Marafa Hamidou Yaya:16 avril 2012-16 avril 2017,Cinq (05) ans de détention arbitraire

Ce dimanche 16 avril 2017 M. Marafa Hamidou Yaya aura passé cinq (05) années de détention arbitraire dans sa cellule du Secrétariat d’État à la Défense de Yaoundé, pour une complicité dite intellectuelle de détournement de deniers publics. Il n’y a plus ou pas l’ombre d’un doute que ce sont ses ambitions présidentielles qui lui valent cet embastillement sauvage et inhumain. QU'IL SOIT LIBÉRÉ!!!

Déclaration de la société civile à l’occasion des cinq (05) ans de détention arbitraire du ministre d’État Marafa Hamidou Yaya au Cameroun

marafa-hamidou-yaya1

Photo: M. Marafa Hamidou Yaya, à la sortie du Palais de Justice de Yaoundé en 2013

Ce 16 avril 2017 cela fait 5 ans que le Ministre d’État Marafa Hamidou Yaya a été arbitrairement arrêté puis condamné à une très lourde peine de prison pour complicité dite intellectuelle de détournement de deniers publics, après un simulacre de procès qui déshonore l’institution judiciaire camerounaise. Il est ainsi illégalement détenu dans une cellule infecte du Secrétariat d’État à la défense (le SED de sinistre réputation) en violation flagrante des conventions internationales ratifiées par l’État du Cameroun.

Détenu dans des conditions inhumaines, le Ministre Marafa a de fréquents ennuis de santé qui ébranlent considérablement son intégrité physique et l’exposent à une mort carcérale. Les organisations de la Diaspora Camerounaise signataires de la présente déclaration, en collaboration avec l’association ASMA, adressent un message d’encouragement, de soutien, et de réconfort moral au Ministre Marafa et à toute sa famille, tout en tirant la sonnette d’alarme en direction de la communauté nationale et internationale.

Considérant:

– Que le Ministre Marafa Hamidou Yaya a été emprisonné sans jugement, et n’a jamais eu droit à un procès libre et équitable

– Qu’il est en réalité victime d’actes de répression qui confinent à une incarcération de nature politique

– Qu’il a été pour cela reconnu prisonnier politique par différentes organisations de défense des Droits de l’Homme et l’immense communauté internationale

– Que les nombreux appels en faveur de sa libération formulés notamment par des instances tels que l’internationale socialiste, l’ONU, le département d’État américain, etc…sont demeurés inaudibles au Cameroun

– Que y compris la résolution N°22/2016 du Groupe de Travail sur la détention arbitraire de l’ONU appelant à sa libération n’a toujours pas reçu de réponse des autorités Camerounaises

– Que la dégradation de son état de santé devient jour après jour préoccupante


Nous signataires de cette déclaration:

1. Exigeons une fois de plus sa libération immédiate et inconditionnelle

2. Condamnons l’acharnement répressif dont il fait l’objet de la part du régime de Paul Biya, consistant notamment en son maintien en détention arbitraire malgré son innocence prouvée, sa santé défaillante, et les multiples appels internationaux en faveur de sa libération, dans le but macabre et évident de le neutraliser politiquement, voire de l’éliminer physiquement.

Le Ministre Marafa doit pourtant être immédiatement libéré au moins pour raisons humanitaires et sanitaires, afin de pouvoir notamment recevoir au plus vite un traitement adéquat. Pourquoi ce qui est accordé à d’autres par le fait du prince lui est-il donc refusé, alors précisément que Marafa Hamidou Yaya n’a jamais voulu se soustraire à la justice de son pays?

Nous tenons le Président Paul Biya personnellement responsable de cette situation, ainsi que de tout ce qui pourrait arriver au ministre d’État Marafa Hamidou Yaya, si le régime de Yaoundé persiste à lui refuser l’évacuation sanitaire pour raisons humanitaires.

Nous intensifierons nos actions de sensibilisation pacifique sur l’oppression et la répression politique du ministre d’État Marafa Hamidou Yaya; et appelons toutes les personnes éprises de Justice à se joindre à notre mobilisation nationale et internationale pour sa libération.

Nous lançons en ce sens un appel urgent aux partenaires du Cameroun afin d’user de toutes les voies auprès du Président Paul Biya, en vue d’œuvrer à la libération avant qu’il ne soit tard du Ministre d’État Marafa Hamidou Yaya.

Signataire: Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

Paris le 16 avril 2017

logocl2p

Version anglaise:

Resolution of the Cameroonians and the Cameroonian Diaspora’s Civil Society regarding the Five (05) Years of Minister of State Marafa Hamidou Yaya’s arbitrary sequestration in Cameroon

 

 April 16, 2017 marks the fifth years, Minister of state Marafa Hamidou Yaya, was arbitrarily targeted and arrested on the trumped up charge of “intellectual complicity of embezzlement of public funds” which in fact is an unstated judicial practice in Cameroon to lock up ordinary Cameroonians the regime of Yaoundé finds to be an inconvenience.

Hence, after a mock trial, which dishonors the institutional judicial system, The Minister of State’s nightmare continued in a form of an illegal extended prison sentence, which in fact constitutes a death penalty due to his conditions of detention, failung health and advanced age for an ordinary Cameroonians. Accordingly, the Minister of State, Marafa, is illegally incarcerated in a high security prison of sinister reputation called the Secretary of State for Defense (the SED). In addition, the Minister is confined Manu Military and around the clock within a tiny infected cell in flagrant violation of the international conventions ratified by the State of Cameroon.

As a result of his inhumane and abject conditions of detention, Minister Marafa has frequently sustained many health problems that seriously damaged his physical integrity and significantly reduced his chances for full recovery in prison. The organizations of the Cameroonian Diaspora signatory to this declaration, in collaboration with ASMA, pledge its continuous support, encouragement and moral comfort to Minister Marafa and his family. At the same time, continue to lead the campaign for his liberation by pulling down the fire alarm to wake up the national and international community for its anemic responses regarding Marafa’s inhumane and abject kidnapping’s conditions.

What is striking about Minister of State Marafa’s sacrifice is the lawlessness of the Cameroonian government that needs to be situated in a larger economy of violence beginning with the extra-judicial massacres of political opponents during the brutal devastation of the country war of independence during the 1950s. That macabre reality copy and pasted itself again with the so-called Coup d’état of April 1984 where many Cameroonians from Marafa’s northern Cameroon region were murdered by the state sponsored death squads with no chance to stand trial. The Minister barely escaped with his life on his way to be executed where he was recognized by his wife who managed to get him off the truck of death. Hence, the plight of the Minister is not unique but is tied to a violent pattern with which the regime of Yaoundé, steeps into a political culture of corruption and paranoia, deals with ordinary Cameroonians he believed to represent a threat. At the same, intimidating any other ordinary Cameroonians who attempt to engage in a long overdue battle for regime change in the country.

Undeniably, the Cameroonian‘s vindictive attitudes against so-called political opponents calls for very crucial and urgent responses considering that:

That Minister Marafa Hamidou Yaya was imprisoned without trial, and was never entitled to a free and fair trial.

That he is in reality a victim of acts of repression which are confined to political incarceration

That he has been recognized as a political prisoner by various human rights organizations and the immense international community

That the numerous appeals for his release, made in particular by bodies such as the Socialist International, the UN, the US State Department, etc., have remained inaudible in Cameroon

That including Resolution No. 22/2016 of the Working Group on Arbitrary Detention of the United Nations calling for its release has still not received a reply from the Cameroonian authorities

 

We who have signed this declaration:

1. Request once more that the Minister of State’s Marafa’s immediate and unconditional release from the enduring martyrdom illegally imposed upon him by a vengeful regime.

2. Condemn the repression of Paul Biya's regime who wrongly believes that he has the right to sacrifice ordinary Cameroonians at will. President Paul Biya’s foolishness includes the specific case of Minister of State’s continued arbitrary detention despite his proven innocence, his failing health and the many international calls for his release. This death sentence upon the Minister of State is partly due to the Honorable Janet Garvey, then United States Ambassador’s WikiLeaks release who portrayed the Minister Marafa as a worthy replacement of the immovable dictator of Yaoundé, which enraged him, further against Marafa.

It is urgent to put the regime of Yaoundé under pressure to release the Minister Marafa on humanitarian and for health reasons. The degradation of his health calls for an immediate and urgent evacuation in order to receive immediate and adequate care. The Minister of State Marafa Hamidou Yaya never wanted to escape the justice of his country even when he had many opportunities to do. He voluntarily subjected himself to the regime of Yaoundé’s kangaroo court hoping to prove his integrity to no avail.

marafaparis16avril2017

Cameroun: L'intégralité de l'interview accordée au magazine "Jeune Afrique" par le prisonnier politique Marafa Hamidou Yaya

marafahamidouyaya

Photo: Le célèbre prisonnier politique camerounais, Marafa Hamidou Yaya

 

"LE COURAGE D'UN PEUPLE EST FAIT POUR SERVIR LA DÉTERMINATION DE SES HOMMES POLITIQUES ET LA FORCE DE LEUR AMBITION, IL N'EST PAS FAIT POUR Y SUPPLÉER".

1 - Comment allez-vous?

Ma santé physique se dégrade au fil du temps. Bien avant mon arrestation, j'avais demandé l'autorisation d'aller effectuer des traitements et contrôles prévus à l'étranger, cela m'a été refusé. S'agissant de l'épisode récent pour lequel j'ai dû être hospitalisé, l'infection a pu être maîtrisée grâce à la diligence et à la compétence des médecins du Centre des Urgences de Yaoundé. Je me sens bien mieux.

2 - Il y a cinq ans, votre vie basculait par le fait de votre arrestation et de votre incarcération. Avez-vous le sentiment que cette période de privation de liberté vous affaiblit ou vous rend mentalement plus fort?

Si l'objet de cette machination politico-judiciaire était de m'atteindre moralement, c'est raté . Je suis mentalement plus fort qu'avant.

3 - Comment faites-vous pour vous entretenir? Que pratiquez-vous comme sport?

Mes conditions de détention ne sont guère propices à la pratique sportive : une cellule de 3 mètres sur 4, sans fenêtre, une cour intérieure exiguë, sans abri, que je partage avec mes codétenus. Mais, nombreux de nos compatriotes vivent dans de pires conditions que la mienne, alors je ne m'en plaindrai pas.

4 - Vous arrive-t-il d’écouter de la musique? Si oui laquelle?

Mes responsabilités anciennes me laissaient peu de temps pour écouter de la musique, ou pour la lecture. Depuis, je rattrape mon mon retard. J'avoue être très admiratif des artistes camerounais qui, en dépit d'une politique culturelle quasi - inexistante, rayonnent à l'international, que ce soit dans le domaine de la musique, les arts plastiques ou la littérature. Une romancière camerounaise, Imbolo Mbue, vient de gagner le PEN/Faulkner Fiction Award, l'un des plus prestigieux prix littéraire américain pour son roman “Behold the Dreamers”, à propos d'un immigré désespéré de devenir citoyen américain. Nos slameurs ne sont pas en reste, et leurs chansons, parfois transgressives, expriment mieux que de longs discours les aspirations et les angoisses de notre peuple, notamment de sa jeunesse.

5 - Quel livre lisez-vous en ce moment?

La dégradation de ma vue a sensiblement limité mes capacités de lecture. Par conséquent, je lis utile. Récemment, la dernière loi de Finances qui m'a laissé pantois sur les arbitrages budgétaires qui sont faits compte tenu des urgences de l'heure et des enjeux d'avenir. Par exemple, faut-il engager 600 milliards cfa pour la construction de stades de football, quand la sécurité, les infrastructures, la santé, l'école, la décentralisation souffrent cruellement de manque d'investissement?

6 - Vous arrive-t-il encore de rêver quand vous dormez? En général, de quoi?

Bien sûr que je rêve. Mes journées sont aussi monotones que mes rêves sont riches.

7 - Votre famille vit à l’étranger. Ne pas la revoir vous pèse-t-il?

Oui, cela me pèse. A la veille de mon arrestation, j'avais fait partir mon épouse à l'étranger de peur que l'on puisse entraver sa sortie du pays et la priver des soins médicaux dont elle a cruellement besoin. Je ne l'ai pas revue depuis cinq ans. L'année dernière elle a été hospitalisée pendant sept mois d'affilée. Je m'en veux de ne pas pouvoir être à ses côtés et lui apporter le réconfort dont elle a besoin.

Quant aux enfants, grâce à l'accompagnement et au soutien de quelques amis, ils ont pu poursuivre leurs études. Je suis certain qu'ils comprennent le sens et la justesse du combat que je mène. Ils me procurent beaucoup de satisfaction.

8 - Le SED est-il une prison conforme aux normes et respectueuse des droits des détenus?

Le SED est d'abord et avant tout un camp militaire. Je suis reclus dans une prison de haute sécurité à l'intérieur de ce camp. Je vis en permanence entouré de soldats mitraillette aux poings, portant casques lourds et gilets pare-balles. Mes droits de visite sont extrêmement limités. Et des brouilleurs ont été installés pour me priver de toute communication. Certains ici considèrent que la prison n'est pas en soi une punition, mais un lieu où faire subir des punitions.

Quant aux autres conditions de détention, elles sont largement connues et je ne reviendrai pas dessus, car c'est le principe même de cette détention que je conteste.

9 - Le département d’Etat américain vous a reconnu le statut de prisonnier politique. Estimez-vous votre incarcération être une injustice?

Le département d'État américain n'est pas la seule à avoir reconnu mon statut de prisonnier politique. D'autres organisations, comme l'Internationale socialiste, l'ont également fait. Et en avril 2016, lors de sa 75ème session tenue à New York, le Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention Arbitraire, au terme d'une procédure contradictoire de plusieurs mois, et après examen des milliers de pièces fournies par les avocats de l'État et les miens, a rendu une décision demandant ma libération immédiate, et même une indemnisation de mon préjudice.

10 - Avez-vous le sentiment d’être le prisonnier du président ou celui du système?

Les deux. Et si le président Biya lui-même n'y prend garde, il en sera un jour la victime, car le système qu'il a mis en place n'est obnubilé que par sa propre perpétuation.

11 - Vous disiez au départ ne pas regretter de n’avoir quitté le pays pour vous soustraire à la justice, à l’instar de Messieurs Essimi Menye ou Ambassa Zang et d’autres personnes qui ont fui. Avec le recul, n’y a-t-il toujours pas l’ombre d’un regret?

Je n'ai aucun regret. Au départ, je devais être neutralisé sur la base d'un dossier monté de toutes pièces alléguant que je disposais d'une armée de 6.000 personnes à la frontière, sans préciser laquelle, et prête à foncer sur Yaoundé pour déstabiliser les institutions. Puis ce fut la prétendue affaire de "complicité intellectuelle" de détournement des deniers publics à l'occasion de l'achat avorté de l'avion présidentiel. Et depuis mon incarcération, malgré de multiples enquêtes menées tous azimuts, le pouvoir n'a rien trouvé contre moi.

En outre, L'exil est une prison intérieure. Si j'avais fait ce choix, j'aurais sur ma conscience la lâcheté de m'être soustrait aux questions légitimes des magistrats. Je l'ai fait. Le dossier de l'accusation s'est avéré vide. Chacun sait désormais que je suis en prison pour des motifs strictement et exclusivement politiques.

12 - Monsieur Paul Biya ne semble pas pressé de prendre sa retraite. Ses partisans lui demandent d’ailleurs de déclarer sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. Quel est votre sentiment à ce propos?

En 2018, cela fera 36 ans de règne. En la matière, c'est la dose qui fait le poison. En 2011, estimant que tout ce qu'il avait pu faire d'utile pour le Cameroun, il l'avait fait, j'ai conseillé au Président Biya de ne pas se représenter. Conseil dont je paie aujourd'hui le prix fort. N'avais-je pas raison ? Aujourd'hui,Le Cameroun est devenu un pays qui subit. Il décroche sur tous les plans. Faute de détermination, tous les projets dans le domaine économique, social ou des infrastructures traînent, et sont souvent dépassés lorsqu'enfin ils sont mis en route. À cela s'ajoute que notre unité nationale est à présent prise en otage du fait des mauvaises réponses apportées par le gouvernement à la question anglophone. Ainsi, la décision de priver les régions anglophones de tout accès à internet, depuis plusieurs mois, ne fait qu'accroître la haine et l'irrédentisme.

Dès lors, libre à lui de se représenter en 2018, et de faire appel une fois de plus à la résilience et au courage des Camerounais. Mais, le courage d'un peuple est fait pour servir la détermination de ses hommes politiques et la force de leur ambition, il n'est pas fait pour y suppléer.

13 - Votre ami Abdoulaye Harissou n’a toujours pas été définitivement jugé au bout de plusieurs années d’incarcération. Avez-vous le sentiment qu’il paie sa proximité avec vous?

Avant d'être un ami d'enfance, Maître Abdoulaye Harissou est un notaire à la réputation établie dans le monde du notariat latin dans lequel il était très actif.

Son incarcération depuis bientôt trois ans est injustifiée, les accusations portées contre lui se sont écroulées au fur et à mesure du déroulement de son procès. J'espère que la justice fera preuve de courage et qu'il sera libéré rapidement.

C'est sans doute la notoriété de Maître Harissou qui l'a mis à l'abri du sort réservé à ma secrétaire, madame Christiane Soppo, qui a été sauvagement assassinée à son domicile. Toutes mes pensées vont à sa famille, qui attend, trois ans après, les résultats d'une enquête qui n'a pas avancé d'un pouce.

14 - Diriez-vous, à l’instar d’autres personnes incarcérées que la prison donne aussi le sentiment d’être dans une position d’infinie faiblesse?

Pas de faiblesse, non. Mais de désarroi, d'impuissance lorsqu'on souhaite servir son pays. Je ne serai pas le premier homme politique, ni le dernier, hélas, à passer par la case prison pour des raisons politiques. Croyez-moi ça forge l'âme, sans pour autant la durcir. Mandela disait avec humour : ne faites jamais confiance à un homme politique qui n'a pas connu la prison.

15 - Le système carcéral a souvent pour conséquence de casser les repères et de faire perdre confiance en soi. Vous arrive-t-il d’avoir ce genre de doute?

La perte de repères et de confiance en soi, cherchez les du côté de mes adversaires, ceux qui par leurs agissements discréditent notre pays.

Et curieusement, la prison est aussi un territoire à énergie positive. On y espère, et y prie. Mais l'espoir n'est pas une stratégie et la prière n'est pas un plan d'action. Alors, je mets ce temps à profit pour travailler sur les sujets qui me sont familiers, le développement économique du Cameroun, la décentralisation, l'enjeu écologique, la sécurité.

16 - Quels sont vos projets ? Un autre livre en cours d’écriture?

Mes projets sont limités par ma situation actuelle. Mais ils sont les mêmes, et ma réflexion a beaucoup gagné en maturité. Un livre, peut-être, si ma vue le permet. Le Cameroun n'a pas seulement besoin d'un chef. Les Camerounais ont besoin d'un projet, d'une idée vers laquelle marcher ensemble.

Interview accordée par écrit au journaliste Georges Dougueli de l'hebdomadaire Jeune Afrique

Lire également: Cameroun, le vide juridique organisé pour l'enrichissement illicite des hauts fonctionnaires et proches du dictateur Paul Biya

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.