L'ARBRE ET LE CLIMATISEUR

Ne vous y trompez pas, malgré le titre, ceci n'est pas une fable, quoi que !

Rassurez vous il ne s’agit pas d’une fable de Jean de la Fontaine inédite, mais d’une réflexion par rapport à la canicule subie au mois de juillet qui a fait exploser les ventes de climatiseurs, ventilateurs, en tout genre capables de produire du froid après avoir chauffer copieusement à l’aide de l’électricité en grande partie d’origine nucléaire.

Déjà à l’été 2003 les magasins avaient été dévalisés et les société d’installations de ces boites métalliques enlaidissant copieusement les façades des immeubles verticaux ou des maisons, posés n’importe comment par des installateurs plus ou moins compétents, au mépris des règles d’urbanisme et de celles élémentaires de bon voisinage.

Pourtant des périodes chaudes voire caniculaires, il y en a eu bien d’autres, et avec le réchauffement climatique ce phénomène s’accentuera, et l’on a survécu sans climatiseurs.

Il suffisait de ventiler la nuit et de fermer les volets dès les premiers rayons du soleil, de boire beaucoup d’eau, et si l’on vivait à la campagne de profiter de l’ombre des arbres et de la fraîcheur des vieux murs.

Des solutions techniques existent et s’améliorent pour isoler les bâtiments du froid et de la chaleur en végétalisant, en arborant les abords des maisons, mais surtout en prenant le plus grand soin des espaces boisés et en les développant surtout en milieu urbain, ceux-ci constituant par ailleurs d’énormes capteurs de CO2.

A dessein vous trouverez ci-après un dessin approprié vous expliquant comment fabriquer un climatiseur, non polluant et végétal, dont la morale est pleine de bon sens. (trouver d'ailleurs dans les colonnes de Médiapart et fort à propos)

arbre-climatisation

Eh bien cette semaine dans Ouest France on apprend que la communauté de communes de Granville Terre et Mer invite ses habitants à planter 4000 arbres, au prix imbattable de 0,30 € afin de contribuer à la rénovation et à l’entretien du maillage bocager !

Non, non, vous n’hallucinez pas, mais qui est chargé de piloter cette opération, facile : la chambre d’agriculture de la Manche.

Alors reprenons un peu le processus, la communauté de communes demande aux particuliers, agriculteurs et collectivités de planter des arbres pour « rénover le maillage bocager » mais qui a participé grandement à sa destruction sous diverses formes, et bien les élus d’abords à tous les niveaux de l’échelon départemental en votant l’installation d’infrastructures routières déjà abondantes dans la Manche, mais aussi et surtout les agriculteurs productivistes sous la férule de la FDSEA, antenne départementale de la FNSEA, si prompte à retourner les prairies naturelles pour cultiver du maïs irrigué si possible c’est mieux payé, en arrachant les haies et les arbres au mépris des documents d’urbanisme et de la biodiversité.

Il suffit de relire les articles publiés infra sur ce blog.

Quant aux bâtiments anciens que Hulot croyait faire rénover énergétiquement et massivement, il va falloir patienter.

En clair on se moque des gens, car à chaque arbre planté devrait être assorti le fait que ne soit plus détruit 10000 mètres linéaires de haies bocagères.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.