Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2018

EST-CE QUE CE MONDE EST SERIEUX ?

Des états généraux de l'alimentation au projet de loi agriculture-alimentation. Comme dirais François Ruffin dans son intervention à l'assemblée tout ça pour ça ! Cet article est aussi une lettre ouverte envoyée aux élus...

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ou lettre ouverte aux élus sur le projet de loi agriculture alimentation.

Cette phrase ô combien symbolique extraite de la magnifique chanson de Francis CABREL sur (contre) la Corrida est parfaite pour aborder les sujets inhérents à la politique macronnienne de plus en plus désopilante et déconcertante.

Le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ?

Tout un programme, mais en réalité bien creux, dont j’ai sélectionné quelques points :

- La diminution de l’usage des produits phytosanitaires pour lesquels il n’est proposé qu’une séparation entre les activités de conseil et de vente. C’est un peu se moquer du monde !

Le président Macaron 1er avait pourtant promis l’arrêt du Glyphosate dans les 3 ans le temps que des alternatives soient trouvées, et en ajoutant qu’il s’agit d’une sortie pas d’une interdiction. Déjà il se moquait du monde, les alternatives existent qui passent par un changement de modèle de production agricole, respectueux du consommateur et de l’environnement.

Cela dit il est bien épaulé par son ministre de l’agriculture, Monsieur TRAVERT qui déclare tout de go « tant qu’il n’y a pas de substitution, il n’y a pas de suppression ».

La cerise sur le gâteau (enfin sur la carotte) est fournie par le ministre d’État de la Transition écologique, Monsieur HULOT qui prétend « ne pas être buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions ». Mais bon sang il est naïf ou il en fait exprès des exceptions, des dérogations il y en a déjà pour utiliser des produits interdits en France depuis des années, aux fins de cultures particulières dont nous avons un exemple concret dans la Manche pour la carotte de Créances, et en label rouge qui plus est, le dicloropropène. Les producteurs de carottes attendent impatiemment la signature de la dérogation par le ministre TRAVERT comme il l’a promis lors de sa visite à la foire au bûlot à Pirou.

On marche sur la tête, car comment ils font les producteurs bios de carottes dans le département, d’une part ils n’ont nul besoin de cette cochonnerie, d’autres part soit ils alternent les cultures, soit ils plantent des légumineuses entre les récoltes.

Donc il faut arrêter de berner le consommateur et de lui mentir.

La France est en tête au niveau européen du nombre de dérogations pour l’utilisation de produits phytosanitaires.

Qu’en sera-t-il des contrôles en cas d’interdiction ?

Un député LREM M. MOREAU a bien essayé dans le projet d’introduire un amendement pour dater l’interdiction des phytosanitaires, eh bien il a reçu un non catégorique du ministre TRAVERT prétextant que c’était dans le plan pesticides du gouvernement, ce que conteste farouchement et à juste titre François VIEILLERETTE, de Générations Futures.

Est-ce que ce monde est sérieux ?

- L’étiquetage des produits alimentaires, notamment transformés, mais aussi tous les produits, pose un problème d’éthique et d’information réelle.

Si l’on prend une viande en barquette, la traçabilité est organisée, et l’on sait si elle vient de France, de l’Union Européenne, ou du bout du monde, ce qui est déjà un non sens. Mais ce que la bestiole a bouffé et les conditions d’élevage, que nenni, et quand il s’agit d’animaux élevés en « hors sol » c’est pire et il faut savoir que quelle que soit la viande produite, il y a de fortes chances que la bouffe contienne du soja transgénique. Seules quelques production non hors sol d’ailleurs souvent en label rouge étiquettent « nourris sans OGM ».

Mais justement dans ce projet de loi, pas un mot sur l’élevage industriel que ce soient des veaux en batterie, des porcs sur caillebotis, des poulets élevés sans jamais avoir vu la lumière du jour, tout comme les poules pondeuses en cage, si décriées par les actions de L214, qui a au moins le mérite de dénoncer l’outrance et les conditions de ce type d’élevages. (Actions dernières dans la Somme, dans la Manche à Montbray, et dans les Côtes d’Armor).

Pour les poules pondeuses, depuis les premières images, nombre de groupes, de professionnels, de personnalités sont vent debout, mais il nous appartient à nous consommateurs de laisser ces produits bas de gamme dans les rayons tout en incitant à une production de qualité à la portée de toutes les bourses.

Ce n’est pas parce que l’on n’est rien que l’on doit manger des produits défectueux ou pesticidés, ou encore des animaux élevés avec force antibiotiques, avec les conséquences que l’on sait maintement sur la santé.

Le gouvernement précédent avait par exemple pour les porcs relevé à 2000 le chiffre d’animaux pour qu’en vertu de la législation sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement, l’installation soit soumise à autorisation préfectorale (au lieu de 499 auparavant).

Le gouvernement actuel lui trouve qu’il y a trop de normes, en cela soutenu par la FNSEA, donc il faut s’attendre au pire.

D’ailleurs quels sont les contrôles inopinés dans ces élevages quelques mois après l’autorisation ?

Néant, sauf en prévenant l’éleveur 48 heures avant, dommage car le contrôle sans préavis réserverait quelques surprises.

Tout ceci à un moment ou de nombreux médecins, scientifiques, nutritionnistes, préconisent moins de viande par exemple, oui, mais alors de meilleure qualité et accessible à tous, plutôt qu’à une niche de super riches déjà largement gavés par ailleurs par les marchés financiers.

Donc encore une fois il faut changer de modèle de production agricole.

C’est urgent !

Est-ce que ce monde est « vraiment » sérieux ?

- Quid également dans ce texte de l’alimentation dans la restauration collective (cantines scolaires, éphad, maisons de retraite, etc..) pourquoi les chiffres des pourcentages de produits locaux ou bios, c’est la formule qui revient le plus souvent.

Ben non c’est produits locaux et bios, et rapidement en incitant des jeunes à s’installer en maraîchage bio, s’adjoignant par exemple un atelier plein air de poules pondeuses bio etc. Mais diantre en fixant un cap pour ce changement de production.

Tout en incitant le consommateur à acheter, LOCAL, BIO, ET DE SAISON du coup.

Je voyais par exemple ce matin dans une moyenne surface du département, des poires bio, en provenance d’Argentine !

Attention aux dénominations « produits de terroir » « bienvenue à la ferme » qui ne sont en rien des gages et de qualité et d’absence de produits phytosanitaires, sauf pour les quelques bios égarés sous cette dénomination !

Ben effectivement ce monde n’est pas sérieux du tout.

Alors Mesdames et Messieurs les députés, les ministres, le président, ce projet de loi n’est pas sérieux du tout.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent