen pour obtenir la fabrication du nouveau vaccin. A preuve, depuis le temps qu’elle existe on ne l’a jamais dénommée vaccin. Le 14 septembre 2009 l’Agence Européenne du Médicament la définit comme un médicament biologique et dicte ses caractéristiques notamment le fait de contenir une substance active (ADN ou ARN). 

Nous notons qu’entre cette période et novembre 2019 les caractéristiques de la thérapie génique n’ont pas changé. Est-ce inintelligent de se poser la question sur la similitude entre ledit vaccin et la thérapie génique de par leurs caractéristiques ? Est-ce inintelligent de s’interroger sur la rapidité de l’invention du vaccin ? Pourquoi seulement en novembre 2019 elle est décrétée vaccin ? Pourquoi a contrario elle n’a pas été considérée dès l’origine comme un vaccin ? Pourquoi dès les essais cliniques en 1990 elle n’a toujours pas été classée dans une nouvelle catégorie de vaccins ? Enfin, en 2009 elle est définie comme médicament biologique et non comme vaccin…  il n’y a pourtant que 12 ans… Alors oui les guyanais comme moi s’interrogent sur les tenants et aboutissants de cet imbroglio. Ils veulent comprendre par quelle opération mystérieuse ce médicament biologique est devenu un vaccin en novembre 2019... La question mérite d’être posée…Ce n’est ni un cheval, ni des majeurs incapables qui le feront donc, nous ne sommes ni l’un, ni l'autre…

Ce tas d’imprécisions doit nous interpeller et c’est à raison qu’intelligemment, nous sommes réticents à nous livrer béatement à cette campagne dite de vaccination. Il nous importe de ne pas oublier que des dispositions sur la responsabilité pénale ont été mises en place pour protéger ces spécialistes, que l’éthique quant aux médicaments a été secouée avec les différentes affaires mettant en cause certains laboratoires pharmaceutiques dont le procès relatif au médiator par exemple. Avec tout ça, Ils veulent nous précipiter, ils veulent formater notre cerveau. De quoi sommes-nous malades ? De quelles maladies veut-on nous protéger ? Ils ont prévu d'obtenir les résultats pas avant 2022 voire 2023 et pour le moment nous n’avons aucune réponse précise concernant la transmission de la maladie par les vaccinés ou non.

Nous ne sommes pas des pions, nous ne sommes pas les moyens d’une organisation humaine, nous sommes notre propre fin donc, nous existons par nous-mêmes. Jusqu’à preuve du contraire, indépendamment de notre morphologie apparente, nous sommes tous constitués de la même manière. C’est le spermatozoïde qui féconde l’ovule et qui crée la première cellule qui va se démultiplier pour donner ce que nous sommes, des humains singuliers destinés à vivre ensemble. Élevez votre niveau et cessez de nous regarder avec votre cerveau déformé nécessitant une thérapie génique. 

La question qui reste à résoudre est la suivante : Quel est le mobile qui stimule tant la Directrice de l’ARS ?
Deux hypothèses m’apparaissent plausibles à savoir :
La première est qu’elle nous aime vraiment et qu’elle veut notre bien-être même malgré nous, style Far-West
La deuxième et qui est souvent l’œuvre des carriéristes est qu’elle veut atteindre un objectif qu’elle s’est fixée pour obtenir une reconnaissance, une récompense lui permettant d’accéder à un poste bien supérieur à celui qu’elle exerce actuellement.
A chacun par l’intermédiaire de sa propre conscience d’évaluer les hypothèses.

Enfin, il semblerait que dans le rapport Pfizer, il est dit qu’une personne vaccinée, sur huit attrape la forme sévère de la Covid 19 et parmi les non vaccinés c’est une personne sur 16 qui attrape la forme sévère. Je n’ai pas pu, pour le moment, vérifier cette information donc j’emploie le conditionnel. Si cette information est vraie cela signifie qu’il y a deux fois plus de chance d’attraper les formes sévères du virus en étant vacciné. 

Devant n'importe quelle problématique posée, nous avons l'obligation de nous exprimer, de faire entendre nos analyses pour éviter que certains avec leur complexe de supériorité n'intègrent dans leurs circuits mentaux que notre territoire est un désert de connaissance, de savoir et d'expérience. Cette sorte de situation est la conséquence du système qui administre notre territoire à partir d'idées vieillottes préconçues et qui datent de siècles passés. Nous devons autant que nous sommes affirmer notre engagement envers notre société au nom des générations en vie et plus particulièrement des générations à venir. On ne vivra pas mieux ni plus longtemps en se contraignant à suivre le courant de pensée qui nous humilie en prétextant que l'accompagnement fait moins souffrir que la résistance. l'histoire de l'humanité nous l'a démontré à maintes reprises.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.