Le paradoxe francophobe Camerounais

http://www.camernews.com/cameroun-70e-anniversaire-de-lunesco-le-chef-dletat-paul-biya-et-son-epouse-ont-quitte-yaounde-a-destination-de-paris-ce-dimanche-15-novembre-2015/

Cameroun: 38ème Conférence Générale de l’UNESCO : le Chef de l’Etat y sera

Tout le paradoxe camerounais ainsi résumé en un voyage présidentiel.

Toutes les raisons seront toujours bonnes au couple présidentiel camerounais pour aller dans un pays (la France) ou un hémisphère (occident), que nombre de ses concitoyens accusent pourtant de tous les maux.

Allez donc comprendre....Il s'agit ici de la prévalence du bon vieux complexe du colonisé au Cameroun; faîte d'un mélange de haine gratuite, de complotisme permanent, et de frustrations inavouées.

Il n'empêche, les thuriféraires du tyran camerounais auront beau jeu cette fois-ci de mettre son énième long séjour en France et en Europe sous le compte de sa présence souhaitée au 70 éme anniversaire de l'UNESCO, puis à la COP 21. Mais Paul BIYA (82 ans) aura-t-il en 33 ans de règne, daigné une seule fois assister à un sommet de l'Union Africaine (UA) à Addis-Abeba? Nous avons fini par perdre le souvenir...à force de le voir loger dans une suite de l'hotel Intercontinental à Genève.

Pour autant les nombreux panafricanistes identitaires et réactionnaires qui prospèrent dans son pays, feront encore et toujours de lui, leur modèle d'authenticité Présidentielle Africaine ...Celle d'un Chef de l'État qui, faut-il leur rappeller, séjourne la moitié de l'année au bord du Lac Léman à Génève, incarnant plus vraisemblablement un panafricanisme de pacotille.

Pauvre Cameroun

Joël Didier Engo

Président du CL2P

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.