Cameroun: Colloque surréaliste sur l'action sociale de la première dame Chantal Biya

Comment dans le contexte totalitaire de la prédation institutionnalisée de la fortune publique au Cameroun, des intellectuels les plus respectés et respectables peuvent-ils prêter un caractère scientifique à une œuvre dite sociale mais budgétivore de la première dame, qui sert uniquement de logistique misérabiliste pour la perpétuation de la dictature en place? Mais que se passe-t-il dans ce pays?

© Mathias Eric Owona Nguini -meon-

Que c'est triste de voir sa génération succomber elle aussi aux sirènes flagorneuses du régime totalitaire en place au Cameroun depuis 34 ans. Celles-là même qui ont parfois littéralement perdu nos parents, leur ôtant une respectabilité construite laborieusement de longues années durant, à la force du travail, du talent, de la compétence, et de la reconnaissance des petites gens.

Mesdames Hilary Clinton et Michele Obama n'apprécieraient certainement pas que leurs actions et mérites intrinsèques soient ainsi comparés ou ramenés à l'imposture morale et sociale incarnée par les œuvres budgétivores de Mme Chantal Biya.

Ouf, heureusement que la barrière de la langue et la distance géographique nous évitent de mettre le "marigot socio-politique camerounais" devant les projecteurs du monde.

Mais quelle décadence!!! Que se passe-t-il dans ce pays pour qu'il sombre dans un tel culte de la personnalité??? N'y a-t-il donc personne, y compris dans l'entourage de Chantal et Paul Biya pour les rappeler à la raison, au respect d'une certaine décence humaine.

biyacandidatavie

06 novembre ou le jour le plus long de l'Homme Camerounais

Le 06 novembre est devenu le jour le plus long pour les Camerounais, car symbolisant l'interminable calvaire dictatorial enduré par un peuple depuis 34 trop longues années, et dont personne ne voit toujours pas le bout du tunnel.

En effet le risque est bien là désormais qu'après Biya ce soit toujours un autre Biya, tellement l'enracinement d'une culture totalitaire est prégnant dans ce pays.

Pour autant il ne faut jamais désespérer de l'insoupçonnable capacité de sursaut de l'Humain, même si des signes inquiétant comme la compromission morale qui gangrène le milieu universitaire local, ne sont pas là pour rassurer.

Soyons vigilants!

Joël Didier Engo, Président du CL2P

cl2p

Vidéo: voici ce que le Cameroun est devenu après 34 années de pensée unique, un pays où le culte de la personnalité du dictateur Paul Biya (83 ans, 34 années de règne) a pris la forme d'une débilité collective, avec des représentations diplomatiques à l'étranger transformées en permanences politiques du parti-État RDPC

© citesic

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.