Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2017

DROLE DE CAMPAGNE

Quelques réflexions sur une campagne électorale occultée par les affaires.

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

DROLE DE CAMPAGNE

Il est vrai que cette campagne présidentielle 2017 est pour le moins curieuse.

Deux primaires l’une à droite l’autre à gauche désignent des candidats que l’on attendait pas.

Cela peut il augurer l’espoir d’un sursaut électoral du peuple de France pour éviter le risque de l’expérience frontiste.

Pourquoi l’homme intègre , honnête, jamais mis en examen (comme le général de Gaulle qu’il aime cité) se retrouve-t-il au centre d’une affaire qui pollue dangereusement cette campagne électorale par une absence de hauteur, de programme, d’expression des autres candidats grands ou petits, peu importe, le débat démocratique est absent.

Qui a intérêt à démolir le candidat « quasi-élu » de la droite « catho-réac » seul rempart paraît-il au danger Fhaine.

Cela dit quand on affiche des certitudes de probité il ne faut pas s’étonner du retour, ceux qui ont été invectivés ont peut être et sûrement même le droit de réagir.

Mais de là à ce que les médias (toutes formes confondues, mais avec un plus pour les chaînes de télé qui courent après l’événementiel en permanence, bouleversant les programmes en permanence pour couvrir telle ou telle déclaration) se vautrent dans une sur abondance d’informations sur cette seule affaire, masquant celle concernant le Fhaine, et occultant par la même le débat démocratique que les citoyens sont en droit d’attendre et d’obtenir, révèle volontairement ou pas l’émergence et la justification du vote frontiste.

Il faut toutefois saluer le vrai travail d’investigation du CANARD ENCHAINE, de MEDIAPART et de certains quotidiens, ou hebdos qui réfèrent l’analyse aux quolibets.

Il faut aussi que les médias télé nous délivrent de ces pseudos experts qui se prétendent journalistes tels des Pujadas, St Cricq, Thréard, Salamé, Lenglet, Barbier, Jeudy, Apathie, et autres plumitifs aux discours pleins de certitudes et de leçons, mais sans lien malheureusement avec la réalité objective et réelle des situations locales.

Les dirigeants de ce parti dont la cheffe aspire à la plus haute fonction de l’État, nie les accusations dont elle fait l’objet, ignore la justice et son électorat trouve cela normal.

L’État de droit est bafoué, malmené, qu’en serait-il si ces hors la loi arrivaient au pouvoir ?

Eh bien on aimerait que les médias s’intéressent de plus près, surtout lorsque des menaces sont proférées contre ceux qui les importunent.

C’est vrai que les dès sont pipés, et ils ont raison Hamon et Mélenchon de s’insurger contre cette gabegie d’informations sur une affaire, un pour mieux en masquer une autre encore plus perverse, deux pour occulter de vrais débats démocratiques sur les vrais et nouveaux enjeux de cette élection, que seuls, d’ailleurs, ces deux candidats portent.

Les réunions de la France Insoumise ont une hauteur de propositions citoyennes jamais exprimées jusqu’alors sauf en ce mois de mai 1968 si décrié et vilipendé ensuite par les sociaux traitres et la réaction gaulliste.

Quand au candidat du Parti Socialiste, Benoît Hamon, sa prestation hier soir dans l’émission « On n’est pas couché » de Ruquier, il formulait un vrai programme ambitieux, courageux, mais clair et limpide, face à deux journalistes, en difficulté, et à l’illuminé Giesbert.

Espérons qu’après le 15 mars ces mêmes médias reprennent le cours normal d’une vraie campagne électorale, car il est certain qu’elle pourrait être enfin la transition vers une perspective d’un monde meilleur, au lieu de sombrer dans l’horreur.

Le peuple de France a une histoire propre, riche d’enseignements, d’idées devant conduire à une véritable république des citoyens.

Il faut détourner le regard de ce qui se passe outre atlantique, quand certains disent, tout est pourri dans le monde politique, on pourrait essayer le Fhaine ?

Non, ouvrez les yeux, sortez du brouillard de cette rade nauséabonde et puante, brunâtre.

Les stades sont destinés aux manifestations sportives pas pour y être parqués en attendant au mieux le camp de concentration au pire la mort.

Joël BELLENFANT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce finalement à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Violences conjugales : le retrait in extremis du candidat Jérôme Peyrat
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo