jmkerisit
citoyen du monde, amoureux du beau, ingénieur, musicien, manager dans les nouvelles technologies
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Dissection d’un discours malhonnête et insultant de M. Malhuret au Sénat.

A propos du discours de M. Malhuret au Sénat le 11 janvier 2022. J’ai annoté le texte de ce discours de manière à mettre en évidence les figures de rhétoriques qui en font la trame, et ainsi illustrer sa malhonnêteté et sa malveillance.

jmkerisit
citoyen du monde, amoureux du beau, ingénieur, musicien, manager dans les nouvelles technologies
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dissection d’un discours malhonnête et insultant

A propos du discours de M. Malhuret au Sénat le 11 janvier 2022.
Jean-Marc Kérisit - 19 janvier 2022

J’ai annoté le texte de ce discours de manière à illustrer sa malhonnêteté. 

Contrairement à ce que prétendent depuis des mois les trafiquants de fake news, les résistants des boulevards, les has not been de la chanson française et les Sakharov de la dictature sanitaire, nous avons aujourd’hui trois certitudes :

Tout le discours se base sur une opposition : entre de prétendus abrutis qui manifestent et ne sont pas vaccinés, et l’immense majorité qui est d’accord avec le pass vaccinal.

Ça commence très fort : ce discours prétend disqualifier d’emblée la résistance au vaccin (et sous-entendu, au pass vaccinal, et même à la politique du gouvernement), en l’amalgamant à une collection de pitoyables hurluberlus qui se complaisent dans les fake news.

“Résistants des boulevards” : ce sont donc des ridicules résistants, sous-entendu de simples citoyens en manque d’histoires qui se racontent qu’ils participent à une grande œuvre de résistance en allant simplement manifester. Les “has not been de la chanson française”, référence à un chanteur, Francis Lalanne pour ne pas le nommer, dont l’auteur sous-entend qu’il serait une icône de ce mouvement. “Sakharov de la dictature sanitaire”, c’est bien entendu ironique. Et donc, cela prétend dénoncer que ce mouvement s’érige de façon ridicule en martyr d’une prétendue dictature sanitaire, alors même qu’une rapide comparaison de notre régime et du régime communiste montre bien qu’il n’en est rien. Donc des mythomanes.

“Trafiquants de fake news” : une façon de ne pas considérer les informations qui ne vont pas dans le sens des amis de ce monsieur. Là aussi, dénoncer sans explications, pour disqualifier toute idée, toute vérité opposante, comme par exemple que les vaccins ont des effets secondaires importants….

Ce sont, cela ne peut échapper à personne, des procédés. Des procédés violents puisqu’ils se basent sur la ridiculisation, la disqualification a priori, l’accusation non étayée, pour par avance pointer du doigt cette minorité. Ce que cela dit, c’est le mépris que ressent M. Malhuret vis à vis de ceux qui ne pensent pas comme lui. Il sait. Il déforme. Il ridiculise. Et il juge. Et il invite tous ceux qui l'écoutent à rire avec lui et à condamner sans réfléchir. Le bouc émissaire est désigné. 

1) Le vaccin empêche l’immense majorité des formes graves.

Si j’écoute les responsables des mouvements de contestation, je n’entends pas qu’ils contestent cette assertion autrement qu’à la marge ! Bien sûr il existe sans doute des personnes qui nient cela parmi les opposants, mais ils sont très minoritaires.

C’est donc un mensonge que de laisser croire que les opposants au pass vaccinal nient cela. Et c’est donc une façon malhonnête de prouver aux auditeurs de ce discours que les opposants seraient des gens malhonnêtes ou idiots.

2) La probabilité d’un séjour en réanimation est dix fois supérieure chez les non-vaccinés.

La contestation peut venir du chiffre, qui a tellement varié dans la bouche du ministre lui-même, et des responsables ! Et aussi de la différence avec les chiffres d’autres pays. Il est pourtant très majoritairement admis parmi ceux qui sont opposés au pass vaccinal que les non-vaccinés ont plus de chance d’aboutir en réanimation que les vaccinés.

Donc encore un mensonge ! Toujours avec le même objectif peu respectable.

3) Les services d’urgence sont remplis par la petite minorité qui refuse la vaccination.

Les services d’urgence ? Les services de réa ? De soin intensif ? De qui parle-t-il ? Les services d’urgence sont débordés à cause des problèmes dûs au manque de moyen et à cause de la croissance des venues aux urgences pour des soins divers et variés. Ces problèmes, dénoncés par les professionnels, et qui ont causé la grève des urgentistes à plusieurs reprises, ne sont pas spécifiquement liés au covid. Mais l’interdiction de prescrire faite aux médecins de ville, dont est responsable le gouvernement que soutient M. Malhuret, et les protocoles sanitaires dans le traitement des malades Covid, n’arrangent rien.

Ici, c’est une fausse vérité qui est présentée.

La conclusion est d’une simplicité biblique : il faut vacciner le plus de monde possible le plus vite possible.

Il faut ? La logique de M. Malhuret n’est visiblement pas la logique commune. Ce sophisme n’a aucun fondement. Avant de décider s’il faut ou pas, il convient d’analyser les pour ET les contre !

Au moins se satisfera-t-on que l’argument de la protection contre la contamination n’est plus retenu.

Le plus de monde possible ? Le plus vite possible ? On voit là l’utilisation d’une urgence pour dramatiser le propos.

On pourrait dire que ces arguments vont dans le sens de favoriser la vaccination obligatoire, mais sont-ce les seuls arguments ? 

92 % des Français l’ont compris. Pas les antivax. 

Les Français qui se sont fait vacciner (c’est ce que recouvre ce chiffre de 92%) seraient d’accord ? Mais une bonne proportion des vaccinés sont contre le pass vaccinal ! C’est une manipulation !

“Pas les antivax”. Ce mot antivax est confondu intentionnellement par M. Malhuret avec “antipass”. Les gens qui ne sont pas vaccinés et a fortiori les antipass (qui comptent dans leurs rangs des vaccinés) ne sont majoritairement pas contre la vaccination en général !

Depuis un an, ils nous tannent avec leur « convaincre plutôt que contraindre », 

C’est le message de l’OMS. L’OMS n’est pas antivax, si ?

ils nous disent de faire de la pédagogie, de ne pas stigmatiser, eux qui stigmatisent tous les autres.

Les non-vaccinés ou bien les anti-pass stigmatiseraient tous les autres ? Avez-vous entendu les antipass ou les non vaccinés critiquer les vaccinés ?

Tous les autres ? Une formule rhétorique pour essayer de faire croire que qui que vous soyez, vous êtes forcément détestés des ennemis du pass !

Il faudra bientôt vacciner en cachette et raser les murs pour ne pas les déranger. 

C’est une affirmation totalement folle ! Quels peuvent être les faits qui justifient cette affirmation. 

C’est en fait encore une nouvelle figure de rhétorique pour présenter les vaccinés comme des victimes des non-vaccinés. 

Eh bien, nous n’allons pas raser les murs, nous allons répondre. Et d’abord aux politiciens aux abois qui essaient de se refaire la cerise, aux philosophes de comptoir qui confondent liberté et irresponsabilité, aux agités du télé-bocal, qui crient à la démocratie bafouée.

Nous ? Qui nous ? Nous le gouvernement et ses supporters ? Ou bien nous les vaccinés ?

Encore une technique pour faire accroire que le gouvernement représente les vaccinés ! 

Les Philippot, Asselineau, Le Pen, Dupont-Aignan ou Mélenchon, ce pacte germano-soviétique de la désinformation, 

germano-soviétique ? germano - nazis, soviétiques = staliniens ? Ainsi on discrédite par principe les autres forces politiques et ceux qui souscrivent à leurs idées, qui, bien-sûr, ne relèvent ni de l'hitlérisme, ni du stalinisme ! Mais qui sont près de la moitié des français !

pacte de la désinformation : on laisse entendre qu’il y aurait un complot de ces gens contre la vérité. Le complotisme n’est pas toujours là où le dit !

ont été successivement pour la chloroquine, contre le vaccin, contre le pass sanitaire et maintenant contre le pass vaccinal, avec une infaillibilité absolue dans l’aveuglement. 

Tout d’abord, c’est le droit de ces dirigeants politiques d’avoir des idées, et de les défendre, n’en déplaise au gouvernement. 

Successivement suggère qu’ils ont changé de position au fur et à mesure du temps. Et “avec une infaillibilité absolue dans l’aveuglement” suggère, autre figure de rhétorique, que l’infaillibilité se limite à l’aveuglement.

Mais l'opposition au vaccin est glissée au milieu, en contradiction totale avec les positions de ces responsables politiques. 

Nouveau mensonge pour faire croire que les responsables antipass sont contre le vaccin !

Tout au plus aurait-il pu mentionner le scepticisme quant à la stratégie du tout-vaccin, et la méfiance vis-à-vis des vaccins ARNm. 

La chloroquine, sujet présenté par M. Véran et ses supporters, comme un faux remède, alors qu’aucune publication sérieuse ne le démontre, et qu’au contraire des centaines de publications prouvent son efficacité, ainsi que le témoignages de milliers de médecins ! Toujours en surfant sur l’ambiguïté de l’argument : la dangerosité ayant été brandie en mai et juin 2020 pour la faire interdire suite à un article bidon publié au Lancet, dangerosité jamais prouvée… on surfe sur cet argument oublié…

Ces amoureux des dictatures, 

Qui ? Philippot ? Je ne crois pas ! Mme Le Pen ? M. Mélenchon ? Admettons qu’il le pense sincèrement. Mais Asselineau ? Vraiment ?

C’est juste une nouvelle formule fausse pour assimiler ceux qui ne sont pas pour le pass à des ennemis de la démocratie. 

il faut quand même qu’ils soient gonflés pour accuser le gouvernement et le Parlement de prendre des mesures liberticides. S’ils avaient été au pouvoir, la vaccination aurait perdu des mois. Et les morts auraient été bien plus nombreux, comme chez leurs amis Bolsonaro l’antivax ou Poutine et son vaccin inopérant réclamé à grands cris par Mélenchon et dont même les Russes ne veulent pas. Les Français n’auraient eu droit qu’aux remèdes bidons d’un gourou rocambolesque, validés par la Twitter school of medicine et la Facebook university. 

Là on est dans diffamation gratuite et délirante…

Ces stakhanovistes de l’erreur et du cynisme sont contre le pass vaccinal, pas pour préserver la santé de nos concitoyens, mais pour récupérer les voix des extrémistes.

C’est étrange, les commentateurs politiques sont nombreux à penser que la loi sur le pass vaccinal, cette urgence du gouvernement pour la faire voter, cette dramatisation du nombre de cas qui la favorise, sont, au moins partiellement, mus par des fins électoralistes, justement.

Quoi que vous fassiez, Monsieur le Ministre, pour eux, vous ferez mal. Je vous suggère une idée pour vacciner les 5 millions qui manquent à l’appel : interdisez le vaccin, ils exigeront que tout le monde se le fasse injecter.

Les non vaccinés sont tellement idiots ! Quel mépris !

La démocratie, ce n’est pas s’agenouiller devant une minorité inconsciente.

Ça suffit ! À 300 000 cas par jour, il est temps de répondre et il est aussi plus que temps de faire front. 

Encore la dramatisation en utilisant les cas d’Omicron, qui, pourtant, suivant les retours d’expérience d’Afrique du sud, du Danemark, du Royaume-Uni, n’encombrent absolument pas les services de réa ni les urgences.

La démocratie, ce n’est pas s’agenouiller devant une minorité inconsciente qui déborde aujourd’hui les services d’urgence, qui fait pleurer de rage et d’épuisement les soignants voyant leurs lits remplis de patients qui n’auraient jamais dû s’y trouver et qui en chassent tous les autres. 

Au passage, on pourrait objecter que la décision de fermer des lits, les suppressions de moyens pour l’hôpital public, l’hyperexploitation des soignants, leur réquisition sans limite en heures supplémentaires, … , n’est-ce pas principalement cela qui fait pleurer de rage et d’épuisement les soignants ?

La démocratie, ça ne consiste pas à écouter des rebelles de supermarché sauter comme des cabris avec leurs pancartes en criant : « Liberté ! ». Des quinze ans de ma vie comme médecin dans les guerres ou les épidémies, j’ai tiré une leçon simple : ce sont les virus qui bafouent les libertés, pas les vaccins. Et si l’on ne prend pas les mesures qui s’imposent, c’est l’épidémie seule qui en décide, et toujours de la façon la plus violente et la plus létale. Il faut donc, parce qu’il n’y a pas de liberté absolue, trouver l’équilibre entre des libertés contradictoires et prendre les bonnes décisions, même si elles ne plaisent pas à tous. C’est ce que vous proposez aujourd’hui, Monsieur le Ministre, et c’est ce que nous allons faire avec vous.

L’idéal serait la vaccination obligatoire, comme il en existe onze autres sans que personne ne hurle à la tyrannie.

Oui, le pass vaccinal est une façon de pousser à la vaccination. Et pour tout dire, l’idéal serait la vaccination obligatoire, comme il en existe onze autres sans que personne ne hurle à la tyrannie. Vous ne la proposez pas parce que vous craignez que les boutefeux ne finissent par déchirer un pays exténué et parce qu’en démocratie il n’y a pas de moyen infaillible de l’imposer, et vous avez sans doute raison. Alors, va pour le pass vaccinal. 

Les offusqués professionnels diront que vous créez deux catégories de Français, alors que ce sont eux qui se placent en marge et nous mettent en danger.

Affirmation péremptoire pour justifier la discrimination

Ils diront que vous les stigmatisez, alors que depuis un an ils traitent les vaccinés de moutons, les soignants de collabos, qu’ils saccagent les permanences des élus et les menacent de mort.

Sont-ce tous les non vaccinés, tous les antipass qui font cela ? Mais non, seulement quelques personnes, désavouées par les autres non vaccinés et antipass. Mais on se sert de ceux-là pour discréditer les autres 

Mais nous allons poursuivre ensemble, calmement, la lutte contre l’épidémie. Malgré eux. Et avec l’immense majorité des Français.

Car en dépit des campagnes incessantes sur les réseaux antisociaux,

Réseaux antisociaux ! Encore une figure de style pour ridiculiser ce qui ne vient pas du gouvernement et des médias officiels. Pour ridiculiser, en fait, tous ceux qui y trouvent un intérêt, c’est à dire, une majorité de citoyens !

les Français ont montré une remarquable compréhension, une remarquable patience et une remarquable responsabilité. Malgré les intox, la France est dans le peloton de tête des pays les plus vaccinés. Les réseaux ont même eu une vertu : après deux ans de bobards, nos concitoyens ont fini, devant l’énormité des fake news, par se faire une solide opinion sur ceux qui les diffusent, et je préfère ne pas répéter ici les épithètes dont ils les gratifient.

Démagogie et confusion à dessein, toujours sur les réseaux sociaux… tout ça pour disqualifier par principe toute information opposée à celles propagées par le gouvernement. 

Quant aux discussions dans les repas de famille où se trouvait un antivax pendant les fêtes, elles ont vacciné définitivement des millions de Français contre les absurdités. Et ce vaccin-là, par chance, il est d’une grande efficacité.

Au final, on retient de ce discours que les antipass se réduisent aux non vaccinés, qui sont des idiots, des imbéciles. Que les responsables qui soi-disant les représentent sont les opposants à la Macronie, au passage montrés du doigt comme des suppôts d’Hitler et Staline. Que les arguments qu’ils utilisent, parce que ce ne sont pas les vôtres, sont des fake news. Et que le gouvernement représente les vaccinés. 

En effet, quel exploit !

Quel talent de rhétoricien ! mais aussi, quelle malhonnêteté, quelle violence, quelle malveillance ! En fait, tout ce que j'aimerais voir disparaître du monde politique ! J’espère pour vous que vous serez récompensé de votre zèle à soutenir le ministre. Car le vent pourrait bien tourner, monsieur l’orateur !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin