MAIN BASSE SUR (GRANVILLE) LA VILLE

L’édition du 27 février de Ouest France nous livre un point vue journalistique qui laisse peu de place à l’investigation et à la contradiction, sous le titre « A Granville, pas simple e se loger à petit prix.

Deux avis y sont relatés ceux des « professionnels de l’immobilier » et des élus qui tiennent des propos pour le moins étonnants.

La Monaco du Nord, attire « une catégorie de séniors relativement aisés » avec avoir constaté que les prix y sont les plus élevés avec Agon-Coutainville, et ce grâce entre autres avec sa liaison directe avec Paris.

Je pense que ce commercial de l’Agence Siècle 21 veut parler de la ligne Paris-Granville, dont les guichets humains ferment les uns après les autres, sans que les élus de GTM (GRANVILLE TERRE ET MER) se soient beaucoup bougés, laissant l’éminent président de région phosphoré sur la gestion normande et privée bien sûr.

Le développement d’un judicieux maillage de transport public ferroviaire (tram-train) ne serait il pas plus judicieux plutôt que de laisser prospérer les gilets jaunes aux ronds points qui n’ont d’autre choix que la bagnole pour aller au boulot ?

Ce grand spécialiste de l’immobilier reconnaît que les communes d’Agon et de Jullouville attirent les familles en résidence secondaire, ce qui participe, par le biais de la spéculation immobilière (qu’il entretien à souhait) à la montée des prix reléguant la population locale peu aisée à se loger en arrière littoral.

Par ailleurs les promoteurs qui font vivre ces agences ne sont pas des philanthropes, ils bâtissent pour faire du fric.

Peu de gens ont en effet la possibilité d’habiter en centre ville, ils sont donc reléguer dans les HLM en grande partie situés entre la route d’Avranches et celle de Villedieu.

Une saine gestion des élus (communautaires) puisque c’est la communauté de communes qui a la compétence devrait planifier le développement immobilier pour permettre une mixité sociale, et un contrôle des prix en réalisation préalablement un audit du foncier bâti et non bâti sur l’ensemble de GTM.

Les communes limitrophes ne pourront indéfiniment absorber les populations moins nanties pour accession à la propriété.

Il est nécessaire dans le cadre du Grenelle et du Plan pour la Biodiversité d’arriver à zéro artificialisation nette des sols, il faut donc densifier les villes et construire en vertical, en privilégiant la résidence principale plutôt que celle secondaire, en tenant compte bien évidemment de la capacité d’accueil.

De plus sur ces communes malgré les dires de l’agent immobilier ces communes périphériques n’ont aucun commerce et les personnes qui y vivent sont soumises au diktat de la bagnole.

L’édile prétend travailler avec les bailleurs sociaux pour réhabiliter les logements en centre ville, bien si c’est dans le même esprit que cet immeuble dans le quartier St Paul, mais au lieu d’économiser les terrains disponibles pourquoi aller construire un autre stade de foot ? Quid de l’actuel ? Quid de ceux situés à côté de la pataugeoire, enfin « le centre aquatique » ?

Mais le summum revient à l’adjoint à l’urbanisme (vous savez le grand compensateur!) qui constatant que le projet de la Clémentière est en attente (je préfère) du fait de l’annulation du PLU par le Tribunal Administratif, déclare « On n’y renonce pas ».

J’espère fermement que bientôt comme disent les jeunes ce sera « même pas en rêve »

Bien sûr qu’il y a un énorme travail de réhabilitation, rénovation, isolation, mise aux normes du parc immobilier, afin de réduire drastiquement les logements vacants (autour de 900).

En tout état de cause aucun usager locataire ou nouvel accédant n’a été contacté, dommage !

Quant aux agences immobilières que ce soit pour la vente ou la location ne sont que des marchands sans compétence particulière notamment en expertise immobilière, mais je l’ai déjà dit au cours d’autres articles.

L’investigation est un métier totalement opposé au clientélisme et au maniement de la brosse à reluire.

Enfin pour freiner les ardeurs des promoteurs immobiliers et des agences immobilières, les communes disposent d’un outil spécialement créé pour lutter contre la spéculation immobilière c’est le DROIT DE PREEMPTION URBAIN, il faut s’en servir sans modération.

Deux autres outils sont à leur disposition concernant plus particulièrement les locations, ce sont les arrêtés de péril ou d’insalubrité.

Le problème est que ce sont des mesures anti électorales !

Il y a leur monde et le notre, mais leur façon de procéder ne risque pas de combler le fossé qui continue de se creuser.

Ci-après la photo représente Château Bonheur, que la ville de Granville essaie de vendre depuis plus de 8 ans !

chateau-bonheur-c3-a0-vendre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.