BÉAC: UNE BANQUE CENTRALE SOUS L'EMPRISE DES DICTATEURS D'AFRIQUE CENTRALE

Népotisme,clientélisme,et fidélité aux tyrans qui règnent sans discontinuer en Afrique centrale et équatoriale francophone sont devenus les seuls critères de promotion dans la gouvernance de la Banque des États de l'Afrique Centrale (BEAC).Comment en serait-il autrement dans ces dictatures où l'excellence économique et financière fait peur ou génère la suspicion de ceux qui gouvernent par le néant

http://www.camer.be/53583/12:1/beac-dieudonne-evou-mekou-le-camerounais-promu-vice-gouverneur-le-tchadien-abbas-toli-mahamat-gouverneur-cameroon.html

beac

L'immeuble siège de la Banque des États d'Afrique Centrale à Yaoundé

franc-cfa

À tous ces panaficanistes qui réclament souvent à raison "une monnaie africaine" et une véritable politique monétaire désindexée notamment de la tutelle de l'ancienne puissance coloniale...Comment y parvenir si les promotions aux postes de gouvernance de la principale banque centrale sont guidées par la proximité parfois familiale avec les tyrans d'Afrique centrale?

Ici M. Dieudonné EVOU MEKOU, le neveu de Paul BIYA est promu Vice-Président de la Banque des États de l'Afrique Centrale (BEAC) pour seconder le Tchadien Abbas TOLI proposé voire imposé par Idriss DÉBY ITNO.

Quelle crédibilité ces hommes auront face à leurs homologues d'Afrique de l'Ouest, de l'Union Européenne, et même des grandes institutions financières internationales (BAD, FMI, Banque Mondiale...) quand il faudra renégocier voire concevoir de nouveaux mécanismes de convergence d'une monnaie africaine avec les autres zones monétaires? AUCUNE

Joël Didier Engo, Président du CL2P

cl2p

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.