Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

732 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2016

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

CIJ - AFFAIRE DES BIENS MAL ACQUIS: Me MAURICE KAMTO DÉFEND LA GUINÉE ÉQUATORIALE

Afrique centrale, Cameroun: Peut-on être intègre sur un plan personnel, et autonome sur un plan politique, sans nécessairement devoir gagner honnêtement - voire confortablement - sa vie professionnelle au loin? C'est tout le dilemme de l'homme politique camerounais Maurice Kamto, juriste international, et surtout président du parti d'opposition le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC).

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Photo: le professeur Maurice Kamto, juriste émérite et président du MRC au Cameroun

Je suis un brin amusé par la polémique encours au Cameroun sur les prestations d'avocats assurées pour la défense de "l'État de Guinée Équatoriale" devant la Cour Internationale de Justice, par l'un des leaders de la (vraie) opposition politique et prétendant sérieux à la Présidence de la République, le Professeur Maurice Kamto.

Ce dernier n'est certainement pas le premier, notamment du fait de sa profession d'avocat international, à être exposé à de telles critiques, dans cette situation singulière où il doit défendre sur un plan civil des clients (ici la Guinée Équatoriale confondue avec la famille Obiang dans l'affaire des biens mal acquis). Il est ainsi mis en porte-à-faux avec les valeurs progressistes et éthiques prônées par sa famille politique.

Cela ne devrait en aucune manière lui valoir ces procès en "malhonnêté", voire en "cupidité" que je vois fleurir sur les réseaux sociaux Camerounais.

En effet il me revient d'avoir vu, y compris dans de vieilles démocraties, d'autres respectables hommes politiques être placés devant le même dilemme professionnel que le Pr. Kamto. Notamment sur ce même contentieux, l'actuel adjoint au maire de Paris chargé des relations internationales Me Patrick Klugman (élu socialiste de Paris) a aussi eu à défendre les intérêts du président équato-guinéen Obiang Nguema dans cette affaire dite des Biens Mal Acquis (BMA).

  Par contre l'argument avancé par les partisans du Maurice Kamto consistant à distinguer l'État de Guinée Équatoriale et les membres de la famille présidentielle de ce pays semble malheureusement inopérant, parce qu'il ne résiste pas une seconde à la confrontation des faits.

D'une part l'affaire Théodorin Obiang aux États-Unis d'Amérique a révélé la confusion des deux sphères familiales et étatiques en Guinée équatoriale, où les achats compulsifs à l'origine de leurs déboires judiciaires ont souvent été effectués à partir des comptes bancaires officiels de l'État de Guinée équatoriale à l'étranger, dont ils sont par ailleurs les dépositaires. D'autre part sur le contentieux soumis à l'interprétation des juges de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, la France a saisi un immeuble privé à usage personnel appartenant à Théodorin Obiang, transformé en représentation diplomatique de la Guinée Équatoriale au début de ses ennuis judiciaires .

Pour autant, si réflexion et enseignement nous pouvons tirer de ce volet de l'activité de juriste international du Pr. Kamto, c'est l'intérêt ou le besoin parfois vital qu'ont les acteurs politiques en Afrique centrale et singulièrement au Cameroun, à exercer des activités professionnelles à bonne distance et bien à l'abri des restrictions, privations, et autres interdictions des pouvoirs en place. C'est souvent le seul moyen décent et digne de défendre légalement ses idées politiques, d'être un leader d'opinion à l'abri du besoin puis de l'achat systémique des consciences...dans un pays (le Cameroun) où le financement (public) des activités politiques (notamment des partis représentés) relève du seul bon vouloir du prince.

Je vous remercie

Joël Didier Engo, Président du CL2P

http://www.cl2p.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie et Océanie
La Chine fait face à une vague de protestations inédites contre les mesures anti-Covid
Dans tout le pays, des manifestations ont eu lieu pour réclamer la fin des mesures de confinement à la suite d’un incendie mortel à Urumqi jeudi soir, dans la capitale du Xinjiang. Les protestataires, au premier rang desquels des étudiantes et étudiants, jugent qu’elles ont retardé les secours.
par François Bougon
Journal — Défense et diplomatie
Ukraine : cette gauche qui n’a rien appris
Une partie de la gauche radicale aborde la guerre en Ukraine avec des grilles de lecture vieillottes. Celles-ci négligent excessivement la nature des régimes en compétition sur la scène internationale. 
par Joseph Confavreux et Fabien Escalona
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier