Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2019

LA MANCHE ARTIFICIALISE SES TERRES AGRICOLES

ALERTE URGENTE EPIDEMIE DE BÉTONISATION donc DISPARITION DE TERRES AGRICOLES

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La presse locale s’est largement fait l’écho du projet de nouvelle zoner d’activités au Bas Theil, sur la commune de St Planchers, devant détruire 23 ha de terres agricoles en exploitation, sur le territoire de la communauté de communes de GRANVILLE TERRE ET MER.

Réunis le 26 novembre 2018 les conseillers communautaires ont voté cette disparition de terres agricoles à L’UNANIMITÉ, c‘est une évidence feu le soviet suprême de l’ex URSS renait bien au sein de ce conseil, mais bon.

Ce qui est intéressant c’est d’analyser les arguments qui ont entrainé ce vote unanime :

-Satisfaire les besoins de foncier pour des activités artisanales ou industrielles dans un contexte de raréfaction des terrains disponibles dans les zones d’activités existantes.

Mais ils se moquent du monde ces conseillers, les zones existantes sont loin d’être remplies, et aucun inventaire des friches industrielles ou artisanales n’a été élaboré ?

- Assurer la création d’une zone d’activité répondant aux besoins exprimés sur le territoire.

LESQUELS ? Fournissez nous la liste des entreprises demanderesses ?

- Répondre aux besoins en équipements publics relatifs à la compétence communautaire de traitement des déchets.

Quelle phrase alambiquée pour décider du transfert de la déchetterie actuelle vers la zac, laissant ainsi une nouvelle friche industrielle au bord de la Saigue.

Franchement ils marchent sur la tête les conseillers communautaires !

- Mettre en œuvre les objectifs du SCOT (Shéma de Cohérence Territoriale) du pays de la baie en matière de création de zones d’activités.

Ce document de quelques années (2012) prévoit surtout des secteurs bien précis en matière de consommation d’espace, donc d’aménagements fonciers tant pour l’habitat que pour les activités.

Il préconise pour l’habitat des terrains plus petits, malheureusement certains documents d’urbanisme n’ont pas été mis en harmonie avec le SCOT laissant place à des velléités de consommation d’espace bien au-delà de ces préconisations.

Les élus décident sans fournir un état préalable sur l’ensemble de la communauté de communes des friches industrielles et du taux de remplissage des zones d’activités approuvées.

Par ailleurs avant de « remplir » un objectif on réfléchit, notamment sur les propositions pour la biodiversité de Nicolas Hulot lors du plan publié début juillet, demandant de ne plus consommer UN METRE CARRE de terre agricole !

Une réflexion me vient si le SCOT vous incitait à naviguer jusqu’à Jersey sur un bateau sans fond, y seriez vous partants à l’UNANIMITE ?

Mais les élus communautaires semblent n’en avoir que faire, mais ils nous promettent dans le respect de la loi « une concertation pendant toute la durée de l’élaboration du projet avec les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées » bien, mais c’est qui les autres personnes concernées, notamment le syndicat agricole majoritaire entre autres ?

C’est un début mais qu’adviendra-t-il des avis émis ?

Pourquoi dire dans le même compte rendu communautaire que les 23 ha ont été acquis par l’Etablissement Public Foncier de Normandie, alors qu’il ne s’agit de 80 %, mais diantre, Mesdames, Messieurs, cela s’appelle mettre la charrue avant les bœufs, et aussi les citoyens devant le fait accompli, on achète, puis on appelle les citoyens à la concertation ?

Vous vous moquez, non ?

Les associations environnementales ont obtenu l’annulation totale du PLU de Granville ( Plan Local d’Urbanisme) notamment sur le fait d’une trop GRANDE CONSOMMATION D’ESPACE AGRICOLE.

Mais bon sang, faites vous soigner contre ce terrible fléau qu’est l’EPIDEMIE DE BÉTONISATION.

Et pour bien marteler à propos de la zone du TAILLAIS, montant pour l’instant des indemnités jugées, 1700 000 € et 733000 € soit 2 433 000 €, sans les frais de procédure, et autres frais, vous nagez dans l’eau trouble de la dilapidation de fonds publics aux frais du CONTRIBUABLE et tout cela à l’UNANIMITE.

Enfin cette zone géographique comporte à l’Ouest la zone d’activité de St Pair, au milieu l’aménagement de la deux fois deux voies Avranches-Granville, et à l’Est cette future zone, mais c’est TERMINATOR au pays de GTM !

Sur la carte ci-dessous la zone est en pointillé rouge !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart