Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2018

LES MIETTES ET LA COLERE

Ceci est une lettre ouverte aux politiques qui prétendent gérer la France depuis 18 mois en prétendant faire de la politique autrement.

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci est une lettre ouverte aux politiques qui prétendent gérer la France depuis 18 mois en prétendant faire de la politique autrement.

Bravo, ils ont réussi en une si courte période à mettre dans la rue les abstentionnistes et ceux qui ont refusé de choisir entre la peste et le choléra, et quelques autres pour faire front contre le facisme.

Le premier destinataire est Monsieur SORRE député en marche du Sud Manche, qui prônait la semaine passée le moratoire et l’état d’urgence, excusez m’sieur mais je ne vois pas d’émeutes dans nos campagnes.

Hier soir pour calmer les esprits jaunes, l’empereur Macaron 1er a pris la parole pour éprouver une émotion, une empathie savamment répétée hors caméra, débitant maladroitement ses propositions lues sur un prompteur apparemment mal placé.

Qu’à-t-il donc proposé des miettes, de la poudre aux yeux, qui ont fait rêver quelques gogos et quelques gilets jaunes crédules, mais la très très grande majorité, pensent vraiment, qu’il se fiche carrément du monde, enfin des gens, du peuple qui souffre d’être ainsi éreinté pour continuer à gaver des super nantis arrogants et méprisants eux mêmes.

C’est parti le SMIC, allez 100 € de plus sans préciser que 30 étaient déjà donnés, et le reste programmé jusqu’en 2020.

Les heures supplémentaires défiscalisées et hors charges, on se fout du monde, défiscalisées pour ceux qui ne paient pas ou peu d’impôt, c’est quasiment rien, pour les autres qui paient des impôts c’est une absence de participation à la solidarité nationale, quand aux charges cela bénéficie à l’employeur mais qui de l’abondement de l’assurance maladie, des caisses de retraites, merci pour la génération qui bosse et celles futures.

L’augmentation de la CSG est supprimée pour les retraités touchant moins de 2000 € de retraite par mois, bon, mais il faudrait prendre l’ensemble des revenus déclarés suivez mon regard, et les autres qui ont un peu plus mais à deux, rien nada, j’avais suggéré dans ces colonnes qu’il supprime l’augmentation de la CSG pour tous les retraités (pension de retraite) pas les autres revenus, mais avec effet rétroactif.

Et la revalorisation des retraites indexée sur l’évolution du coût de la vie c’est pour quand ?

L’ISF pas question d’y revenir a-t-il dit d’un ton ferme cette fois pour ne pas freiner les investissements, mais il nous prend pour des imbéciles. Il faut rétablir l’Isf sur tout sans abattements ni exonérations, c’est clair.

Et puis d’un coup il découvre qu’il y a des maires en France et qu’il va ré instaurer le dialogue avec la population à partir du niveau communal, ben j’y croirais quand je le verrais.

Par ailleurs beaucoup trop d’élus communaux ont autre chose à faire que de s’occuper de l’état de précarité ou des conditions de vie de leurs administrés, plus enclins à inaugurer les chrysanthèmes et figurer sur la photo du journal ou du bulletin municipal.

En parlant de précarité, certains n’hésitent pas à attirer des jeunes ménages voulant accéder à la propriété avec des prix de terrain ridiculement bas, mais situés à 15, 20, 30 km voire plus de leur lieu de travail, les obligeant à l’achat d’un deuxième véhicule car il n’y aucun ou plus de transport en commun à proximité.

Alors il va falloir gérer tout cela Mesdames et Messieurs les élus de tous niveaux.

Mais apparemment la légitime colère des gilets jaunes ne retombe pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd