Cameroun-France: Libération annoncée de Me Lydienne Yen Eyoum Loyse par Paul BIYA

Yaoundé 03 Juillet 2015, conférence de presse conjointe entre les deux Présidents de la République: François Hollande et Paul Biya laissent espérer la libération prochaine de Me Lydienne Yen Eyoum Loyse. Le moins qu'on puisse dire, est que celle-ci s'est faîte attendre!

 Breaking News: LIBÉRATION ANNONCÉE DE ME LYDIENNE YEN EYOUM LOYSE AU CAMEROUN

lydienne

En attendant la confirmation par Mme Lydiennne Eyoum ou ses proches, j'accueille évidemment la nouvelle de sa libération avec soulagement.

 En début d'après midi (lundi 04 juillet) elle me remerciait encore pour le billet ci-dessous écrit hier (dimanche 03 juillet), ne sachant pas vraiment où MM. Hollande et Biya en étaient avec leur "promesse"...pour sa libération.

Merci Messieurs, surtout Merci à toutes celles et à tous ceux avec lesquels j'ai partagé ce combat. Un de plus, toujours un de trop!

N'oublions jamais qu'ils en restent d'autres séquestrés arbitrairement dans les geôles du régime de Yaoundé.

prisonnierspolitiques1-300x225

Joël Didier Engo, Président du CL2P
cl2p

http://www.cl2p.org

 

 

Cameroun-France: Me Lydienne Yen Eyoum et l'espoir d'une libération qui tarde à venir

 

© Présidence de la République

Messieurs les Présidents Hollande et Biya, Me Lydienne Yen Eyoum Loyse croupit toujours dans sa cellule de la prison centrale de Yaoundé, en dépit du caractère arbitraire de sa condamnation, confirmé notamment par L'ONU, et l'espoir d'une libération prochaine laissé par votre conférence de presse il y a exactement un an.

Cette brillante avocate de l’État du Cameroun doit être libérée, indemnisée, mais surtout rétablie entièrement dans ses droits comme l'exige l'avis du groupe de travail sur la détention arbitraire de l'ONU. Elle n'est hélas pas la seule dans ce cas de figure au Cameroun. Les prisonniers politiques Marafa Hamidou Yaya et Jean-Marie Atangana Mebara (pour ne citer que ces plus connus) connaissent la même séquestration arbitraire.

La respectabilité internationale des États et de leurs dirigeants tient aussi à l'accent particulier qu'ils mettent à respecter puis à se conformer à la légalité internationale.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

cl2p

 

http://www.cl2p.org

 

© ANGELUCENTRAL

LIBERATION DE ME EYOUM : UNE AFFAIRE POLITIQUE REGLEE PAR LE POLITIQUE

hurinews211014300

Par Michel Biem Tong, Hurinews.com

Depuis la libération de l’avocate française d’origine camerounaise, l’on entend ici et là des compatriotes camerounais appeler à remercier Paul Biya pour sa magnanimité qui fait suite à une décision de condamnation par la justice sur la base des faits de détournements de deniers publics. De telles réactions ne relèvent ni plus ni moins que de la naïveté tant la grâce présidentielle que vient d’accorder Paul Biya à Me Lydienne Eyoum n’en est pas une au sens judiciaire du terme.

Il s’agit en réalité d’une affaire politique réglée par le politique.

Il est important de rappeler que Me Lydienne Eyoum ne s’est pas retrouvée en prison sur la base d’une plainte de son client, le ministère des Finances (qui, du reste ne lui a jamais rien reproché) ni d’un quelconque acte d’auto-saisine du parquet mais sur la base d’une lettre de cachet du secrétaire général à la présidence (proche collaborateur de Paul Biya) de l’époque qui instruit le ministre de la Justice de faire interpeller Me Eyoum et ses co-accusés et de les faire interroger pour « détournements de deniers publics ».

Rien de mieux pour traduire la mainmise du politique dans cette procédure.

Pourtant, les enquêtes préliminaires préalablement menées tant par la police judiciaire que par le Secrétairiat d'État à la Défense (SED) n’ont révélé aucun détournement de fonds dans cette affaire. La confusion des dépens (frais de procédure distraits au profit de l’avocate de la partie qui a gagné le procès et supportés par la partie perdante) en détournements de deniers publics, le caractère inéquitable du procès de Me Eyoum (le président de la collégialité qui reconnaît son innocence mais promet de la faire condamner, le parquet qui ne fait rien pour citer à comparaître tous les témoins de la défense, etc.) a achevé de convaincre plus d’un de la politisation de cette affaire.

