Des Jeunes Migrants Tunisiens de nouveau jetés dans la rue, Est-ce bien raisonnable?

Comité de Soutien des Migrants Tunisiens de Lampedusa


L'évacuation du Gymnase de la Fontaine au Roi par les CRS a été procédée, avec l'accord formel de la Mairie de Paris, confirmé par le communiqué du Maire, mercredi 06 Juillet 2011 (ci-dessous reproduit dans son intégralité).
Cela contredit en partie l'affirmation contenue dans , qui en attribuait l'entière paternité au Préfet de Police de Paris, Monsieur Michel GAUDIN, et au Ministre de l'Intérieur, Monsieur Claude GUÉANT.
Nous étions clairement très en deçà de la cruelle réalité!

 

Merci
COMMUNIQUÉ DU MAIRE: Fermeture du gymnase situé 100 rue de la fontaine au Roi (11e) occupé illégalement depuis le 1er mai

En application d’une ordonnance du tribunal administratif de Paris du 17 juin, la Ville de
Paris a procédé à la fermeture du gymnase situé 100 rue de la fontaine au Roi (11e)
occupé illégalement depuis le 1er mai. Cette fermeture s’est réalisée dans le calme et
chaque personne pourra récupérer ses affaires personnelles.
Avec l’aide des associations Aurore et France Terre d’Asile, 40 jeunes Tunisiens hébergés
dans le gymnase ont bénéficié, au cours des derniers jours, d’une place d’accueil en hôtel
social ou en centre d’hébergement.
Dès le début de cette occupation, la Ville avait clairement indiqué aux personnes que ce
gymnase n’était pas approprié à de l’hébergement dans la durée. Les dégradations du lieu
ainsi que les actes de violence commis à l’encontre des agents municipaux ou entre les
occupants rendaient impossible la prolongation de cette occupation. Des travaux de
remise en état du gymnase ainsi que la rénovation de la toiture, programmée de longue
date, doivent être engagés rapidement pour rendre possible la réouverture de cet
équipement municipal à la rentrée scolaire.
La collectivité parisienne renforcera son soutien aux migrants tunisiens avec le vote d’une
délibération au conseil de Paris des 11 et 12 juillet accordant 579 500 € aux associations
assurant l’hébergement des Tunisiens (plus de 300 places ouvertes par Aurore et France
Terre d’Asile), l’aide alimentaire (1000 repas/jour distribués par « La Chorba » et « La
chorba pour tous ») et des maraudes humanitaires (association Emmaüs). Dans cette
action, la Ville se substitue entièrement à l’Etat dont l’hébergement d’urgence est la
compétence et qui refuse de prendre en charge ces populations en errance et en grande
précarité.
La Ville a également mis à disposition des associations représentatives des tunisiens un
local dans le 12e, sur une durée de 6 mois, pour les aider à se réunir et tenir des
permanences.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.