Cameroun: Pierre Désiré Engo emmuré vivant...au nom de Martin Paul Samba et du "Renouveau"

http://fr.calameo.com/books/000002478eb609b9cffe5


Sujet apparemment tabou au Cameroun: c'est l'activisme au sein de la "Fondation Martin Paul SAMBA", dont il était le fondateur et le Président,  qui est à l'origine des déboires judiciaires et de l'incarcération à perpétuité de mon père Pierre Désiré Engo depuis le 03 septembre 1999 à la Prison Centrale de Yaoundé au Cameroun



Mebenga M’Ebono " Martin Paul Samba " : Le héros méconnu

 

Écrit par  Ngando Ekwalla, Njanguipress

MPS

http://www.njanguipress.com/mebenga-mebono-martin-paul-samba-le-heros-meconnu

 

En 1913-1914. lorsque Duala Manga Bell et Martin Paul Samba s'opposent aux colons allemands et rentrent en opposition avec ces derniers, nos deux futurs martyrs ne se sont jamais rencontrés. Et pour cause, ils ne se connaissent pas. D'un côté, l'un s'oppose à un projet d'apartheid – lequel n'en doutons pas – fera perdre des d'importantes retombées économiques du fait de l'éloignement de la côte; tandis que de l'autre côté, dans l'hinterland, l'autre se bat contre les méthodes des allemands, notamment le travail forcé.
Les impératifs de la lutte amèneront néanmoins
Duala Manga Bell et Martin Paul Samba à nouer des contacts et à s'unir pour faire face à l'occupant allemand. Il reviendra à Martin Paul samba de freiner autant que faire se peut l'avancée des allemands à l'intérieur des terres. Cette alliance entre les deux hommes va s'élargir à d'autres acteurs de la lutte. À titre d'exemple le chef Batanga (Kribi) nommé Madola.
Et c'est justement, l'arrestation d'un émissaire de Duala Manga Bell de retour d'une mission dans le pays bulu pour rencontrer Martin Paul Samba, qui précipitera la fin de ce combat pour la liberté engagé par ces illustres combats.
Arrêtés, ils seront assassinés par les allemands : pendaison pour
Duala Manga Bell et fusillade pour Madola et Martin Paul samba.

Héros méconnu ou mal-connu, l'histoire n'a pas encore rendu à Martin Paul Samba, la place qu'il mérite. Que sait-on de lui ?

Que Martin Paul Samba – de son vrai nom, Mebenga M'Ebono - serait né vers 1875 à Metundu Engong près d'Ebolowa, dans la région du Sud. Avant l'âge de 10 ans, il perd sa mère et est recueilli par un oncle paternel. Ensuite, il passera son adolescence dans les environs de Kribi.
En 1891, le jeune Mebenga M'Ebono est envoyé en Allemagne par son tuteur Banoho Issamba.
C'est à ce moment qu'on l'appelle Samba (diminutif de « Issamba ») et qu'on lui accole le prénom chrétien de « Martin Paul ». Mebenga M'Ebono devient ainsi officiellement Martin Paul Samba.
En Allemagne, il suit une formation militaire à l'Académie Militaire Impériale de Berlin jusqu'en 1894. Au terme de celle-ci, il a grade de Capitaine. Et c'est en tant qu'officier de l'armée impériale allemande que Martin-Paul Samba rentre au Cameroun en 1894 pour se mettre au service de l'Administration coloniale. Sa mission consiste à aider ladite administration à mater les soulèvements anticolonialistes. Cela va durer de de 1894 à 1902.
En 1902, Martin Paul samba quitte l'armée du reich et se lance dans le commerce. Devant les multiples exactions des colons et les frustrations subies, il décide de passer de «
l'autre côté » : combattre les allemands. Malheureusement pour lui, il sera arrêté au cours de l'année 1914 et fusillé le 8 août 2014. Le même jour que son compagnon de lutte, Duala Manga Bell.

À ce jour, Mebenga M'Ebono « Martin Paul samba » est un héros mal-connu, méconnu et peut-être même inconnu par ses compatriotes. Notre devoir, nous camerounais, consiste à écrire son histoire. Celle de ce fils africain qui décida, il y a un peu plus de 100 ans de s'opposer à l'injustice.


Lire aussi:

Cameroun, 08 août 1914- 8 août 2013: Déjà 99 ans que Martin Paul Samba et Douala Manga Bell ont été exécutés au CAMEROUN

 

par Hugues SEUMO, Camer.be

 

http://www.camer.be/index1.php?art=28129&rub=11:1

 

"Cameroun : Le bonheur est dans le Renouveau"

 

http://www.camer.be/index1.php?art=28103&rub=30:27

 

par Edouard Kingue, Quotidien Le Messager (Cameroun)

© Le Messager : Edouard Kingue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.