Il était donc de bon ton, au regard d’autant de forfaiture et Me Lydienne Eyoum étant française, que la diplomatie (dont le politique) s’en mêle pour remettre les choses dans le bon ordre. D’où la grâce présidentielle de Paul Biya. Malheureusement, c’est le Trésor public qui va pâtir d’autant d’inconséquences puisqu’en plus de près de 5 milliards de F CFA d’honoraires que l’Etat du Cameroun doit à Me Lydienne Eyoum (Cf balance des comptes et règlement d'honoraires du 1er Août 2013), il devra également réparer le préjudice subi par l’avocate pour détention arbitraire, conformément aux recommandations de l’ONU.

Michel Biem Tong, Hurinews.com

Ci-dessous le decret de grâce signé par le Président Paul Biya lundi 03 juillet 2016:

decret-de-grace

 

CRTV, 04/07/2016: Me Lydienne Yen Eyoum graciée

 

Le président de la République, Paul Biya a signé un décret ce lundi 4 juillet 2016, libérant l'avocate du joug des 25 ans d’emprisonnement ferme

Photo for: Cameroun: Me Lydienne Yen Eyoum graciée

Rappelons que depuis 2010, les Nations unies ont estimé que l'arrestation et la privation de liberté de Lydienne Yen Eyoum étaient "arbitraires". Le groupe de travail de l'Onu auteur de cet avis,  avait alors demandé au Cameroun de prendre les mesures "pour remédier au préjudice matériel et moral" subi par l'avocate franco-camerounaise.

Incarcérée à la prison de Kondengui en 2010, celle-ci avait été condamnée en septembre 2014 à 25 ans de détention pour détournement de fonds public. « Il n’y a pas eu notification des motifs de l’arrestation et (…) la détention provisoire a dépassé les délais légaux », expliquait en ce temps  le groupe d’experts, dans un document daté du 9 juin 2015. Quoiqu'il en soit, Me Lydienne Yen Eyoum est désormais libre.

Dieudonné Zra, CRTV

 

C’EST POURTANT BIEN LE MÊME PAUL BIYA QUI A DÉCIDÉ DE FAIRE ARRÊTER ME LYDIENNE EYOUM EN 2010!

Par Michel Mbiem Tong, Hurinews.com

 

lydienneeyoum-arrestation

Y a-t-il meilleure preuve de la mainmise du chef de l’État camerounais, Paul Biya sur cette procédure contre l’avocate française que la correspondance ci-dessous?

Que les procureurs de la 25e heure qui crient «voleuse» à rompre le tympan nous disent ce que signifient cette forfaiture du Nnom Ngui, garant de l’indépendance judiciaire, qui consiste a exiger, au mépris de la présomption d’innocence, l’arrestation, l’interrogation et la mise en détention provisoire de citoyens. Comme je le disais, cette grâce présidentielle n’a aucune charge judiciaire puisqu’il était de bon ton que c’est celui qui a décidé de son arrestation qui décide de sa libération. Voici ci-dessous la correspondance du secrétaire général à la présidence Laurent Esso au ministre de la justice Amadou Ali :
Lettre n° 156/c6/SG/PR Du 29 décembre 2009 :

« Faisant suite à votre correspondance de référence, j’ai l’honneur de NOTIFIER L’ACCORD DU CHEF DE L’ETAT à vos propositions tendant à faire déférer Me YEN EYOUM Lydienne, BALENG MAAH, Polycarpe ABAH ABAH, Henri ENGOULOU et NGWEM au Parquet du Tribunal de Grande Instance du MFOUNDI en vue de l’ouverture d’une information judiciaire contre eux avec mandat de détention provisoire, du chef de détournement de deniers publics et complicité » (…) « Vous voudrez bien me faire connaître, pour la très haute information du Chef de l’État, l’exécution de ces diligences.».

Chers procureurs du dimanche, vous voilà servi, bon appétit!

Michel Mbiem Tong, Hurinews.com

CI-DESSOUS LA LETTRE FORMELLE DU MINISTRE CAMEROUNAIS DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES POLYCARPE ABAH ABAH AUTORISANT ME LYDIENNE YEN EYOUM LOYSE À RETENIR DES FRAIS DE PROCÉDURE (DÉPENS) DANS SON COMPTE, CEUX-LÀ MÊMES QUI ONT ÉTÉ REQUALIFIÉS PAR LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE DE CE PAYS M. LAURENT ESSO EN FONDS PUBLICS DÉTOURNÉS.

ALLEZ DONC COMPRENDRE!

courrier-abah-abah
courrier-abah-abah-1

 D’APRES LE MINISTERE DES FINANCES : ME LYDIENNE EYOUM A RETENU DES FRAIS DE PROCEDURES (DEPENS) DA NS SON COMPTE QUI NE SONT PAS DES FONDS PUBLICS


Dans une lettre adressée au secrétariat général des services du Premier Ministre, le ministre de l’Economie et des Finances de l’époque Polycarpe Abah Abah (qui a été acquitté dans cette affaire) a souligné, rapportant l’ordonnance N°76 du juge des urgences du TPI de Douala Bonanjo que : «l’Etat ayant intégralement perçu les sommes qui lui étaient dûes… je ne trouve pas d’objections à ce que les avocats et les huissiers perçoivent leur dûs, les montants en cause n’étant ni plus ni moins que des frais de procédures admis par les tribunaux et supportés par la banque ».

Ci-dessus, l’intégralité de la lettre d’Abah Abah qui reconnaît que les 1,070 milliards dont le détournement est reproché à Me Lydienne Eyoum (bien moins que les 1 096 353 355 F CFA dévolus aux avocats et huissiers dans la décision du juge du contentieux) représente les frais de procédure distrais à son profit par des décisions de justice et supportés par la SGBC qui a été condamné aux dépens.

 

Ces vérités que certains Camerounais peinent à comprendre: le principal instigateur des arrestations et détentions arbitraires dans leur pays n'est autre que Paul Biya en personne.

http://enjodi.blog.lemonde.fr/files/2016/07/Lydienne-EyoumLettre-de-Cachet-29-d%C3%A9c-2009-GDS-par-SGPR-1-1.pdf

En PDF la lettre de cachet du secrétaire général à la présidence Laurent ESSO (proche collaborateur de Paul Biya) qui instruit le ministre de la Justice Amadou Ali de faire interpeller Me Eyoum et ses co-accusés, puis de les déférer pour «détournements de deniers publics»

 

CAMEROUN: DERRIÈRE LA SÉQUESTRATION DE LYDIENNE YEN EYOUM LA MARQUE D'UNE CUPIDITÉ BIEN CAMEROUNAISE

Que disent les francophobes notoires des forums et partis politiques camerounais à ces révélations?

Cameroun, soupçons de corruption, Me Emmanuel Mbiam trempé jusqu'au coup dans l'affaire Me Lydienne Eyoum: http://www.camer.be/53074/11:1/cameroun-soupcon-de-corruption-me-emmanuel-mbiam-trempe-jusquau-cou-dans-laffaire-me-lydienne-eyoum-cameroon.html

S'en tiennent-ils encore à la version officielle distillée par la propagande du régime qui voudrait qu'une avocate officiellement constituée pour défendre les intérêts du Cameroun devienne la "détourneuse" de ses propres honoraires régulièrement obtenus sur autorisation formelle du ministre de l'économie et des finances Polycarpe Abah Abah?

Ou auront-ils le courage - on peut sérieusement en douter - de sortir de leur rhétorique haineuse, xénophobe, et raciste voulue pseudo- patriotique ou néo-panafricainiste ...pour dénoncer le maintien délibéré en prison d'une avocate innocente par une mafia d'État, dont les auteurs sont désormais connus, et les preuves irréfutables de leurs forfaits portées à leur connaissance?

Messieurs, que vous suggèrent donc ces petits arrangements de Me MBIAM avec la Société Générale, sur le dos de Maître Lydienne YEN EYOUM? Si ce n'est la marque d'une cupidité bien camerounaise.

Rendez-vous devant les juridictions parisiennes désormais!

Les deux avocats français devront donc bientôt ferrailler dur devant les prétoires Français. Puisque l'une Me Lydienne Eyoum ne pouvait le faire tant qu'elle était délibérément séquestrée du fait entre-autre de Me Mbiam qui, tout en jouissant de la citoyenneté française par mariage comme la première, avait l'avantage au Cameroun d'être un député influent du parti-état RDPC et surtout le principal prête-nom des grands pontes du régime de Yaoundé.

Dans cette république bananière il y a donc deux catégories de Français: ceux qui jouissent des faveurs et de l'impunité conférée par leur proximité avec la dictature en place; et les autres pas ou peu coopératifs qui sont jetés en pâture à une opinion publique pathologiquement anti-française, quand le dictateur veut se refaire une virginité politique.

Joël Didier Engo
Président du CL2P

Joël Didier Engo
Président du CL2P

Photo de Comité de Libération des Prisonniers Politiques - CL2P.

Photo de Comité de Libération des Prisonniers Politiques - CL2P.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.