SARKOZY,LA TRAVERSÉE DU DÉSERT, SES NOIRS ET SINGES... ON NE PEUT PLUS RIGOLER.....

Encore plus petit... pour comprendre et répondre à l'indignation provoquée par son lapsus raciste. Et dire qu'il fut Président de la France... Les Noirs ou Nègres, voire Singes (à votre convenance) "vous emmerdent" Monsieur!

SARKOZY,LA TRAVERSÉE DU DÉSERT, SES NOIRS ET SINGES... ON NE PEUT PLUS RIGOLER..... DIT-IL

sarkozy-kadaffi

Par Herve Akame, écrivain camerounais (Chapô de Joël Didier Engo)

sarkozy-et-les-singes

On ne peut plus rigoler ressemble bien à s'y méprendre à "descends ici si tu es un homme" ou " casse toi,pauvre con".

Ce jour où l,'officialisation de la vulgarité est entrée dans les cloaques infectieux de la bêtise. Et si on avait affaire à un pauvre diable sorti du diable vauvert. Une paire de gifles coûterait à l'impétrant ou mal élevé son pesant de solde pour tout compte.

Mais alors, une telle posture Louis Philipparde venant d'un ancien président de la République affecte la plus solennelle des fonctions-piétine la dignité des français toutes classes confondues comme si Prévert,la dernière sentinelle face à l' obscénité avait déserté le patrimoine français du raffinement en tout.

Qui est-il ce fuyard hongrois avec ces grands airs bourgeois pour insulter la mémoire africaine? De quelle lignée est-il il, celle de l'ancien Chateaubriand qui voyait en l'Africain un sous homme, celle de de Schoelcher dont les statues sont allées en quenouille ou alors cache-t-il son nom en particule de ces aristocraties dont les privilèges ont été abolies dans la nuit du 4 août à la révolution française de 1789.

On lui aurait demandé ces antécédents bien répertoriés. Où irait il les chercher? Dans les provocations d'une Afrique sortie de l'histoire? Ah! le salaud, l'ami des riches, de Bolloré , pourriez vous être plus raffiné? Même si vous portez des costumes trop grands pour votre taille.

Certes, nous les Africains jouons les colonisés en brandissant les lectures de Victor Hugo et autres, en lisant le journal le Monde ,cherchant d'être adoubé par ceux qui ont une haine de l'Afrique et son Continent.

À tout prendre, je préfère l'écrivain Nigérian Equianoh, l'Egypte où Thalès aurait appris les mathématiques. Revenir à l'image du singe et croire que nous n'en soyons pas sortis, c'est transformer notre moi en porcherie. Ah ce mythe de Narcisse avec cette suffisance qu'incarne Sarkozy n'a que trop duré. On lui opposera le soulèvement de l'esprit de nos propres lumières. Et restaurer une image du temps des expositions coloniales, est un affaissement de l'esprit du colon jamais départi de la conscience de soi d'une Afrique qui se réveille de sa torpeur.

Les revoilà avec un décalage d'esprit ces faiseurs d'esclaves à la louche qui promeuvent encore le noir comme la barbaque. Sarkozy jouit, aime se montrer comme un bijou dans une joaillerie de pièces de collection. On sait tout de lui. Peut être trop. On voit en lui l,'insignifiant, le médiocre...la vulgarité a trouvé sa mesure officielle.

Et ce n' est pas un canular.

Herve Akame, écrivain camerounais (Chapô de Joël Didier Engo)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.