Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

725 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2013

Libération des otages français, gare à la récupération de Paul BIYA!

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Libération des otages français: le Cameroun aurait payé aux ravisseurs une rançon située entre 5 et 7 millions de dollars !, source: "l'Oeil du Sahel" YAOUNDE - 22 AVRIL 2013

La longue marche qui a conduit à la libération de la famille Tanguy Moulin-Fournier, source: "l'Oeil du Sahel" YAOUNDE - 22 AVRIL 2013

Il faut évidemment se réjouir du dénouement (heureux) de ce calvaire vécu par la famille Moulin-Fournier au Cameroun, espérant qu’elle pourra rejoindre la France dans les plus bref délais.

Question de pallier à toute entreprise de récupération malsaine d’une dictature trentenaire camerounaise, qui ne devrait pas pavoiser autant qu’elle le fait, après avoir abandonné des pans entiers du territoire du Cameroun à la merci des groupuscules terroristes venus des pays voisins (par exemple du Nigéria dans l’extrême Nord, ou de la Centrafrique dans l’Est).

Juste pourrait-on remarquer que jamais, de triste mémoire, le Président à vie du Cameroun Paul BIYA ne se sera autant préoccupé du sort de ceux de ses propres compatriotes, victimes de tragédies similaires à l’étranger à l’instar de l’ingénieur Camerounais Melvin Tchamba Ngassam porté disparu au Congo-Brazzaville depuis le 08 avril 2011; ou lorsqu'ils sont séquestrés par ses soins dans ses prisons mouroirs de Yaoundé comme Thierry Michel Atangana depuis 1997.

Une prudence toute diplomatique devrait "normalement" s'imposer, face au machiavélisme d'un despote passé maître dans l'art du double discours.

Le dithyrambisme de la presse officielle du Cameroun

Visiblement le dithyrambisme à la Charles Ndongo est entrain de faire florès au Cameroun, après le dénouement heureux de cette tragédie humaine qui aurait pu être dramatique.

Peut-être le rôle joué par Paul BIYA est effectivement  indéniable, et que nous devions unanimement le saluer, et même le remercier comme l'a fait François Hollande. Cependant, de là à parler comme le font ses courtisans et partisans du Cameroun, d'une "leçon administrée" par un horrible despote (précisément incapable de sécuriser des pans de son territoire) à un président français légitimement élu, qui lui se soucie réellement du bien-être et de la sécurité de ses compatriotes vivant à l'étranger. Il y a là une dérive lénifiante que je refuserai toujours de franchir sur le plan intellectuel.

Ce d'autant qu'il est trop tôt pour mesurer les effets de cette triste prise d'otage sur le tourisme et l'image du Cameroun.

Une rançon de 07 millions de dollars en échange du mutisme de Paris?

La France ne verse peut-être plus des rançons, mais la dictature camerounaise semble s'être bel et bien chargée de le faire à sa place.

Elle en attend naturellement la contrepartie et des retombées politiques, notamment en termes de réchauffement des relations (jusqu’ici froides) entre François Hollande et Paul BIYA, de mutisme du Quai d’Orsay devant les violations répétées des droits de l’Homme commises au Cameroun, d’abandon à Paris d’éventuelles poursuites judiciaires à l’encontre de Paul BIYA ou de ses proches: soit pour biens mal acquis, soit pour séquestration des Franco-camerounais Thierry Michel Atangana et Lydienne Eyoum au Cameroun.

Si personne n’a en réalité jamais été dupe au Cameroun, les français doivent s’en montrer vigilants!

Je vous remercie

Joël Didier Engo

Libération des 07 Français: Combien le Cameroun a-t-il payé ? Certaines langues évoquent plus de 15 milliards de FCFA sortis des caisses du Trésor Public, Mamouda Labaran | La Météo 22 avril 2013

Libération de la famille MOULIN-FOURNIER : la France dit « merci » au Président Paul BIYA, Présidence de la république du Cameroun (PRC)

VIDEO: Paul Biya recoit les ex-otages francais au Palais de l'Unité, Cameroon-info.net

Les dessous de la libération des otages français, par Hugues SEUMO, camer.be

Cameroun: le président Biya conforté par la libération des otages français, AFP

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot