Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2018

FNSEA et PUBLICITE MENSONGERE

La FNSEA, syndicat agricole majoritaire s’est offert un bandeau publicitaire d’une demi page dans l’édition d’Ouest France de vendredi 25 octobre, et il y a fort à penser que ce n’est pas le seul média choisi.

Joël BELLENFANT
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La présentation est claire, une prairie encombrée, sur fond d’arbres, avec des moutons, et un slogan, fort, pour découvrir les métiers de l’agriculture, enfin ceux pratiqués par les adhérents et sympathisants de ce syndicat :

TOUT DEBROUSSAILLER, TOUT REDESSINER !

D’emblée, il faut nettoyer cette prairie et la redessiner, donc pourquoi pas la retourner et y cultiver du maïs à force d’intrants chimiques et de pesticides chimiques de synthèse dont ils ne veulent pas se séparer, malgré le cout exorbitant et les effets désastreux sur la biodiversité et la santé humaine.

Bien sûr redessiner, donc combler les mares, arracher les haies, cela fait de l’ombre et bouffe de la surface cultivable !

C’est ce que l’on constate jour après jour dans le département de la Manche, dont le linéaire de haies bocagères fond à vue d’oeil !

Mais ces « professionnels de l’agriculture » sous entendant que les adhérents des autres syndicats agricoles et de surcroit les bios n’en sont pas, malgré pourtant des pratiques de culture et d’élevage bien plus respectueuses de la biodiversité, de l’animal et du consommateur, donc ces « professionnels » façonnent chaque jour les paysages, absolument à coups de pelleteuses et de tronçonneuses.

Mais le bandeau tient un autre langage qui j’espère ne va leurrer personne, puisque selon leurs dires ces professionnels :

»sont à pied d’oeuvre pour créer, modeler et entretenir le paysage de plus de 9 millions d’ha de prairies permanentes, de 2 millions d’ha de bosquets, de haies ou d’arbres. Ils contribuent à protéger la biodiversité, améliorer la qualité de l’eau, entretenir les sols, lutter contre le changement climatique et défendre les pollinisateurs. Les métiers de l’agriculture travaillent au contact d’un écosystème naturel qu’ils aiment et contribuent à préserver ».

Allez braves gens sur le site vous ne serez pas déçu tellement c’est beau, ce jeune couple qui élève des salers au pré pendant 6 mois et 6 mois à l’étable (pas l’écurie) avec du foin, mais encore ! Pas un mot, un céréalier, 12 variétés cultivées sur 600 ha, un petit quoi ! Les images sont propres pas un épandeur ni pulvérisateur en vue, étonnant ? Non, c’est pour rassurer, sur ces « professionnels de l’agriculture » !

On y croirait presque, si l’on ne voyait les pelleteuses arracher les haies, les pulvérisateurs de pesticides en action dans les champs, les tonnes à lisiers déverser leur contenu issu des élevages industriels, où les animaux absorbent du soja transgénique, ces pratiquent participant grandement à l’imperméabilisation des sols et à la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques.

Quant il s’est agit d’interdire ne serait que l’utilisation du glyphosate, ces mêmes professionnels défenseurs de la biodiversité étaient vent debout pour s’y opposer, exerçant des pressions inadmissibles sur les élus et sur le ministère de l’agriculture qu’ils dirigent depuis des décennies.

Ce sont les mêmes professionnels qui contrôlent la plupart des commissions départementales des services de l’État ainsi que la plupart des structures professionnelles agricoles, laissant quelques strapontins autres syndicats de la profession.

Ce sont eux qui grenouillent avec les élus locaux pour compenser les terres agricoles artificialisées en déshabillant Pierre pour habiller Paul (c’est à dire entre soi) puisque de plus ils contrôlent la SAFER.

Tous ces agissements ont déjà été évoqués dans des articles précédents, mais le rappel est nécessaire pour démonter cette publicité monstrueuse et mensongère.

Enfin cerise sur le gâteau, on savait que dans le département de la Manche, ils bénéficient de l’appui des sénateurs Bas et Bizet, mais Ouest France nous apprend que le conseil régional Normand, vient de voter une subvention de près de 500000 € à la FRSEA et de près de 30000€ aux JA, et ce en vue des élections de chambre d’agriculture de janvier 2019.

Ben et les autres syndicats agricoles ? Rien, nada, que de chique, qu’ils aillent au diable puisque ce ne sont pas des « professionnels de l’agriculture ».

Raison de plus pour peser sur le gouvernement pour obtenir l’interdiction totale de tous les pesticides chimiques de synthèse et engrais chimiques, pour la survie de la biodiversité et la santé des êtres vivants.

Photo ci-jointe, traces d'arrachages de haies sur Equilly dans la Manche

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens