Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2018

MORATOIRE... C'EST TOUT !

UN MORATOIRE pour toute réponse, c'est le mépris du peuple qui continue !

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trop c’est trop, déjà le député local SORRE qui risque de bien porter son nom d’ici peu, nous livrait le MORATOIRE pour satisfaire les gilets jaunes, présents depuis 3 semaines sur les différents points de rassemblement.

Après un samedi d’émeutes, un peu partout en France et pas seulement sur les champs élysées symbole de l’arrogance des nantis, il semblerait que le président de la république, qui reste toutefois sagement en retrait, et le le gouvernement ait pris la mesure de la situation explosive, pré insurrectionnelle.

Certes les dégradations gratuites et les pillages ne sont pas tolérables, mais qui a mis le feu à toute la plaine si ce n’est notre apprenti dictateur, en prenant aux pauvres et en privilégiant les riches.

Simpliste me direz vous, non point, c’est sciemment organisé, et maintenant ils crient à l’apaisement pour éviter que la situation dégénère tente de rassurer Philippe ce midi, mais enfin, ce ne sont pas des enfants qui parlent depuis trois semaines, ce sont des travailleurs, des retraités, et en plus les lycéens commencent à se poser des questions. La FNSEA veut lancer ses troupes peut être pour donner des conseils en brûlage de palettes polluées ou de vieux pneus.

Les milices facistes profitent de l’occasion pour reprendre du service afin de dénaturer ce magnifique vent de révolte populaire, qui n’est pas basé que sur des questions de pouvoir d’achat, mais sur le mode de gouvernance humiliant que l’on subit depuis 18 mois, contre les structures (syndicats et partis) qui n’ont pas vu le vent souffler de la base.

Les éléments de la fronde sont plus profonds puisque désormais ils demandent la démission de Macaron 1er.

Pourquoi pas, mais on va mettre qui, car il va falloir néanmoins structurer, mais pas sous la forme habituelle, en mettant en place partout des conseils populaires, qui mandatent des délégués éphémères avec une mission et un discours voté à la majorité absolue.

Quant Philippe ce midi encore déclare « aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation » ben fallait pas les voter soit par ordonnances soit par la bande de godillots constituant la majorité parlementaire, tous issus de la bande à oui oui.

Alors le moratoire pour calmer, messieurs MACRON, PHILIPPE, SORRE, RAFFARIN et cie, ce n’est pas suffisant, et cela n’arrêtera sûrement pas la détermination des gilets jaunes et du peuple tout entier (enfin presque) qui gronde, qui n’a plus confiance, ni en vous ni en ces représentants élus, enfin pour ceux qui ont voté.

Votre politique est éculée alors au lieu d’un moratoire :

- SUPPRIMEZ les taxes sur les carburants, sauf pour les véhicules consommateurs, hauts de gamme, campings cars, bateaux, avions, etc.

- Pour l’électricité et le gaz pas d’augmentation avant trois ans et alignée sur l’augmentation réelle du coût de la vie.

- supprimez le durcissement du contrôle technique qui pénalise les plus modestes.

- Rétablissez l’IMPOT SUR LA FORTUNE mais dans sa totalité et sans abattement, ni réduction, sans exonération (je peux développer au besoin).

- SUPPRIMEZ l’augmentation de la CSG pour les retraités avec effet rétroactif.

- TAXEZ les carburants pour les gros bateaux, l’aviation, les entreprises de transport routier.

- TAXEZ les transporteurs routiers qui esquintent les routes et autoroutes.

- RE NATIONALISEZ l’ensemble des autoroutes sans indemnité pour les sociétés qui se sont suffisamment grugées.

- TRAQUEZ l’évasion fiscale (80 milliards d’euros) commise pas seulement par les multinationales étrangères, mais par les multinationales française qui naviguent et prospèrent dans l’industrie du luxe entre autre.

Vous utilisez la transition écologique d’une drôle de manière en taxant les plus démunis en épargnant ceux qui ont les moyens d’avoir des avions privés, des yachts de luxe, de gros 4 x 4, des berlines de luxe, en proposant des miettes pour les pauvres achètent des voitures électriques, mais avec quel argent pourront ils le faire ?

Le véhicule électrique va encourager le nucléaire et décimer les réserves de lithium actuellement principalement phagocytées par les chinois.

Vous proposez (de moins en moins) des réductions d’impôts pour diminuer la consommation énergétique des maisons d’habitation, mais quelqu’un qui ne paie pas d’impôts il en fait quoi de la réduction d’impôt, mieux vaut lui verser une aide.

Donc il faut plafonner des réduction d’impôts en établissant un seuil et en exclure les résidences secondaires sauf si elles sont louées après travaux au tarif des logements dits sociaux du secteur.

Oui il faut protéger la planète et lutter contre le réchauffement climatique, mais en faisant payer les nantis, comme ce qui devrait être en matière d’Installation classée pour la protection de l’environnement par le POLLUEUR.

La liste est exhaustive et non limitative.

NON MESSIEURS votre moratoire ne freinera pas la révolte populaire.

RESISTONS JUSQU’A LA VICTOIRE FINALE.

TOUT LE POUVOIR AU PEUPLE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart