Que comprend une certaine gauche française du racisme contre les hommes noirs?

Comment ne pas enfin poser cette question devant l'empressement de certaines grandes figures de la gauche politique française et parisienne à récupérer à nouveau l'indignation collective suscitée par le meurtre raciste de George FLOYD par un policier blanc raciste, parallèlement à la colère latente de l'affaire ADAMA TRAORÉ?

Il faut d'emblée reconnaître la difficulté que nous avons parfois, hommes noirs français de gauche, à expliquer et faire comprendre le racisme dans des organisations faussement ouvertes mais en réalité très hermétiques, voire sectaires.

RACISME: "LETTRE A DIFFUSER A VOS AMIS BLANCS" (JMTV+) © JMTVPLUS

Cette préoccupation est excellemment traduite par l'universitaire François Durpaire dans la vidéo ci-dessus.

En effet nous avons une certaine difficulté à expliquer les différentes ramifications et articulations du racisme contre les hommes noirs dans la société française, puis à nous faire comprendre y compris par des vielles connaissances partisanes, syndicales ou amicales (souvent blanches) françaises - dont personne ne peut d'ailleurs douter de la sincérité ni de la bonne foi des convictions. Sans que nous soyons directement ou indirectement accusés d'être dans la victimisation, la dérive communautaire, voire carrément l'affabulation par des personnes qui militent pourtant dans des organisations voulues progressistes, mais structurées sous un modèle sectaire, évoluant en vases clos sous un vieux schéma de domination (blanche) majoritaire, et ne tolérant en réalité aucune remise en question.

L'antiracisme aux côtés de SOS RACISME et quelques autres associations tolérées par la république française permet souvent à beaucoup (notamment au parti socialiste et à Europe Écologie Les Verts) de se donner bonne conscience, puis de poursuivre en leur sein leur "business as usual" d'exclusion ou discrimination raciale par la loi (non écrite) de la majorité (blanche) dominante.

Tant que ce sera ainsi, je crains que ce pays extraordinaire dans son modèle républicain, à l'opposé  d'autres grandes démocraties, ne soit jamais en mesure de combattre efficacement un racisme si structurellement et solidement ancré dans ses mœurs sociales et politiques. Je le dis dans une démarche constructive et d'apaisement, sans jamais être dans un quelconque ressentiment ni gagné par la frustration ou l'aigreur à la suite de mes déboires politiques successifs au Parti socialiste puis à Europe Ecologie Les Verts (EELV). C'est parce que je souhaite vivement que les plus jeunes générations notamment d'hommes noirs (les femmes étant quelques fois épargnées)  puissent vivre et évoluer dans une France où ils ne seront plus réduits à la couleur de leur peau, et même instrumentalisés par des politiques cyniques se servant d'eux uniquement comme des figurants de la belle et grande diversité française sur les listes électorales. 

L'indécence de la récupération de l'antiracisme et des abominables crimes racistes par des carriéristes politiques cyniques de gauche

municipales-liste-paris-11eme

 J'aurais en ce sens paradoxalement été sauvé par le confinement du Covid-19 de ce qui s’apparente avec le recul à un troisième égarement politique de ma part (après les régionales de 2010, les municipales de 2014 et celles ajournées en mars dernier). En effet en dépit des beaux discours et des apparences sur l'égalité républicaine, nombre de hiérarques d'une certaine gauche française n’ont aucune considération pour celles et ceux qui ne leur ressemblent pas dans tous les sens du terme. Ils n'éprouvent donc aucune gêne après avoir souvent procédé à l'étouffement bénin des hommes noirs dans leurs rangs, à s'afficher en public comme de grands militants antiracistes et même à récupérer à des fins politiques des drames aussi abominables que le meurtre raciste de Georges FLOYD aux États-unis d'Amérique, ou la colère populaire suscitée par la manipulation judiciaire et médiatique de l'affaire ADAMA TRAORÉ en France.

eelv-passe-4

Ce cynisme enrobé dans de la "bonne com" compassionnelle et misérabiliste m'est devenu particulièrement insupportable. Parce que j'ai acquis la conviction (je peux évidemment me tromper) que ces carriéristes dits de gauche ne croient hélas pas un mot de ce qu'ils vous racontent dans les médias et rassemblements sur ce type spécifique de racisme. Pas plus ils sont à même de comprendre ses différentes ramifications et articulations; se contentant hélas d'être en surface, dans l'affichage fraternel et la posture égalitaire.

Georges Floyd, un homme noir américain, a trouvé la mort après avoir été étouffé plus de 08 minutes avec le genou d'un policier raciste blanc sur son cou. Ma comparaison paraîtra peut-être disproportionnée (parce que Georges FLOYD y a hélas laissé sa vie), mais il est temps que nous intégrons en France que l’étouffement raciste des hommes noirs est bien plus répandu qu'on le pense, y compris jusque dans les rangs de la gauche française, bien qu'il ne produise heureusement pas les mêmes effets dramatiques.

"Il faut préférer un Anti-Raciste Maladrot à des Racistes trop adroits...":DOMINIQUE SOPPO (JMTV+) © JMTVPLUS

J'ai à cet effet dû m'éloigner de la place République de Paris lors de la cérémonie dédiée à Georges Floyd, le 09 juin 2020, parce que la récupération politique de la lutte contre le racisme par des professionnels d'une forme singulière d'étouffement des hommes noirs (utilisés uniquement comme des cautions de la diversité) m'est devenue insupportable.

Et pour tout dire, je préfère aujourd'hui l'émotion exprimée sur fond de campagne électorale par Mme Rachida Dati, quand bien même elle émane d'une personne dont je ne partage pas les opinions politiques, à la récupération malsaine de l'antiracisme et de l'indignation collective par des cyniques qui se veulent de gauche, adeptes dans la société française d'une forme singulière "d'étouffement des hommes noirs".

elus-verts-11eme

Peuvent-ils enfin comprendre que nous ne réclamons pas leur compassion ni leur misérabilisme, mais le simple droit comme eux de vivre et évoluer avec nos mérites respectifs, sans être ramenés ou réduits uniquement à notre couleur de peau, et éternellement relégués à la figuration raciale??? J'en doute fortement.

C'est pourquoi "Je les emmerde"!!!

joel-engo

Joël Didier Engo, Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) et de l'association NOUS PAS BOUGER

npb

http://www.nouspasbouger.org

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.