L'ELU ET LE DENI

Enfin des nouvelles du Sud Manche où pareils à Trump, certains élus sont dans le déni du réchauffement climatique et de ses conséquences, et persistent

Rassurez vous ce n’est pas une fable de jean de la Fontaine inédite, mais cela aurait pu être rédigé de cette manière !

Constat regrettable dans le secteur de la communauté de communes de Granville Terre et Mer, mais aussi par débordement surtout le long du littoral, les élus locaux sont dans le déni total du réchauffement climatique, donc de ses effets pensez donc, rejoignant en cela le grand climato sceptique international un certain Trump !

Il est nécessaire avant toute mise en œuvre d’un document d’urbanisme, lequel soit il, de réfléchir sérieusement en amont sur les effets du réchauffement climatique, dont on voit les affres redessiner au fil des ans et des tempêtes le littoral, mais aussi l’arrière pays.

On ne peut plus faire sans, sauf ces élus sourds aux alertes des climatologues, des experts du GIEC, pourtant minimalistes quant aux conséquences, des associations environnementales qui depuis des décennies tirent la sonnette d’alarme !

Eh bien fi de tout cela et deux voir trois exemples récents, apparemment insignifiants pour le commun des mortels, mais qui montrent ce que peut produire l’inconséquence de gestion communale :

Aménagement d’un parc de stationnement à Jullouville

Bien que proche du littoral, la commune de Jullouville, a encaissé avec force tout venant recouvert de sable, un espace dunaire, en bordure du Crapeux, en limite de Carolles-Plage, pour y accueillir une semaine par an, le chapiteau de Jazz en Baie. Sauf que les autorisations administratives requises au titre de la loi sur l’eau, cet espace en zone inondable et submersible, a été rehaussé. Pour amoindrir les effets de crues la dune en bordure des maisons limitrophes a été entamée. La commune avait même poussé le bouchon jusqu’à canaliser une partie du Crapeux sans autorisation, édifice retiré depuis à la demande de la DDTM. Il n’empêche que lors du pont de l’ascension, l’emplacement était couvert de caravanes à moteur, quel spectacle, avec les conséquences que l’on peut imaginer pour le Crapeux.

park-jullou

 

 

 

Construction d’une maison à la plage de St Jean le Thomas

Le Maire de St Jean le Thomas a signé un permis pour l’édification d’une maison d’habitation au bord de la plage de St Jean le Thomas, a deux numéros de celle dont le mur s’était effondré lors de la Tempête Eléanor en janvier 2018, alors que plusieurs maisons sur la même voie sont à vendre, curieux non !

maison-st-jean-thomas

 

 

La passerelle sur le Thar à Kairon (St Pair sur Mer)

Encore une lubie d’élus pour permettre un déplacement doux, afin de traverser l’embouchure du THAR, mais pourquoi diantre édifier un tel ouvrage à ce endroit, déjà largement fragilisé par le fait de l’homme, et tout cela dans le déni des effets du réchauffement climatique.

L’aménagement du port de Granville

Vaste projet cher au conseil départemental que cautionnement les élus de Granville Terre et Mer, avec agrandissement du port plaisancier, inutile si on enlève les bateaux ventouses, transformation de l’esplanade entre, en projet immobilier spéculatif, avec salle de congrès et complexe cinématographique, aménagement d’une plate forme de l’autre côté de la digue, au mépris de la loi littoral et des zones de protection.

Quand on dit qu’ils sont dans le déni du réchauffement climatique ce n’est pas un vain mot

L’éclosion massive de lotissements sur St Pair, Granville, Donville et Yquelon

Pourquoi cette frénésie de consommation d’espace, d’artificialisation, alors que la population stagne ou baisse, pour ces communes, où les lotissements fourmillent, bien évidemment, avec des constructions individuelles et horizontales, uniquement destinées à la résidence secondaire ou friquée voir les deux, laissant libre cours à la spéculation immobilière, au détriment des ménages modestes jeunes ou moins jeunes.

Il y a aussi une autre explication, c’est la mise en place à terme des PLUi (Plans locaux d’urbanismes intercommunaux) où la facture risque d’être salée pour certains avec des zones à construire ramenées à 0.

Et si l’on rajoute à cette frénésie la création de la ZAC de ST PLANCHER parfaitement inutiles et consommatrice d’espace agricole (tout comme la Clémentière à Granville) avec des décisions prises à l’UNANIMITE du conseil communautaire, franchement non contents d’être dans le déni climatique on peut se demander si les élus sont encore lucides ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.