Libération des otages français, gare à la récupération de Paul BIYA!

Libération des otages français: le Cameroun aurait payé aux ravisseurs une rançon située entre 5 et 7 millions de dollars !, source: "l'Oeil du Sahel" YAOUNDE - 22 AVRIL 2013

La longue marche qui a conduit à la libération de la famille Tanguy Moulin-Fournier, source: "l'Oeil du Sahel" YAOUNDE - 22 AVRIL 2013

Capture d'écran d'une vidéo de la famille des otages français qui seraient retenus au Cameroun. 

Il faut évidemment se réjouir du dénouement (heureux) de ce calvaire vécu par la famille Moulin-Fournier au Cameroun, espérant qu’elle pourra rejoindre la France dans les plus bref délais.

Question de pallier à toute entreprise de récupération malsaine d’une dictature trentenaire camerounaise, qui ne devrait pas pavoiser autant qu’elle le fait, après avoir abandonné des pans entiers du territoire du Cameroun à la merci des groupuscules terroristes venus des pays voisins (par exemple du Nigéria dans l’extrême Nord, ou de la Centrafrique dans l’Est).

Juste pourrait-on remarquer que jamais, de triste mémoire, le Président à vie du Cameroun Paul BIYA ne se sera autant préoccupé du sort de ceux de ses propres compatriotes, victimes de tragédies similaires à l’étranger à l’instar de l’ingénieur Camerounais Melvin Tchamba Ngassam porté disparu au Congo-Brazzaville depuis le 08 avril 2011; ou lorsqu'ils sont séquestrés par ses soins dans ses prisons mouroirs de Yaoundé comme Thierry Michel Atangana depuis 1997.

Une prudence toute diplomatique devrait "normalement" s'imposer, face au machiavélisme d'un despote passé maître dans l'art du double discours.

 

Le dithyrambisme de la presse officielle du Cameroun

Visiblement le dithyrambisme à la Charles Ndongo est entrain de faire florès au Cameroun, après le dénouement heureux de cette tragédie humaine qui aurait pu être dramatique.

 

Peut-être le rôle joué par Paul BIYA est effectivement  indéniable, et que nous devions unanimement le saluer, et même le remercier comme l'a fait François Hollande. Cependant, de là à parler comme le font ses courtisans et partisans du Cameroun, d'une "leçon administrée" par un horrible despote (précisément incapable de sécuriser des pans de son territoire) à un président français légitimement élu, qui lui se soucie réellement du bien-être et de la sécurité de ses compatriotes vivant à l'étranger. Il y a là une dérive lénifiante que je refuserai toujours de franchir sur le plan intellectuel.

Ce d'autant qu'il est trop tôt pour mesurer les effets de cette triste prise d'otage sur le tourisme et l'image du Cameroun.


Une rançon de 07 millions de dollars en échange du mutisme de Paris?

La France ne verse peut-être plus des rançons, mais la dictature camerounaise semble s'être bel et bien chargée de le faire à sa place.

Elle en attend naturellement la contrepartie et des retombées politiques, notamment en termes de réchauffement des relations (jusqu’ici froides) entre François Hollande et Paul BIYA, de mutisme du Quai d’Orsay devant les violations répétées des droits de l’Homme commises au Cameroun, d’abandon à Paris d’éventuelles poursuites judiciaires à l’encontre de Paul BIYA ou de ses proches: soit pour biens mal acquis, soit pour séquestration des Franco-camerounais Thierry Michel Atangana et Lydienne Eyoum au Cameroun.

Si personne n’a en réalité jamais été dupe au Cameroun, les français doivent s’en montrer vigilants!

Je vous remercie

Joël Didier Engo

 

Libération des 07 Français: Combien le Cameroun a-t-il payé ? Certaines langues évoquent plus de 15 milliards de FCFA sortis des caisses du Trésor Public, Mamouda Labaran | La Météo 22 avril 2013

Libération de la famille MOULIN-FOURNIER : la France dit « merci » au Président Paul BIYA, Présidence de la république du Cameroun (PRC)

VIDEO: Paul Biya recoit les ex-otages francais au Palais de l'Unité, Cameroon-info.net

Les dessous de la libération des otages français, par Hugues SEUMO, camer.be

 

Cameroun: le président Biya conforté par la libération des otages français, AFP

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.