Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

724 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2013

Le Cameroun, un modèle d'ensauvagement de la république en Afrique

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Niat Njifenji Marcel, President du Sénat, Cameroun
Photo: © Archives

Je m'amuse beaucoup en auscultant les réactions de la presse dite privée ou indépendante du Cameroun (le quotidien "Le Messager" notamment), celles de certains de mes amis virtuels (de Facebook) et tant d'autres compatriotes depuis la "nomination" par Paul BIYA à la Présidence du Sénat d'un certain Niat Njifendji Marcel (79 ans), personnage tristement célèbre pour avoir méthodiquement dépouillé et mené la société nationale d'électricité (SONEL) à la faillite, avant sa reprise au rabais par le Groupe américain AES. Pour infiniment moins que cela, d'autres pontes du régime dictatorial de Paul BIYA croupissent dans ses univers concentrationnaires de Yaoundé ou de Douala.

J'y trouve surtout une réponse à la question récurrente qui m'est généralement posée par mes interlocuteurs étrangers: mais comment le Cameroun a-t-il pu être sous la botte d'un seul et même dictateur depuis 31 interminables années? Eh bien Paul BIYA a simplement habilement su exploiter et jouer du réflexe tribaliste ou de l'attachement de ses nombreux concitoyens à leur tribu d'origine qui; conjugué aux petites mesquineries alimentaires et aux faiblesses humaines...lui ont garanti un règne à vie sur le Cameroun.

Il sait ainsi qu'il saura éternellement compter, grâce aux nominations et autres promotions d'inspiration tribale, sur "la fidélité" indéfectible des représentants nationaux et des autres membres de leurs tribus. Voilà comment certains de mes amis et compatriotes bamilékés (originaires de l'Ouest Cameroun) qui, il y a encore quelques heures se présentaient volontiers comme «Les Victimes» de l'ostracisme tribal ou du tribalisme institutionnalisé à la tête de l'État du Cameroun ... découvrent juste l'instant d'une parodie de vote au Sénat du Cameroun, des qualités de «Grand Homme, de Grand Rassembleur, de Grand Bâtisseur, Grand Visionnaire » à Paul BIYA... parce qu'il a nommé Niat Njifendji Marcel leur "digne" représentant tribal, à la tête de cette nouvelle institution (seconde personnalité dans l'ordre protocolaire, et surtout successeur temporaire en cas de vacance prolongée du Président de la République).

En réalité c'est l'idée même de Nation, telle qu'elle se conçoit dans les démocraties modernes, qui ne peut s'appliquer au Cameroun. En effet dans ce pays l'intérêt général obéit d'abord sinon uniquement à une répartition tribale du jeu institutionnel, quand il ne se réduit pas simplement à la somme des intérêts particuliers des représentants des tribus, tels qu'ils sont désignés et « nommés » par Paul BIYA; avec son lot de prébendes et de corruption endémique.

La Loi fondamentale et les beaux discours ne sont que de grossières constructions sémantiques, de vulgaires habillages à destination des interlocuteurs étrangers de la communauté dite internationale. Ils ont l'unique vocation de conférer un semblant de respectabilité à un véritable «ensauvagement» de la République.

La dangereuse logique de l'enfermement régionaliste et tribaliste

On s'en délecte au Quotidien :

- "Les ressortissants de l’Ouest célèbrent Niat Njifenji...Journal Le Messager, 18 Juin 2013

- Contrôle du Rdpc et du Senat:L’alternance se fera avec l’Ouest ...Journal Les Nouvelles du Pays, 17 Juin 2013

- Religion: M. Niat Njifenji se confie à Dieu...Journal Le Jour, 17 Juin 2013

- La nominantion de Niat était attendue..." Journal Le Jour, 17 Juin 2013

- Motions de soutien à l'Ouest, "Paul Biya candidat en 2018"....Journal Le Jour, 19 Juin 2013

Comme on dit trivialement au Cameroun, "Regardons seulement !", sans surtout jamais rien dire qui puisse froisser nos amis de longue date et nos proches originaires de l'Ouest Cameroun; attiser la haine entre les différentes tribus, les communautés ethniques, voire les régions du Cameroun.

Précisément parce que le tribalisme étalé à longueur de journées dans une certaine presse dite indépendante de ce pays (Le quotidien Le Messager notamment) ou dans les quartiers et les villes du Cameroun, depuis la nomination par Paul BIYA de monsieur Niat Njifenji au poste de Président du Sénat, porte les gerbes d'une déflagration ethnique à laquelle le Cameroun ne survivrait pas.

L'alternance démocratique tant espérée et attendue au Cameroun, à une gérontocratie mafieuse, ne doit pas céder à cet enfermement régionaliste et tribaliste.

Je vous remercie

Joël Didier Engo

VIDEO: Journal Télévisé - CRTV - 12 Juin 2013 - Election du Bureau du Sénat

VIDEO: Canal Presse – Canal 2 International – 07/07/2013

Afrique, élites et servitude : l’alliance entre la bourgeoisie d’Etat et le pouvoir traditionnel au sein du Sénat camerounais, par Thierry AMOUGOU, Macro économiste, Faculté de Sciences Economiques, Sociales et Politique, Université catholique de Louvain (UCL) & École doctorale thématique en études du développement, Belgique

Paul Biya seul sur terre: Cet homme est «Dieu», par BENJAMIN ZÉBAZÉ | Ouest Littoral

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat