Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2017

DROLE DE CAMPAGNE 4

L'ENEMI PRINCIPAL

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus qu'une semaine avant d'avoir le verdict des urnes.

Toutefois cette campagne commencée depuis longtemps pour certains, que ce soit la France Insoumise ou En Marche, s'est accelérée après les primaires de droite et de gauche, avec les affaires de Fillon, celles du Fhaine, privant les électeurs de hauteur de vue et d'échanges véritables sur les programmes respectifs.

Toutefois cette campagne hors norme voit émerger deux mouvements la France Insoumise et En Marche, sauf qu'ils n'ont rien en commun, le premier étant l'émergence d'un nouveau souffle populaire, démocratique, solidaire poussant un candidat Jean-Luc MELENCHON vers la victoire à la présidentielle, l'autre celle d'un homme parti seul et rassemblant au passage tous les déçus des partis, mais en réalité soutenu par les financiers et puissants industriels, vers une société encore plus néo libérable dont on n'a pas envie de mesurer la casse sociale.

Alors bien évidemment ces paramètres étant posés, c'est l'affolement dans les structures partisanes, grandes ou petites. Elles sont déboussolées, tellement que depuis une huitaine de jours, l'enemi principal n'est plus le Fhaine et sa candidate, mais Jean-Luc MELENCHON qui lui rassemble des foules considérables dans tous ses rassemblements.

Il se passe donc bien quelque chose de nouveau dans cette drôle et atypique campagne, l'émergence d'un groupe non partisan (qui embarasse d'ailleurs le PC et le Front de Gauche qui ne savent s'impliquer et se fondre que s'ils contrôlent, là ils ne peuvent pas, donc leur soutien est tiède et à la marge) riche en hommes et femmes, jeunes de surcroît, d'ou ont fleuri des idées nouvelles un vrai programme de société en rupture bien évidemment avec ce qui a été déroulé jusqu'à présent.

Donc tous prennent peur, les politiques qui tirent à boulets rouges sur Jean-Luc MELENCHON, les journalistes, les commentateurs en tous genres qui déversent à longueurs d'antennes ou de presse leurs propos nauséabonds, la preuve même le président normal a dit que la campagne de Mélenchon sentait mauvais.

M'enfin lui qui a fait si peu après avoir promis tant au Bourget, devrait éviter ce genre de propos, insistant en plus sur le fait que les électeurs devraient choisir en l'extrême droite et l'extrême gauche.

Avoir fait l'ENA pour sortir de telles inepties, fait douter effectivement l'électeur sur l'enseignement qui est dispensé dans cette institution.

Mais non mesdames et messieurs les politiques, journalistes et commentateurs, la France Insoumise est un mouvement démocratique et solidaire qui n'a rien de commun avec un parti d'extrême gauche, donc l'enemi principal c'est bien le Fhaine et Marine Le Pen, qu'il faut battre avec un vrai programme innovant et inédit qu'est celui de la France Insoumise.

Accuser Mélenchon de communisme, m'enfin ils n'ont pas lu l'Avenir en Commun et son actualisation détaillée sur le site du même nom.

D'ailleurs tant par Jean-Luc MELENCHON que par certains de ces proches, des précisions utiles et claires ont été apportées sur les ondes, les télés ou la presse, par exemple l'article de Ouest France (journal de droite catho) paru hier apportant des explications de la part de Jean Luc MELENCHON tant sur le programme, que sur l'Europe et son rapport avec Cuba.

Il faut le dire tout net, les uns et les autres plus hauts cités, arrêtez les amalgames, les raccourcis, les imprécisions, lisez ce programme avant de la dénigrer.

C'est sûr il n'est pas dans votre logique de pensée et ce qui se passe dans cette campagne vous échappe de ce fait.

Les différents débats télévisés sombrent dans l'incertain, dans des hypothèses non fondées que sur ce qu'ils connaissent, aux références douteuses, parce qu'ils n'ont pas de vécu à ce propos.

Un exemple frappant et édifiant hier soir Ruquier avait invité tous ses anciens commentateurs en début de son émission "On n'est pas Couché" quel pataquès, chacun y est allé de ses commentaires à deux balles et pour certains avec du mépris dans le regard et dans le verbe, un Zemmour tout aussi puant que détestable réjouit de voir "enfin les verts disparaître" c'est sûr que c'est pas un écolo. La plupart ont dénigré les petits candidats avec mépris, fausse ironie. Seuls trois ont eu des propos moins violents plus construits plus intelligents, Polony, Caron et Pulvar. Malgré un début de repentance Moix est vite remonté sur son piédestal.

En clair ils n'ont pas de culture politique réelle et ils n'ont pas non plus compris qu'il se passait quelque chose avec l'émergence de la France Insoumise, ce qui fausse bien évidemment leurs codes de pensée donc leurs commentaires. De ce fait ils n'ont pas parlé ou si peu de la faillite des partis et pourquoi.

Désolé Mesdames et Messieurs (même les trois cités) vous n'avez pas le monopole de l'analyse et de la justesse de l'analyse, il vous manque le lien direct avec les citoyens de ce pays que vous ne semblez pas beaucoup aimé, tellement vous avez méprisé les petits candidats, du haut de vos piédestals "fragiles".

En ce sens la campagne de la France Insoumise et de Jean-Luc MELENCHON vous échappe totalement, elle a lieu sans vous, et cela vous ne le supportez pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA