Nos ancêtres ne savaient pas.

Nos ancêtres ne savaient pas. Il y avait bien des esclaves, mais que savait-on d’eux ? Avaient-ils une âme ? Aujourd’hui, nous ne savons toujours pas. … Nos villes regorgent de sans logis, d’exclus, d’inaptes à la réussite… Mais nous ne savons toujours pas… Pauvres enfants qui naissent, plus pauvres demain que leurs parents, plus esclaves du système. Nos ancêtres ne savaient pas... Mais nous ?

Nos ancêtres ne savaient pas.

Il y avait bien des esclaves, mais que savait-on d’eux ? Avaient-ils une âme ? Et puis seuls quelques riches marchands et leurs équipages avaient l’occasion de les approcher… L’Afrique était vierge, elle s’offrait à nos pillages… Les dames et leurs enfants allaient à la messe. Le peuple n’avait pas voix au chapitre…Nos ancêtres étaient ils aux champs, sur la mer, ou bien dans des châteaux cossus ? On ne se posait pas la question de ce que pensait un enfant, et encore moins un serviteur, un ouvrier ou un paysan… Le beau monde était donc innocent…

Aujourd’hui, nous ne savons toujours pas. Des paysans, comme en Amérique du sud, sont exploités, expropriés, des indigènes autonomes sont rendus dépendants de notre commerce afin de provoquer leur exode et de récupérer les ressources naturelles de leurs territoires pour les piller (légalement, s’entend)… La terre est surexploitée, ses richesses naturelles confisquées pour enrichir ceux qui sont déjà riches, et asservir encore
davantage les pauvres … Nos villes regorgent de sans logis, d’exclus, d’inaptes à la réussite… Nos banlieues débordent de jeunes perdus et revanchards dont la seule morale semble être l’égoïsme sauvage et la violence. La consommation est rendue obligatoire grâce au « miracle » de la publicité, la boucle est ainsi bouclée et le peuple exploité avec son consentement…

Mais nous ne savons toujours pas…

Et les religions ? Autrefois caution morale de l’exploitation des pauvres. Aujourd’hui ? Presque inutile… Les juifs ne pratiquent plus beaucoup… Le catholicisme se dilue dans les hypocrisies et les contradictions de l’occident. L’orthodoxie russe cautionne le système mafieux… Les religions asiatiques ? Elles semblent ignorer le champ de la morale sociale… Reste donc l’islam … ? Tiraillé entre refuge identitaire et intolérance barbare... 

Les plus riches ne gèrent plus le système qui continue de les enrichir. Ce n’est plus nécessaire : le système fonctionne tout seul, les entreprises, savamment organisées, produisent et distribuent des profits, des cadres sont extraits du peuple par le système éducatif élitiste, et ces cadres assurent la gouvernance des entreprises… Nous savons, si nous voulons bien accepter de l’entendre, que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. Pire, les nations, les peuples donc s’endettent pour permettre l’enrichissement des riches… Cette dette, chaîne à nos pieds, ne cesse de croître. Et ce sont justement, indirectement, les richesses des plus riches qui sont prêtées aux peuples pour leur permettre de rembourser, à des conditions qui se dégradent et renforcent encore leur difficulté à
terme.

Pauvres enfants qui naissent, plus pauvres demain que leurs parents, plus esclaves du système. Le travail, seul moyen pour les pauvres (à part le vol) pour obtenir de quoi consommer, est au service de l’optimisation économique qui les appauvrit encore plus…

Nos ancêtres ne savaient pas... Mais nous ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.