Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2019

DU BON USAGE DES TERRES AGRICOLES

Que se passe-t-il dans la commune de LE TANU (entre Granville et Villedieu les Poëles dans la manche) depuis qu'un chef d'entreprises non agricoles a pu acquérir 6 ha de terres agricoles, pour élever des petits chiens de luxe, au détriment de l'élevage et des cultures vivrières.

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LES FAITS

Au printemps 2018, des travaux ont été commencés en toute illégalité au lieu-dit Le Petit Château au Tanu. Le maire de la commune a dû porter plainte pour qu’ils cessent.
En janvier 2019, un permis de construire a été déposé pour reprendre le chantier. Il prévoit la construction d’un élevage intensif d’une quarantaine de chiennes (bichons et schnauzers nains), donc des centaines de chiots, sur un terrain classé en zone Natura 2000 dépourvu d’eau courante et d’électricité, et de toute habitation. Les chiennes seraient parquées par trois dans des enclos grillagés de 180 m2 et disposeraient d’un cabanon comme refuge. Le projet prévoit l’utilisation de 2 500m2 de terres agricoles sur un total de 60 000 m2 acquis par le propriétaire.

CHRONOLOGIE

  • Printemps 2018, des travaux de terrassement et de construction commencent en toute illégalité au

    lieu-dit Le Petit Château au Tanu.

  • 12 octobre 2018, le maire de la commune porte plainte pour travaux illégaux. Les travaux cessent.

  • Novembre 2018, création du collectif des riverains de la vallée de l’Airou du Tanu et de Champrépus.

  • Janvier 2019, un permis de construire est déposé pour reprendre le chantier. Il prévoit la

    construction d’un élevage d’une quarantaine de chiennes (bichons et schnauzers nains), donc des centaines de chiots, en élevage intensif, sur un terrain dépourvu d’eau courante et d’électricité, et de toute habitation. Aucun système d’assainissement n’est prévu, sur un terrain situé en zone Natura 2000. Personne ne sera sur place en cas de problèmes ou d’aboiements continus. Ce type d’élevage intensif est interdit dans un nombre croissant de pays, quid du bien-être animal ?

  • 8 janvier 2019, le collectif porte plainte, appuyé par l’association Manche Nature, pour infraction au code de l’urbanisme

  • 9 janvier 2019, le conseil municipal du Tanu se prononce par 7 voix et 2 abstentions contre ce projet d’élevage de chiens.

  • 3 février 2019, apéritif citoyen regroupant 80 personnes (c’est-à-dire plus de 10 % de la population des deux villages), action présentée au JT de France 3 Normandie, dans Ouest France, La Manche Libre, La Gazette.

  • Jeudi 14 mars 2019, examen de la demande du permis de construire par la Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF), à l’issue duquel le préfet validera ou non cette demande.

    Pour montrer à M. le préfet que nous lui faisons confiance pour respecter la décision républicaine du conseil municipal du Tanu et que nous restons fermement opposés à ce projet qui n’apportera rien à nos villages et qui détourne la terre agricole de son objet, le collectif organise un apéritif citoyen. Les habitants y seront consultés au moyen d’un questionnaire joint en annexe sur le devenir des terres agricoles de leur territoire (et au-delà).

dimanche 10 mars
à la salle de convivialité du Tanu à partir de 11 heures

Tous les représentants de la presse sont les bienvenus pour rendre compte de la solidarité citoyenne de deux villages, déterminés à préserver leur cadre de vie. Non ! Nos campagnes ne sont pas mortes ! Oui, des gens y vivent ! L’intérêt d’un individu ne doit pas primer sur celui de centaines d’habitants.

Un premier apéritif citoyen a déjà eu lieu;

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana